L'actualité en continu du pays de Brive


Confinés mais respecteux des voisins

Photo archive Diarmid Courrèges

Avec le confinement, vous êtes nombreux à profiter de ces beaux jours pour faire ce que vous remettiez au lendemain: repeindre, tondre, désherber, vous lancer dans des travaux de bricolage… Mais certaines de ces activités sont bruyantes et peuvent gêner vos voisins confinés comme vous.

N’oubliez pas que parmi eux se trouvent parfois du personnel médical fortement sollicité pour sauver des vies. Il n’est donc pas inutile de rappeler la réglementation en ce qui concerne les travaux de jardinage et bricolage. D’autant qu’en confinement, tous les jours semblent se ressembler. Mais pour ceux qui continuent à travailler, le week-end doit rester source de repos.

“On comprend que les habitants aient besoin de s’occuper d’autant plus qu’ils sont confinés, mais il y a une réglementation à respecter”, explique Davis Rama, responsable du Service communal d’hygiène (SCH). Certaines villes ont d’ailleurs déjà opté pour une interdiction, pendant ce confinement, de tous travaux bruyants entre 9h et 15h afin de respecter le repos des soignants. Ce n’est pas le cas de Brive où les bruits de voisinage sont régis par un arrêté municipal plus contraignant que celui préfectoral. Les travaux de jardinage et bricolage ne sont autorisés que:

  • les jours ouvrables de 8h30 à 12h et de 14h30 à 19h30,
  • les samedis de 9h à 12h et de 15h à 19h,
  • les dimanches et jours fériés uniquement le matin de 10h à 12h.

Évidemment, cette réglementation ne vous autorise pas pour autant à laisser libre cours aux décibels pendant ces horaires. Le bruit anormal du voisinage est interdit de jour comme de nuit, même si la tolérance est un peu plus grande le jour que la nuit. Certes, c’est bien connu, il n’y a que le bruit des autres qui dérange, mais chacun peut être le gêneur de quelqu’un. Alors, un peu de bon sens et pensez tout de même à vos voisins lorsque vous jardiner, bricoler, écouter de la musique, que votre chien aboie… Vos relations n’en seront que plus douces.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire