L'actualité en continu du pays de Brive


Confinés mais aux aguets : la LPO vous invite à compter

Photo Alexis Orseau LPO

Vous avez entendu ? Dehors les oiseaux chantent à tue-tête en célébrant le printemps et s’apprêtent à nicher. Alors pourquoi ne pas en profiter pour les observer. La LPO a lancé, en collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle, un comptage spécial ouvert à tous baptisé “Confinés mais aux aguets”. Pour y participer, c’est très simple, pas besoin d’être un expert. Inscrivez-vous ici. “Il suffit de s’installer à sa fenêtre, sur son balcon ou dans son jardin et d’observer attentivement 10 minutes par jour.” Explication avec Didier Renson, animateur bénévole de la LPO Corrèze.

“Nous avons un vrai engouement pour cette opération. Depuis le 17 mars, plus de 151 310 données ont été enregistrées au niveau national (chiffre 1er avril, NDLR), c’est 6 fois plus qu’habituellement“, compare le passionné. “Cette période de confinement offre du temps et l’occasion de regarder la nature, de se reconnecter avec elle, chose que beaucoup d’entre nous avaient négligés. Le public se montre intéressé et on nous appelle pour des conseils.”

En ce moment, les espèces qui fréquentent le plus abondement nos jardins sont le moineau domestique, la mésange charbonnière, le pinson des arbres, la mésange bleue et le merle noir. Mais vous pouvez aussi en observer bien d’autres. Vous pouvez apprendre à les reconnaitre grâce à des “fiches espèces” disponibles sur le site. Attention, vous devez compter uniquement les oiseaux posés dans votre jardin et non ceux le survolant, ni ceux observés dans le jardin du voisin. Vous trouverez d’ailleurs des conseils pour bien observer et relever.

Ce comptage inédit est l’occasion d’apprendre à reconnaître les oiseaux, d’en savoir un peu plus sur leurs comportements et leurs habitudes et d’apprendre aussi des gestes simples en faveur de la petite faune sauvage qui nous entoure. Une activité poétique et saine à laquelle on peut en plus associer ses enfants. “Ce comptage a une valeur éducative mais aussi scientifique“, ajoute Didier Renson. “Ces observations sont dépouillées et finement étudiées par des spécialistes qui peuvent recontacter si besoin les personnes pour obtenir des précisions.” Vous pouvez même consulter les observations depuis le site.   

Pour participer

  • allez sur le site de la LPO et cliquez sur “Avec la LPO, la nature s’invite chez vous“, cliquez sur “Participer”, choisissez votre département dans la liste déroulante. Complétez le formulaire qui va s’afficher et validez. Une fois inscrit, vous recevrez votre mot de passe par email.
  • ajoutez un jardin: ce doit être un espace défini, bien délimité, sur lequel vous allez compter les oiseaux vous le localisez sur une image aérienne, lui donnez un nom, puis vous complétez la description du jardin ; vous pouvez créer autant de jardins que vous le souhaitez.
  • vous n’aurez plus qu’à rentrer vos observations dans “Transmettre les observations de mon jardin” et remplir les compteurs puis valider.

Quoi compter?  Comptez uniquement les oiseaux posés dans votre jardin et non ceux le survolant, ni ceux observés dans le jardin du voisin! Quelques exceptions à cette règle pour les insectivores et les rapaces chassant au-dessus du jardin : hirondelles, martinets, épervier… Vous pouvez noter ces espèces si vous les observez en train de chasser sur votre lieu d’observation.

Pourquoi compter ? Pour aider les scientifiques à comprendre quand et pourquoi les oiseaux visitent les jardins. Les migrateurs reviennent-ils plus tôt quand le printemps est précoce ? Les oiseaux granivores viennent-ils plus aux mangeoires dans les jardins proches des plaines agricoles où les graines sauvages manqueraient en hiver ? Comment les aménagements urbains agissent sur la capacité des oiseaux à vivre en ville ? Autant de questions qui auront des réponses grâce à vos contributions !

 

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire