L'actualité en continu du pays de Brive


Comme une fin d’été qui s’étiole

Les animaux ont déserté le festival de l'élevageCe lundi matin semble s’étirer comme une fin d’été. La place du Civoire a accueilli hier soir son dernier marché de pays et les regards se tournent désormais vers ce jeudi de rentrée scolaire. Même les animaux de la ferme ont déserté la Guierle qui voit replier sa ferme bruissante du festival de l’élevage. Ce week-end, l’agriculture corrézienne a encore bien défendu ses valeurs pour mieux revendiquer son avenir. “Un symbole fort” pour le député-maire Philippe Nauche et “une réussite” pour son conseiller Jean-Claude Deschamps, chargé des affaires agricoles.

Les rix d'ensemble du festival de l'elevage dans les jardins de la GuierleLoin de toute estimation d’une fréquentation d’ailleurs non comptabilisée, ce qu’il faut retenir de cette nouvelle édition est encore une fois la belle osmose qui a joué entre le monde rural et le monde urbain, dans une ambiance certes professionnelle, mais qui réussit parfaitement son caractère ludique et pédagogique.

Un “trait d’union” pour Jean-Claude Deschamps qui reste “l’occasion de montrer la qualité de notre terroir“. “En plus le temps était avec nous. Les gens sont venus en famille et tout le monde est satisfait, organisation, éleveurs, public… Pour les juges présents, il n’y a pas de site comparable mêlant au cœur de la ville, dans un cadre de verdure, l’élevage et la table gourmande.”

festival de l'elevageLes citadins se promenaient donc dans les travées comme à travers la campagne, admirant les bêtes de concours, appréciant les animations et démonstrations, savourant les divers produits… “Nous avons mis en place cette année un point accueil information qui a très bien fonctionné”, se satisfait l’élu. “Nous pensons déjà le développer l’an prochain. Comme aussi à faire venir des délégations des autres régions de France voire aussi étrangères pour mieux promouvoir la race Limousine et notre région économique.”

Lors d ela remise du 1er prix d'ensemble du festival de l'elevage

Une édition apparemment sans nuage dans un contexte plutôt difficile pour la profession et qui doit dessiner l’après 2013 de la politique agricole commune. L’écusson “Notre viande a un prix” était le signe de ralliement sur la manifestation. Lors des discours comme de la visite officielle, les élus de toutes collectivités n’ont pas manqué d’apporter leur soutien. “Nous avons le devoir impératif de défendre nos agriculteurs”, a affirmé le député-maire Philippe Nauche. “Il me semble nécessaire d’ouvrir un vaste chantier autour de l’évolution du monde agricole, de revoir les circuits de distribution afin que chacun dispose d’une juste part de revenus et que les paysans puissent de nouveau vivre convenablement du fruit de leur travail…” Et les qualificatifs élogieux qui ont fleuri ce week-end, illustrent bien l’attachement des urbains à leur terroir: “le plus beau métier du monde”, “une vraie richesse”, “un territoire d’exception”, “un savoir-faire précieux”, “une réussite exceptionnelle”…

Vous pouvez voir aussi sur le même sujet:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire