L'actualité en continu du pays de Brive


Collecte pour l’Ukraine : un premier convoi briviste partira dès lundi

La collecte de dons pour l’Ukraine se tient salle du Pont du Buy tous les jours de 10h à 18h, y compris le prochain week-end. Pas de vêtements, pas d’alimentaire. Les dons sont ciblés sur les besoins en produits d’hygiène, lampes torches, couvertures, sacs de couchage, lait et couches pour bébés, doudous et jouets. Un premier convoi sera acheminé dès lundi par les Pompiers de l’urgence internationale pour le camp de Palanca en Moldavie.

“C’est une première opération, d’autres viendront, autant que nécessaire”, a assuré Frédéric Soulier. La stupeur dépassé, la solidarité s’est organisée à Brive comme ailleurs. Entouré de plusieurs associations caritatives mobilisées autour de Brive solidarité, le maire a présenté l’action mise en place pour envoyer des moyens logistiques efficients. “Nous pouvons maintenant lancé un appel aux dons afin de pouvoir acheminer un premier stock de matériel dès la semaine prochaine. Tous ceux qui veulent participer doivent se présenter au plus vite.”

La collecte se tient salle du Pont du Buy, dans la réserve de stockage qui se situe à l’arrière du centre de vaccinations. Vous pouvez y apporter vos dons tous les jours, y compris ce premier week-end, de 10h à 18h. Protection civile, Secours populaire, Restos du cœur, Emmaüs, Banque alimentaire et Secours catholique apportent le concours de leurs bénévoles pour tenir les permanences.

“Pas de vêtements et de produits alimentaires” a insisté Frédéric Soulier. Pas non plus de dons financiers, collectés directement via les associations caritatives. Les dons attendus sont très ciblés:

  • doudous, jouets,
  • laits et couches pour bébés,
  • produits médicaux (bandes, compresses, désinfectants, masques),
  • couvertures, sacs de couchage,
  • protections hygiéniques, cotons, serviettes en papier,
  • kits d’hygiène (brosses à dents, produits d’hygiène corporelle, lingettes nettoyantes),
  • lampes torches.

“Parallèlement, nous avons mobilisé le secteur médical, hôpital, cliniques privées et pharmacies, pour recueillir du matériel de soins de guerre“, a ajouté le maire. “Cette collecte sera acheminée par un premier camion semi-remorque de 66m3 dès la semaine prochaine grâce aux Pompiers de l’urgence internationale.” Cette ONG française agréée par l’ONU et qui intervient sur les catastrophes humanitaires, dispose d’une antenne à Limoges.

“À partir de cette nuit, 14 semi-remorques de 40 tonnes seront acheminés pour soutenir l’Ukraine, un vers la Roumanie et les 13 autres de manière échelonnée vers le camp de Palanca en Moldavie où l’on comptait déjà hier soir plus de 100.000 réfugiés qui ont pu traverser la frontière. Ce chiffre pourrait très vite grimper à 500.000”, a expliqué son représentant corrézien François Rethoret. “Le coût financier d’un semi-remorque est de 4.000 euros et nous PUI, nous sommes à la recherche de dons pour financer ce transport.” Le site: faire un don pour l’Ukraine à Pompiers de l’urgence internationale. “Lors du prochain conseil municipal, la Ville versera une subvention de 4.000 euros à PUI pour le financement de ce prochain camion”, a annoncé Frédéric Soulier.

“La priorité est d’acheminer les produits sanitaires et de soins de guerre”, a rappelé Michel Da Cunha, son adjoint à l’Action sociale. “Les Ukrainiens sont très reconnaissants pour cette mobilisation”, a témoigné très émue Alla Rayeroux. Française d’origine ukrainienne, l’interprète qui vit à Brive depuis 20 ans, a permis de traduire des messages envoyés au maire de Melitopol avec qui la cité gaillarde est jumelée depuis 1967, bien que les relations soient en sommeil depuis longtemps.

Si elle n’a plus de famille sur place, la Briviste y a encore de nombreux amis avec qui elle est restée en contact. Elle est originaire de Lviv, ville touristique devenue cité refuge pour les Ukrainiens fuyant la guerre comme pour nombre d’ambassades. “Ils ont besoin d’aide concrète. Merci de leur part. Je suis fière d’être originaire d’Ukraine et je suis fière d’eux, ce sont des héros qui tentent d’arrêter les tanks avec leurs propres moyens. Et je veux rester optimiste.”

Quant à l’accueil de réfugiés ukrainiens, la Ville s’inscrit dans la politique conduite par l’État et a mis en place un contact unique qui centralise les coordonnées des personnes volontaires pour accueillir par téléphone au 05.55.17.71.82 ou par mail à sandrine.bonnet@brive.fr. Ces personnes seront communiquées aux services de la préfecture qui traitera les demandes selon le nombre attendu de réfugiés et le profil de ces derniers, famille, personnes isolées…

 

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

4 commentaires

Laisser un commentaire

quatre × 1 =