L'actualité en continu du pays de Brive


Chopin raconté aux enfants

Un atelier pour raconter Chopin aux enfants“Un compositeur, c’est celui qui invente la musique… Maintenant, on va écrire comme Frédéric Chopin et Georges Sand, avec une plume d’oie…” Pour la première fois, le festival de la Vézère proposait aux enfants un atelier à la fois musical et littéraire dans le magnifique cadre de son château. Une idée originale pour découvrir un génie, aborder sa musique et se plonger dans le romantisme de l’époque. Ce matin, les jeunes des accueils de loisirs Ouest et Est de Brive sont tombés sous le charme pour finir en dansant, une Polonaise bien sûr.

Un atelier pour raconter Chopin aux enfantsIls sont une bonne dizaine, âgés de 7 à 11 ans, assis en cercle sur des coussins. Aucun d’entre eux n’avait jusque là entendu parler du pianiste virtuose. Ils vont en faire la connaissance pendant deux heures. Avec une pointe d’accent allemand, Petra Mengeringhausen capte leur attention. “Chopin est né il y a 200 ans.” Ebahissement sur les visages… “On va écouter une berceuse, c’est une musique pour endormir les bébés, avec beaucoup de répétitions.” Et les enfants vont prendre leur première leçon, en cherchant à compter les mesures du morceau. A la 4e, ils se passent à tour de rôle une plume d’un vif orangé.

Un atelier pour raconter Chopin aux enfantsQui aimerait bien jouer d’un instrument?“, interroge encore Petra. Et tous de se regarder du coin de l’œil en baissant la tête. En pédagogue avertie, cette directrice de l’école d’éveil musical Musikinder va très vite distribuer à qui mieux mieux petits xylophones, carillons, triangle et tambourins… Après cette première exécution, les apprentis musiciens ne se feront par la suite plus prier.

Un atelier pour raconter Chopin aux enfantsPendant ce temps, un peu plus loin, un autre groupe d’enfants découvrent avec Bettina de Cosnac la correspondance de Chopin et George Sand lors de leur séjour à Majorque. “Vous savez, c’était une romancière. Son vrai nom est Amantine Aurore Lucile Dupin”, explique la biographe. “Elle a pris un nom de plume masculin car à l’époque les femmes ne pouvaient pas être publiées.” A travers la lecture de quelques extraits, les enfants vont se familiariser avec un style, des expressions insolites, des tournures singulières, d’une autre époque.

Un atelier pour raconter Chopin aux enfants

“Maintenant, on va écrire avec une plume d’oie et de l’encre, comme si vous étiez à Majorque, en racontant ce que vous faites. Vous pouvez écrire ce que vous voulez, à qui vous voulez, à vos parents, un copain et si vous n’avez pas d’idée, copiez un des extraits.” “Madame, je peux écrire à mon chien?”, demande aussitôt un bambin visiblement très complice avec son animal à quatre pattes. Réponse dans un sourire contenu: “Si tu veux, mais il ne pourra pas le lire!” Les épistoliers novices vont très vite se rendre compte qu’il n’est pas facile d’écrire à la plume. Même avec toute leur application, pointant la langue pour s’aider, ils ne produisent que des lettres grossières et pâteuses. “Il faut écrire très vite et très léger”, conseille Bettina. Clément a décidé de jouer le jeu et invente une vraie lettre.

Un atelier pour raconter Chopin aux enfantsLes groupes vont échanger les rôles. “Ça nous a plu de créer la musique”, s’accordent au passage Elisa, Elsa et Ariane. “Surtout de faire le bruit du tonnerre avec cette boîte bizarre, ça résonnait dans le corps.” Un atelier d’éveil qui s’est vu accorder par le commissariat le label “Année Chopin 2010 en France”. Ce qui lui a d’ailleurs aussi valu aujourd’hui la visite inopinée de nos confrères de TF1.

“C’est tout nouveau pour nous de proposer des ateliers enfants,” C’est un essai,” commente Isabelle de Lasteyrie du Saillant. L’essai a été décliné en trois sessions dont une dédiée, avec la participation de la Ville de Brive, aux enfants des accueils de loisirs. Et face à l’engouement des jeunes, la présidente envisage de “renouveler ce type d’expérience dans le cadre de la saison ou le reste de l’année, mais toujours sous le label Festival de la Vézère“.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire