L'actualité en continu du pays de Brive


C’est parti pour les soldes d’été

Les soldes ont débuté officiellement ce mercredi 22 mai et se tiendront pendant un mois, jusqu’au mardi 19 juillet inclus. Ambiance en cette première matinée… avec une petite nouveauté.

Lendemain de fête de la musique? Ciel encore incertain ? Toujours est-il que le chaland ne se précipitait pas dans les boutiques ce matin. Les soldes, c’est indéniable, suscitent moins la ruée comme il y a quelques années. À chacun d’invoquer sa raison. Beaucoup pointe la multiplication des opérations commerciales tout au long de l’année, et plus particulièrement ces derniers jours, des ventes privées qui ne touchent pas que la clientèle habituelle. Quelques uns versent dans la sobriété et la remise en question de la surconsommation. Chez la plupart planent surtout les inquiétudes sur le pouvoir d’achat.

On peut donc légitimement se demander si les soldes servent encore à quelque chose… Il semblerait que oui car face à l’inflation, les perspectives de réduction des prix sont encore alléchantes pour nombre de consommateurs. Pas de grande euphorie, certes, mais la période n’en reste pas moins incontournable pour les clients, tout autant que les commerçants. Sauf que si ces derniers sont autorisés à vendre à perte, une règle doit primer: pas de réassort. L’objectif est bien de vider les stocks d’articles non vendus pour accueillir de nouvelles collections qui, soit dit en passant, sont déjà pourtant apparues dans plusieurs boutiques de vêtements.

Si comme avant, le prix de référence et le nouveau prix doivent être indiqués tous les deux sur les étiquettes des produits soldés, une nouveauté est apparue cette saison: le professionnel doit également afficher le prix le plus bas pratiqué au cours des 30 jours précédant cette offre. Une nouveauté découlant de la directive européenne dite Omnibus et qui doit permettre de lutter contre les promos bidon. La règle vaut d’ailleurs aussi sur internet. Une façon de faire le ménage dans des débordements faisant croire à des remises plus importantes qu’en réalité.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

six + 10 =