L'actualité en continu du pays de Brive


Ces arbres qu’il faut abattre

 

Les arbres nous impressionnent. Ceux des villes imposent le respect. Leur taille ou leur coupe sont sujets a polémiques ou à crève cœur. A la mairie de Brive, des brigades spécialisées œuvrent pour leur bien-être et la sauvegarde de leur santé.

 

La taille des arbres est toujours un grand moment dans l’année. Il y a ceux qui s’insurgent et qui veulent savoir pourquoi on ose les couper et les curieux qui profitent du déploiement des agents municipaux dans les cimes ou autour des troncs pour poser des questions. “Nous façonnons le paysage”, raconte Mathieu Béringuier, de la régie espace verts. “Nous agissons sur du vivant ce qui obligatoirement entraine une relation particulière avec la nature, tout comme avec les passants ou les riverains qui s’étonnent par exemple que l’on abatte un arbre. Les Brivistes sont très attachés à leurs platanes et il nous faut leur expliquer que l’abattage de certains d’entre eux est obligatoire. Il s’agit de sujets malades ou défaillants dont nous devons nous séparer. Toute l’année nous surveillons les arbres et sommes capables d’identifier leurs faiblesses et d’anticiper leur devenir.”

Les employés des espaces verts spécialisés dans la taille, la surveillance et l’entretien des arbres de la ville bénéficient tous d’une formation précise et agissent chacun dans le respect du vivant. Parce qu’on ne badine pas avec la sécurité, ne sont habilités à monter en haut des arbres que les 3 agents qui ont suivi la formation dédiée d’élagueur- grimpeur. Celle-ci se déroule durant 6 mois et aborde, outre la taille, la physiologie, la grimpe, les gestes techniques, ainsi que les consignes de sécurité qu’elles soient individuelles ou publiques. “Pour chaque saison il y a une taille”, intervient Mathieu Béringuier. “Notre planning est relativement important en hiver comme au printemps. Les élagueurs-grimpeurs ont toujours du travail comme l’ensemble des 55 membres de notre service. C’est passionnant de modeler du vivant, d’apprendre le respect des saisons, d’écouter ce que les arbres ont à nous dire et aussi, toujours à nous apprendre. Les arbres sont l’architecture verte de la ville.”

Si il est toujours triste de voir un arbre que l’on abat, il faut se souvenir que chaque élimination d’un sujet malade est suivie par son remplacement. Un nouvel arbre qui dans quelques années viendra orner de ses branches saines et de son bel ombrages ces lieux urbains que nous aimons tant. La nature pour résister se renouvelle chaque année, il en est de même de nos arbres des villes, parfois moins vigoureux que leurs grands cousins sauvages.

 

 

Frédérique Brengues, Photos : Sylvain MARCHOU

Frédérique Brengues, Photos : Sylvain MARCHOU

3 commentaires

  •    Répondre

    Bonjour,
    dans votre article, vous ne parlez que des platanes des boulevards mais d’autres arbres ont été coupés. J’habite près du square de la liberté à Champanatier et une dizaine d’arbres ont disparu. Ils étaient tous malades ou dangereux ?
    Tout le square est modifié par cette perte. Puis-je vous demander si des arbres vont être replantés et quelle est l’espèce qui a été choisie?
    Cordialement
    Agnès LACOMBE

  •    Répondre

    Thanks a lot for the article post.Much thanks again. Fantastic.

Laisser un commentaire