L'actualité en continu du pays de Brive


Brive-Sikasso: les formations santé sont lancées

Depuis 36 ans, les liens entre Brive et sa jumelle africaine ne faiblissent pas. Ni les actions concrètes. Une délégation briviste a pu le constater sur place et prépare la venue des Maliens en avril.

Pas une année ne se passe sans visite de part ou/et d’autre. Des visites qui permettent non seulement de suivre les opérations en cours et de s’accorder sur les besoins à combler, mais aussi d’asseoir la légitimité de ce jumelage et d’entretenir les liens d’un respect mutuel. Le jumelage est en effet cogéré par des associations, Brive-Sikasso ici, Teriya là-bas, pour le compte des deux villes.

Cette fois, les Brivistes ont eu la joie de voir se concrétiser sur place un nouveau type de formation, la première d’une série de deux programmées cette année, destinée au personnel soignant des onze CESCOM (Centres de santé communautaires) au cœur des quartiers de cette métropole malienne qui regroupe près de 400000 habitants. « Maintenant que les CESCOM sont en place, il s’agit en effet d’améliorer la prise en charge et la qualité des soins apportés à la population », explique le président de Brive Sikasso, Michel Blancher. En commençant par le problème crucial de la mortalité maternelle et infantile. 29 sages-femmes ou infirmières ont ainsi bénéficié pendant 8 jours d’une formation en SONU-b (Soins obstétricaux néonataux d’urgence de base).

Particularité : cette formation a été dispensée par des médecins maliens du Centre de santé de référence et par une sage-femme de Gynécologie sans frontière, l’association briviste présidée par le docteur Rosenthal lui-même sur place. « C’est l’aboutissement de deux années de travail entre les différentes institutions », se réjouit Michel Blancher, heureux aussi de faciliter les premiers pas de l’association GSF à Sikasso qui cherche à implanter une antenne afin d’y mener des missions médicales dans son domaine.

Une deuxième formation est prévue dans le courant du premier semestre 2018, toujours à destination du personnel des CESCOM, en soins oculaires cette fois, également parmi les gros soucis de santé : « le but est de mieux détecter les déficiences visuelles pour mieux orienter les malades ».

La délégation a donc une nouvelle fois vécu un séjour intense : pose de la première pierre d’un espace vaccination, point sur les forages qui doivent être réalisés d’ici la fin mars, suivi des opérations de micro-crédits en faveur des associations féminines, réflexion sur des actions similaires en faveur du handicap… sans oublier la mission de transmettre courriers et dessins d’enfants des écoles brivistes à leurs petits camarades maliens.

« Comme tout organisme vivant la coopération, Brive Sikasso vit et évolue », s’est satisfait le maire Kalfa Sanogo. « Toutes ces actions créent de l’espoir », a renchéri son adjoint Adama Ballo. Et elles se poursuivent avec la venue de plusieurs Maliens en avril. . Un urologue se perfectionnera pendant tout le mois à l’hôpital de Brive ainsi qu’un technicien biomédical sur le fonctionnement de l’hémodialyse pendant 15 jours. La mairie accueillera fin avril un cadre administratif. Ils assisteront évidemment le 27 avril à l’AG de l’association briviste, rejoints d’ailleurs par une délégation d’élus de Sikasso, du directeur de son hôpital et évidemment de membres de Teriya.

Infos sur brive-sikasso.com.

Photos fournies par Brive Sikasso.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire