L'actualité en continu du pays de Brive


Brive se reflète dans l'œil de Caroline Dessauve

intro expo caroline dessauve

Le centre culturel inaugure une nouvelle saison d’expositions avec les photographies de Caroline Dessauve. Intitulée “Dénouer le regard… sur Brive”, elle présente une vingtaine de créations, à majorité en noir et blanc, où reflets et superpositions sont mis au premier plan. Jusqu’au 2 octobre. Entrée libre et gratuite.

expo2L’inauguration de l’exposition de rentrée du centre culturel a attiré du monde mercredi soir. Parmi la quarantaine de personnes présentes, le maire de Brive Frédéric Soulier, a fait une visite surprise, curieux de découvrir le travail artistique d’un des agents de la Ville. Employée de mairie au service informatique, Caroline Dessauve s’est prise de passion pour la photographie. Elle nous avait expliqué la naissance de ce goût lors d’une précédente rencontre, au moment de son exposition à la chapelle Saint Libéral, en janvier 2014.

Exit cette fois le végétal, au cœur de son précédent travail. Cette exposition, sur laquelle elle travaille depuis 2 ans, place la ville de Brive au centre de son regard. “Il y a longtemps, j’avais servi de guide dans la ville à des personnes de Montauban”, retrace-t-elle. Face à l’enthousiasme des visiteurs pour Brive, elle se rend compte qu’elle n’a jamais pris le temps de vraiment regarder sa ville.

expo 1Accompagnée d’un numérique compact, facile à emporter partout, elle décide de pallier à cette méconnaissance et se laisse porter, sans objectifs précis de prime abord, si ce n’est l’envie de sortir des clichés et des images de cartes postales. Rapidement, elle s’intéresse aux reflets, aux superpositions et s’appuie pour cela sur les vitrines, la lumière.

Le résultat, ce sont une vingtaine de photographies exposées, avec une prédominance du noir et blanc “pour son côté intemporel” mais aussi quelques couleurs, en “hommage au graffiti”, un art urbain auquel elle est sensible. Sur les clichés, on reconnait souvent des lieux, des rues, des façades, on les redécouvre en fait: “Je voulais insuffler une nouvelle dimension à l’image de la ville”, explique la photographe.

Tour à tour insolites, voire surréalistes, les clichés multiplient la présence de silhouettes, passants ou mannequins de vitrines: “On ne sait plus bien qui est qui, qui regarde qui”, souligne-t-elle. Une perte de repère propice au lâcher prise pour “dénouer son regard” comme elle le dit, et redécouvrir la ville sous un nouveau jour.

Plus d’infos auprès du centre culturel, avenue Jean Jaurès à Brive. 05.55.74.20.51. Entrée libre et gratuite du lundi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 19h.

 

 

 

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire