L'actualité en continu du pays de Brive


Brive prépare activement sa Libération

Il y a 80 ans, le 15 août 1944, Brive se libérait. Elle était même la toute première de France à le faire par ses propres moyens. La célébration de cet événement prévoit cette année un programme riche en commémorations, conférences, expositions, parcours mémoriels, feu d’artifice, bal populaire… “Fêter mais aussi comprendre, c’est notre devoir de transmission”, a résumé ce matin le maire Frédéric Soulier lors de la conférence de presse de présentation.

6 juin: le D-Day, tout un symbole ! C’est en ce jour de commémoration du débarquement de Normandie que Brive a dévoilé le programme de sa Libération. Au musée Edmond Michelet, la maison de celui qui lança un 17 juin, veille de l’appel du général de Gaulle, un tract appelant à la résistance, encore un symbole ! La présentation s’est déroulée en présence de nombreux partenaires dans la salle qui accueille habituellement scolaires et conférences… le travail de mémoire et de transmission, autre symbole s’il en fallait.

Car il y a 80 ans également, le 15 août 1944, Brive se libérait par ses propres moyens, grâce aux mouvements de la Résistance très actifs alentour. Brive a été à ce titre citée à l’ordre de l’Armée et a reçu la Croix de guerre avec Palme, citation toujours en bonne place dans le bureau du maire, comme l’acte de reddition, enfin une reproduction. À noter que l’original de cet acte, précieusement conservé par le musée, sera exceptionnellement visible pour les commémorations.

Au-delà de cette distinction, c’est la mémoire de ces combattants de l’ombre, hommes et femmes, civils et militaires, qui sacrifièrent jusqu’à leur vie pour la liberté d’un pays, et donc la nôtre aujourd’hui, que toute une ville commémorera cet été. Pour “rendre hommage, mais aussi comprendre”, des événements égrènent depuis le début de l’année cette célébration avec notamment des conférences et des inaugurations de rue aux noms de résistantes et résistants… La cérémonie du 14 Juillet avec prise d’armes, défilé et passage de Rafale, en portera elle aussi l’empreinte.

“Les témoignages, 80 ans après, sont rares. Ce jour là, il y avait certainement de la joie, mais peut-être aussi de la crainte. De nombreuses conférences vont nous permettre de découvrir cette page d’histoire grâce aux intervenants qualifiés que nous avons en local, c’est aussi notre force de résistance pour transmettre”, insiste le maire. Il y aura aussi l’exposition “Anna Garcin-Mayade: l’art contre l’oubli” au musée Michelet, les affiches de l’époque au pied de la collégiale Saint-martin, le parcours des œuvres spoliées au musée Labenche…

« La programmation du 80e anniversaire de notre Libération se veut festif et populaire afin de permettre au plus grand nombre de connaître ce moment de notre ville et de pouvoir l’appréhender”, résume Frédéric Soulier.

Un grand week-end de festivités

Le point culminant des célébrations sera évidemment la date anniversaire qui concentrera un grand week-end de festivités : projections de films, expositions avec visites guidées, conférences historiques, parcours de mémoire, ateliers et jeux en famille… Évidemment aussi, le jeudi 15 août, la population est appelée à assister largement à la matinée de commémorations sur les sites habituels, avec cette année la présence de la Flamme de la Nation rapportée de l’Arc de triomphe par le Souvenir français et des collégiens. Les deux derniers survivants résistants devraient assister à cette cérémonie.

Chose inhabituelle, un feu d’artifice marquera exceptionnellement le 15 Août (de fait, il n’y en aura pas le 14 Juillet). Attention, l’avenue Maillard étant en travaux, il sera tiré depuis le parc de la Corrèze, derrière l’Espace des Trois Provinces.

Le vendredi 16 août, le musée Michelet vous emmènera à 10h à la découverte des lieux de cette libération. Un spectacle son et lumière Dernière nuit avant la liberté sera également donné à 21h30 devant le théâtre municipal par la compagnie Terres de Légendes et porté par une trentaine de comédiens. Le samedi, les festivités se poursuivent avec un concert à 10h au kiosque de la Guierle, des animations commerçantes et à 20h un bal populaire avec repas place Charles de Gaulle. Vous êtes invité à y participer en costume d’époque.

Pendant tout le week-end, vous pourrez également plonger dans l’atmosphère de l’époque avec l’association Les passeurs de mémoire et leur reconstitution d’un campement des Alliés dans les jardins de la Guierle, avec figurants en uniforme, char Sherman, half-track et même la célèbre voiture d’état-major du général Eisenhower… Ces passeurs sont d’ailleurs actuellement “mobilisés” sur les célébrations du D-Day.

Deux applications pour aller plus loin

Le musée a mis en place deux parcours mémoriels très pédagogiques que vous pouvez suivre avec votre Smartphone en flashant un QR code. L’une est une visite audio guidée à la découverte des lieux emblématiques de la Résistance et de la Déportation de Brive. L’autre, à travers le journal fictif d’une résistante briviste, vous permet de vous promener dans les archives retraçant cette époque, des documents et photos habituellement accessibles uniquement en consultation sur place.

Une grande partie de ce programme sera repris dans un dépliant disponible prochainement dans les lieux publics. Programme que vous pouvez consulter et télécharger en suivant ce lien brive.fr/index.php/brive-fete-sa-liberation.

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

4 × 2 =