L'actualité en continu du pays de Brive


Brive Festival: Les Chedid… Yes they did* !

Les Chedid1 pano

Le moment était attendu de beaucoup et la magie tant espérée a bel et bien opéré. Les Chedid réunis sur la scène du Brive Festival ont refermé en beauté hier soir les quatre premières soirées de concerts payants. Les 4.000 spectateurs faisant monter l’ambiance doucement mais sûrement au fil des concerts de Carré-Court, Vianney et Arthur H, jusqu’à la joie finale suscitée par un concert original et familial.

* Oui, ils l’ont fait !

Carre court1Lancée dès 18h30 par la pop sixties de Carré-Court, réunissant Emilien Gremeaux et Julie Crouzillac, jeunes du cru sélectionnés aux Inouïs du Printemps de bourges, et refermée 5 heures plus tard par le titre On ne dit jamais assez aux gens qu’on aime qu’on les aime chanté à l’unisson par les Chedid, la dernière soirée de concerts payants de Brive Festival aura été belle à voir et belle à vivre.

Si belle que même la pluie n’a pas osé venir jouer les trouble-fête. C’est passé près pourtant pendant Vianney, seul en scène avec Josette, sa petite guitare, son beau brin de voix et ses chansons sentimentales. Durant sa reprise plutôt réussie de Man Down (titre plus connu avec son refrain “Rum Popa Pum”) de Rihanna, une seconde, le public a décroché, pestant après le vent annonciateur de pluie qui a soulevé la mèche que le jeune, look de garçon sage, porte sur la droite. Vianney2Mais, dès les premières notes, le tube Pas là a emporté en un instant les craintes des spectateurs qui ont repris en chœur la chanson au refrain irritant les uns, amusant les autres. Malin et efficace, il a en tout cas permis au garçon, d’abord passé par le commerce et le stylisme, mais issu d’une famille de mélomanes, d’exploser sur la scène musicale.

Pas d’explosion, de buzz ou de titres archi-populaires pour l’artiste suivant mais une belle carrière rythmée par une dizaine d’albums depuis 1990 et suivie par un public de fidèles. Arthur H6Arthur H, costume gris, tignasse assortie, a réservé sans doute une belle surprise à ceux qui ne connaissaient pas bien son répertoire; sa voix grave et éraillée magnifiant certains de ses titres comme La ballade des clandestins, ses envolées vocales inattendues, sublimant certains autres comme Une femme qui pleure, extrait de son dernier album Soleil dedans. Mais Arthur H, c’est aussi la folie, la déconne. Alors, sa veste grise troquée contre une autre pleine de loupiotes passant par toutes les couleurs, le bonhomme est venu titiller le public, en jouant de son déhanché. Son entrée en scène dans un chariot de centre commercial pour interpréter La Caissière du super a fait mouche, de même que son délirant Dancing with Madonna.

Les Chedid21Délirant et mémorable fut aussi le bain de foule de M qui, au beau milieu de son titre Qui de nous deux, est descendu dans le sable jouer et danser parmi un public enflammé. Mais justement, qui d’eux quatre a mené la danse hier soir ? Si beaucoup de spectateurs étaient sans doute là pour M, le cœur de ce projet familial reposait pourtant sur un équilibre de groupe à trouver entre Joseph, Anna, Matthieu et leur père Louis (nous vous en avions parlé dans cet article). Excepté sur Qui de nous deux, logiquement porté par Matthieu Chedid, la magie d’une famille d’artistes partageant l’amour de la musique a opéré.

Changeant d’instruments comme d’autres de vestes, ils ont interprété seul, à tour de rôle ou ensemble leurs propres titres ou ceux des leurs, prenant visiblement beaucoup de plaisir à cela; et, assurément, les quatre membres de ce quatuor inédit en ont donné beaucoup aussi. Ce “trip familial”, comme l’a qualifié Louis, a offert des moments magiques, entre solos de guitare extravagants de Matthieu et Joseph, interprétation inspirée d’Anna, et titres revisités, comme le Machistador de M, repris par Louis qui, en prononçant les premières phrases de la chanson (“Je suis un missionnaire de la drague je l’avoue, le kiki au toutou en espadrilles à clous”) a donné à vivre un moment plutôt amusant. L’aîné, bien qu’en retrait par rapport à sa progéniture déchaînée, s’en est quand même donné à cœur joie pendant le titre à succès Qui de nous deux face à un public très réceptif et chauffé sans relâche par Matthieu sur ses propres chansons mais surtout celles des siens. Un beau moment de partage et d’amour, de joie et de bon son qui a refermé de la plus belle des manières les quatre premières soirées de concerts payants. Mais pas le festival qui se poursuit lui jusqu’à samedi entre apéro-concerts, tournois sportifs, soirées à thèmes et jeux pour les enfants. Tout le programme des animations sur le site officiel du festival.

Sur l’édition 2015 de Brive Festival, vous pouvez aussi lire nos précédents articles:

Carre court1

Carre court2

Carre court3

Carre court4

Vianney1

Vianney2

Vianney3

Vianney4

Vianney5

Arthur H1

Arthur H2

Arthur H3

Arthur H4

Arthur H5

Arthur H6

Arthur H7

Arthur H8

Arthur H9

Arthur H10

Les Chedid1 pano 3

Les Chedid1 pano bis

Les Chedid1 pano ter

Les Chedid2

Les Chedid3

Les Chedid4

Les Chedid5

Les Chedid6

Les Chedid7

Les Chedid8

Les Chedid9

Les Chedid10

Les Chedid11

Les Chedid12

Les Chedid14

Les Chedid15

Les Chedid16

Les Chedid17

Les Chedid18

Les Chedid19

Les Chedid20

Les Chedid21

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire