L'actualité en continu du pays de Brive


Belle résurrection pour le cloître de Tulle

Le cloître de Tulle

Le site classé aux Monuments historiques s’est offert une nouvelle vie avec la restauration de son aile orientale et de sa salle capitulaire. Les travaux aussi complexes que minutieux ont nécessité une fermeture d’un an et demi, que le musée a également mis à profit pour engager un travail de fond sur ses collections. Comme le cloître, le musée est désormais accessible gratuitement.

détail sculptureA l’origine abbaye, c’est autour de ce noyau que c’est construit à la fin du VIIe siècle le bourg qui allait devenir ville. Il aura ensuite subi les affres de la Révolution, des ans, des occupations intempestives de commerces et des inondations capricieuses. Aujourd’hui, ce qui reste de ce cloître de la cathédrale, c’est-à-dire son aile est, a retrouvé de sa splendeur.

Après 19 mois de fermeture dont 18 de travaux, le cloître a rouvert le 10 août dernier et sa restauration a été inaugurée hier soir. Personnalités et invités ont pu découvrir et se promener à travers la galerie et sa salle capitulaire, magnifique avec ses enduits anciens et ses traces de polychromie. Cette salle conserve encore des peintures murales exceptionnelles datant du XIVe siècle qui ont souffert de pathologies importantes liées à l’humidité du bâtiment. Anciennement disparue, la voute de la première travée de la galerie a fait l’objet d’une restitution assez fiable en se basant sur les éléments anciens et en utilisant pour compléter des éléments manquants des matériaux simples, se rapprochant ainsi des techniques anciennes, dans les règles de l’art.

détail peinture dans la salle capitulaireUne dizaine de corps de métiers ont œuvré sur le chantier, un des plus gros menés par la DRAC Limousin et sur lequel pesaient de nombreuses contraintes. “Nous avons travaillé sur la stabilité de l’édifice, refait entièrement la charpente, viabilisé l’espace…”, détaillait Stefan Manciulescu, architecte en chef des monuments historiques. Pour parer aux montées d’eau, trois nouvelles pompes se relaient et ont d’ailleurs prouvé leur efficience lors des derniers orages de juillet. Ces travaux d’un montant d’un million 300.000 euros ont été entièrement financés par l’Etat, dans le cadre d’un plan de relance de l’économie.

Cet écrin au cœur de la préfecture est désormais livré aux Tréchois, Tullistes, Corréziens et touristes: 300 personnes par jour ont pu apprécier sa restauration depuis sa réouverture. Le musée a également rouvert, en tout cas au rez-de-chaussée, pour présenter une exposition baptisée “Tulle, cloître et musée: patrimoines en chantiers” qui se tient jusqu’au 30 janvier, sous forme de kakemonos explicatifs et d’objets dont certains encore protégés dans leur caisse. Trois conférences abordant ce patrimoine, animées par les restaurateurs, sont également prévues d’ici la fin de l’année.

l'expositionSurtout, le musée est désormais accessible gratuitement. Une mesure qui tenait à cœur tant au maire Bernard Combes qu’à la conservatrice des musées de Tulle Laurence Lamy. “C’est un choix démocratique afin de permettre l’accès du plus grand nombre à la culture.” Le musée a profité de la fermeture pour engager le recollement des collections: un patient et laborieux travail qui consiste à déterminer l’origine de chaque objet, et ils sont au nombre de 3.500 à 5.000. Un tiers a été réalisé sur 18 mois. “Nous allons ouvrir dès que possible au public les premiers et deuxièmes étages, vraisemblablement avant la fin de l’année pour le premier, et nous y présenterons des expositions mettant en valeur les réserves.”

Le site est ouvert au public tous les jours sauf le mardi, de 10h à 13h et de 14h à 18h30 ainsi que les 1er et 3e dimanches du mois(horaires jusqu’au jusqu’au 31 octobre). Entrée libre.

Plus d’infos sur le site tulle.fr.

Le maire de Tulle Bernard Combes et le préfet Alain Zabulon ont inauguré hier cette restauration

peinture arcade

nb la petite fille

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire