L'actualité en continu du pays de Brive


Au Rex, les moyens métrages tiennent l’écran jusqu’au 3 juillet

Tentures et tapis rouges. Le cinéma Rex a pris hier soir ses airs de Cannes pour le Festival du cinéma de Brive entièrement dédié au moyen métrage, “le format d’une liberté absolue” pour la secrétaire générale Maguy Cisterne. Cette 18e édition est riche de 20 films en sélection, de séances spéciales, scolaires, ciné concert, focus cinéastes, rencontres… Ambiance d’ouverture en vidéo.

“Ça fait du bien de se retrouver là”, assure un couple qui n’était pas jusqu’ici ici revenu dans une salle obscure. Au fur et à mesure des arrivées, le parvis du Rex enfle des retrouvailles et pronostics. Dans quelques minutes, le Festival va lever le rideau sur sa 18e édition reportée d’avril à cette fin juin. Une cérémonie d’ouverture très attendue et qui promet des moments intenses.

Pour ce lancement officiel, il y a ceux qui sont venus en mode décontracté et ceux, plus investis dans la manifestation, qui ont soigné leur mise. Parmi eux les six membres du jury jeune, avides de se laisser porter par les découvertes. “Après trois essais pour rentrer dans le jury, j’ai enfin réussi, je suis content”, explique l’un d’eux. “J’adore le cinéma, je veux en faire mon métier, du coup c’était évident de participer. J’attends de voir beaucoup de films, de pouvoir en parler, partager des émotions.”

Tout le mérite aussi de ce festival est d’avoir contribuer à faire mieux connaitre le moyen métrage, cette catégorie de format entre 30 et 60 minutes. “C’est une liberté du format”, résume Maguy Cisterne, secrétaire générale du festival du cinéma de Brive. “Avec le moyen métrage, il y a une liberté absolue. Il y a moins de contraintes économiques car ces films là sortent rarement en salle de format, alors de plus en plus, sous notre influence. C’est le format de l’histoire du cinéma: les premiers films de tous les grands cinéastes étaient des moyens métrages, sauf que tout le monde l’a oublié. Ils faisaient des films de la durée nécessaire alors qu’aujourd’hui on a une fâcheuse tendance à étirer les propos pour rentrer dans le format d’un long qui doit faire au moins une heure et quart, et demie, pour sortir en salle. Nous on défend cette liberté du format.”

Lors de la cérémonie à l’issue de laquelle a été projeté Nul n’est parfait de Claude Chabrol, son fils Thomas a d’ailleurs rappelé que son père a tout au long de sa vie fait des courts, des moyens et des longs. Le format suffisamment long du moyen métrage est révélateur de talents. Les films en sélection pour cette nouvelle édition, tout autant que ceux programmés en séances spéciales, sont là pour l’attester.

Écoutez tous les interviews en podcast ici.

Tout est sur le site festivalcinemabrive.fr: la présentation des 20 films en compétition internationale, les divers événements, rencontres, séances spéciales, la grille des horaires… De quoi faire son propre programme.

Photos Raphaël Josse

Marie Christine MALSOUTE, Vidéo : Raphaël JOSSE

Marie Christine MALSOUTE, Vidéo : Raphaël JOSSE

Laisser un commentaire