L'actualité en continu du pays de Brive


Aéroport de Brive: l’avion taxi vous ouvre le ciel

Sky4U (prononcez sky for you, le ciel pour vous). C’est avec cette jeune société d’avion taxi basée à Aurillac que l’aéroport de Brive Vallée de la Dordogne s’associe pour faire décoller des voyages d’affaires ou de vacances. Rencontre avec le pilote commandant de bord.

Il lui a fallu à peine un quart d’heure pour arriver ce matin de la préfecture cantalienne. Un saut de puce pour rejoindre l’aéroport de Brive Vallée de la Dordogne. “Il y a eu plus de temps de préparation que de vol réel”, confirme Eddie Chorfi, 27 ans. C’est involontairement la Covid-19 qui l’aura poussé à voler de ses propres ailes. L’an dernier, la pandémie a cloué au sol avions et pilotes alors même que l’Aurillacois terminait sa qualification sur Boeing 737 chez la Lufthansa. Sans ligne d’horizon. Alors, Eddie Chorfi a eu l’idée de créer en septembre dernier sa propre activité d’avion taxi. “Vu son enclavement, Aurillac s’y prêtait bien.”

Son Cessna Centurion P210 de 6 places, “dégivré et pressurisé” précise-t-il, vous emmène en France et à l’étranger dans un rayon de 2.000km, sept jours sur sept. Son atout: un service à la carte, rapide et sur mesure. “Pour le passager, il n’y a pas de formalités, pas d’enregistrement de bagages, de fil d’attente, de transit aérien. Je réduis les temps de déplacements par six par rapport à un transport classique et je peux me poser sur gros ou petits tarmacs, tous types de pistes, même en herbe. L’idée est que le client soit à moins de 20 minutes de sa destination finale. Je vends du temps et de la flexibilité“, argumente-t-il.

S’il est basé à Aurillac, il sillonne la France et au-delà. “Plus de 70% des demandes viennent de l’extérieur. Dernièrement, j’ai fait par exemple Lyon-La Suisse, Nice vers la Sicile, de Pau en Bretagne… La moitié des voyages se font dans la journée.” L’aéroport de Brive Vallée de la Dordogne qui veut développer un volet aviation d’affaires, lui tend les bras. “Nous lui mettons à disposition un salon VIP que nous allons réaménagé”, commente son président Julien Bounie. “C’est une première. L’objectif serait d’avoir un avion-taxi basé ici. On veut que les gens du territoire s’approprie l’aéroport.”

Cette nouvelle offre intéresse à prime abord les professionnels. “Ils constituent plus de 80% de ma clientèle. Des entreprises du bassin de Brive sont d’ailleurs intéressées. Il y a un marché ici”, assure Eddie Chorfi. “L’offre peut séduire aussi des particuliers, en divisant le coût par nombre de passagers.” À titre indicatif, l’heure de vol revient à 550 euros et son taxi volant peut aussi transporter du fret urgent.

Si l’activité a mis du temps à décoller, “depuis janvier le bilan est positif. Je n’ai pas trop de concurrence directe, c’est l’avantage d’avoir un petit appareil”, epxlique le pilote. “L’enjeu était de se positionner dans les premiers. C’est une belle aventure qui commence.” Sa société tourne actuellement avec quatre pilotes qui se sont retrouvés confrontés aux mêmes turbulences professionnelles. Mais l’horizon semble s’éclaircir car Eddie Chorfi envisage déjà de se développer avec un plus gros appareil.

Son site : sky4u.aero.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

2 commentaires

Laisser un commentaire