L'actualité en continu du pays de Brive


À quoi servent les armées ?

C’était exactement la question posée ce matin à Brive par le premier café stratégique à destination de lycéens de terminale. Une conférence débat avec trois experts militaires qui a permis à 300 élèves d’aborder des enjeux de défense et de sécurité. De quoi se forger une meilleure vision dans le cadre de leur spécialité et tout simplement comme citoyens.

“Réunir autant de jeunes sur le sujet de la défense, même à Bordeaux on y arrive pas”, s’est réjoui en préambule Bernard Laurençon, président de l’IHEDN Aquitaine (Institut des hautes études de la défense nationale). Les quelque 300 lycéens attendus étaient bien au rendez-vous ce matin salle Escande. La grève générale qui frappe à nouveau ce mardi 28 mars, n’a pas perturbé cette grande première initiée à Brive par ce que l’on appelle le “trinôme académique”. Une particularité française qui regroupe au sein de chaque académie un représentant des armées, un de l’éducation nationale et un de l’IHEDN.

Si ces rencontres sont coutumières à des niveaux universitaires à travers la l’hexagone, c’était la première fois que l’une d’entre elles était organisée à Brive, qui plus est dans la région hors la Gironde et Bordeaux. C’était aussi la première en France à s’adresser à un public lycéen ciblé.

Les élèves de terminale venus des établissements d’Arsonval et Bossuet de Brive, Edmond Perrier de Tulle, ont en effet en commun de suivre une spécialité HGGSP (histoire-géographie, géopolitique et sciences politique), donc déjà “sensibilisés” au sujet. Il n’empêche, ce matin, la plupart d’entre eux ne savait pas trop quoi attendre de cette rencontre à l’interrogation pourtant très explicite: “À quoi servent les armées?”

Pour y répondre plus en détail, trois intervenants militaires, représentant chacun une arme et présenté chacun par un des élèves: le colonel Ferraton, chef de corps du 126e RI de Brive, le contre-amiral Guichard, commandant de la Marine à Bordeaux et le colonel Herpin, commandant de la base aérienne de Mont de Marsan.

Nous vivons dans un monde de plus en plus dangereux, avec des zones de conflits, des zones de tensions, des menaces terroristes, des problèmes de cybersécurité…”, brosse Bernard Laurençon. “Nous devons prendre conscience de ces contraintes et des risques auxquels il nous faut faire face.”

Pour le parterre très silencieux, il s’agissait, en abordant le rayonnement de la France dans l’échiquier mondial, son fonctionnement propre, les missions de ses armées, de prendre la mesure de cet “esprit de défense” afin d’être mieux informé sur le sujet et de pouvoir se forger en tant que citoyen ses propres convictions. Des interventions aussi émaillées de pensées philosophiques. Si l’homme est voué à toujours être “un loup pour l’homme” comme le prétendait Thomas Hobbes, alors si l’on veut la paix, il convient de préparer la guerre… Si vis pacem, para bellum.

“Cette première entame un cycle de trois conférences, toujours auprès du même public de lycéens”, ont annoncé le lieutenant-colonel Éric Zavras de la délégation militaire de la Corrèze et l’inspecteur académique David Pierre Roou. Les prochaines devraient avoir lieu après la rentrée 2023 et l’une d’entre elles devrait être animée par le général Vincent Guionie, ancien commandant des forces terrestres.

 

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

deux × trois =