L'actualité en continu du pays de Brive


A Jules Ferry, le tournoi d'échecs est un succès !

intro tournoi echecs

A l’occasion de la fête de la science, le “tournoi des coccinelles” du CRTS rassemble toute la matinée à Jules Ferry une cinquantaine d’écoliers de Louis Pons et Jules Vallès devant des échiquiers

echecs2“Echec et mat”, lance Mathéo depuis le réfectoire de Jules Ferry aménagé pour la matinée en échiquier géant. “Avec mes pièces, j’ai réussi à entourer son roi qui est bloqué”, décrypte-t-il. Il est en CM2, et cela fait déjà deux ans qu’il a découvert les échecs. Une activité qu’il affectionne. “C’est bien pour la mémoire et la patience”, assure-t-il. “Cela développe la réflexion”, ajoute Jacky Charreyron, enseignant de Jules Vallès. “Le jeu d’échecs fait aussi des liens avec la géométrie  et développe les facultés d’anticipation.” Il a donc tout bon. C’est aussi l’avis de Valérie Taurisson, maire adjoint en charge de la famille et de l’enseignement. “C’est fabuleux de pouvoir proposer cela aux enfants, c’est une expérience très enrichissante.”

“La convention signée par l’ancien recteur avec la ligue d’échec du Limousin nous autorise à pratiquer les échecs dans le cadre du programme scolaire“, explique Bernardino Leal Esteves qui anime le CRTS, organisateur du tournoi. Ainsi, il est proposé à tous les établissements scolaires de la ville, du CP au CM2, de venir s’initier aux échecs une demi-journée par semaine au CRTS. “Grâce à l’argent récolté par la vente des coccinelles, on a pu faire l’acquisition du matériel adapté”, poursuit Bernardino Leal Esteves. “Un matériel qui englobe même des horloges et qui permet aux enfants de jouer dans les conditions de vrais tournois. ”

les ensieignantsEt de fait, la salle a beau réunir une cinquantaine d’élèves, l’atmosphère est sereine. Réunis en équipes mêlant les deux écoles, les jeunes s’affrontent dans le calme et le respect les uns des autres. “Outre les compétences mathématiques, on reprend les compétences d’éducation civique“, poursuit l’instituteur du CRTS. “Les élèves respectent les règles de savoir-vivre et de savoir-jouer. D’ailleurs en commençant, ils se saluent et en terminant, se serrent la main. Il faut admettre de perdre.” Il y a toujours un gagnant et un perdant. C’est la règle. Sauf en cas de match nul qui clôture la partie qui se déroule sous les yeux de l’enseignant: “Cela s’appelle un pat”.pano echecs

echecs 1

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire