L'actualité en continu du pays de Brive


À Brive le skate se porte bien

À Brive, le skatepark de Tujac ne désemplit pas. On vient même de loin pour profiter de cette structure très appréciée. Sport urbain par excellence, le skate sera aux Jeux olympiques de Tokyo, cet été, s’ils se tiennent. Une consécration qui, pour certains skateurs, passe mal. Pratiqué à l’origine en dehors de toute forme institutionnelle et sans aucun esprit de compétition, le skate serait-il rentré dans le rang ?

Sur le béton lisse du skatepark de Tujac, ils sont nombreux à tenter figures acrobatiques, ollies, kickflips, tout en glissant sur les modules, curb, pool… Antonin Prévier, 27 ans, se distingue particulièrement. Chemise colorée, pantalon large, Vans aux pieds, il avale sereinement tous les obstacles qui se dressent sur son chemin avec la nonchalance du skateur aguerri. Cool…

Antonin fréquente les skateparks du Limousin et selon lui, « celui de Tujac est probablement le meilleur. Il est agréable à rouler, c’est dû au béton lisse, les modules sont bien. Il y a vraiment moyen de s’amuser et de progresser. Beaucoup de skateurs viennent ici et de toute la région ».

 

Antonin a commencé le skate vers 12 ans. Passionné de glisse. Sa maman l’avait mis sur des skis, puis au snowboard tout petit. Il a poursuivi cette passion de la glisse sur neige sur l’asphalte. Un peu comme les surfeurs californiens qui, pour tromper l’ennui hivernal, ont inventé les premiers skates. Ils pouvaient ainsi glisser toute l’année. « C’est une vraie sensation de liberté », souligne Antonin.

Même s’il a arrêté quelques années, Antonin est vite revenu au skate. « Vers 17-18 ans, beaucoup stoppent. Il y a le permis, les études… mais je m’y suis remis, il y a 4-5 ans maintenant. En général, je passe trois ou quatre heures par jour sur la planche. C’est un sport exigeant. Je m’entretiens aussi à côté. »

Bientôt aux JO, s’ils ont lieu, le skate va bénéficier d’une audience exceptionnelle. Antonin est plutôt satisfait de cette mise en lumière, même s’il est partisan d’une pratique plus underground. Car le skate a énormément évolué. Il s’est structuré, professionnalisé. Il a intégré en 1997 la Fédération française de roller skating devenue en 2017 Fédération française de roller et skateboard. « Je suis content, car cela va permettre de mieux faire connaître ce sport et d’attirer de nouveaux pratiquants. »

 

Une chose est sûre, le skatepark de Tujac n’est pas près de désemplir.

Petite vidéo de démonstration ICI dans le pool.

 

 

 

 

 

Axel Klimacek, président de Brive Skate Board

L’association BSB, créée en 2019, poursuit son action de promotion du skate à Brive.

« Le skatepark de Tujac a vraiment relancé la pratique du skate à Brive. L’association compte environ 40 adhérents, mais il y a sans doute une bonne centaine de personnes qui skatent à Brive. Et pas seulement des Brivistes », se réjouit Axel Klimacek, le président. L’association, qui a déjà organisé des évènements, a dû mettre quelques projets entre parenthèses à cause de la pandémie. Mais ce n’est que partie remise. « Notre souhait désormais serait d’avoir un skatepark couvert, dans un hangar par exemple, pour skater toute l’année, sans se soucier de la météo, mais également pour se réunir », souligne Axel. D’autres projets sont encours et devraient bientôt être dévoilés.

 

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire