L'actualité en continu du pays de Brive


Vos sorties de la semaine

Nous vous rappelons qu’il est indispensable de continuer à appliquer les mesures sanitaires barrières: distanciation physique (1 mètre à 1,50 mètre), port du masque, lavage des mains très régulier…

MERCREDI 23 SEPTEMBRE 2020

  • Séances de sophrologie au fil de la journée à Brive à la médiathèque municipale du centre ville. Des séances proposés pour les enfants de 3 à 18 ans qui vont se renouveler les mercredis 20 et 30 septembre. Par groupes en fonction des âges: 5 à 7 ans de 10h45 à 11h15, 8 à 10 ans de 11h30 à 12h, ados de 11 à 14 ans de 14h à 14h45 et 15 à 18 ans de 16h à 16h45. Tarifs: enfants 8 euros, ados 10 euros, possibilité de forfaits pour plusieurs séances. Inscription obligatoire. Infos auprès de Christelle Laplace, intervenante, au 06.75.39.82.16 et sur mediatheque.brive.fr. Egalement le 30 septembre.

  • Danse en mai. We are not going back à 20h30 à Tulle au théâtre, avec navette au départ de Brive. Une édition reportée pour cause de pandémie qui se déroule cette année du 23 septembre au 6 octobre. Une édition élaborée en collaboration avec le chorégraphe Christian Rizzo et placée sous le signe de l’engagement, de la générosité et de la rencontre, à l’image du travail développé depuis de nombreuses années par le chorégraphe au sein de la compagnie Mouvements perpétuels. Une approche de la danse aventureuse, plastique et résolument sensible. We are not going back de Mithkal Alzghair ouvre cette édition. La troisième création du danseur syrien sonne comme un manifeste : « Nous ne ferons pas marche arrière ». Balloté, arrêté aux frontières, l’homme migrant se sédentarise, non sans subir la police des frontières, les murs érigés et les contraintes physiques. Contrôles, soumissions, élans brisés : c’est tout cela qui apparaît sur le plateau où cinq danseurs de nationalités différentes explorent les mécanismes physiques de l’empêchement, sans pour autant renoncer. Dans un travail très précis sur l’espace et le rythme inscrit dans un déplacement continu, ces gestes arrêtés finissent par trouver leur harmonie propre. Comme si cette pièce activait la danse à l’endroit de la résistance – résilience ? –, et de ce qu’elle peut, malgré tout, générer de liberté. Tarifs de 5 à 21 euros. Infos au 05.55.22.15.22 et sur le site sn-lempreinte.fr.

************

JEUDI 24 SEPTEMBRE

  • Danse en mai. Le cheval à 12h30 à Tulle dans les jardins de la mairie. Un solo dansé par Seydou Boro porté par les rites envoûtants de Kora. Cela commence par un chant doux. Puis l’homme se lève, démarche gracile, chaloupée et animale. Seydou Boro, chorégraphe burkinabé souvent associé à Salia Sanou, cale le pas du cheval sur le sien, dans un solo qui vient prolonger un film réalisé dix ans auparavant. En homme-centaure, il relie l’homme et l’animal en un seul être. La tête balance. Les pieds piaffent, s’élancent au trot, le corps se cabre. Ce solo western accordé aux notes de kora ouvre de grands espaces dans lesquels le geste dansé semble plus lent, plus fulgurant, plus grand. Une édition Danse en mai reportée pour cause de pandémie qui se déroule cette année du 23 septembre au 6 octobre. Une édition élaborée en collaboration avec le chorégraphe Christian Rizzo et placée sous le signe de l’engagement, de la générosité et de la rencontre, à l’image du travail développé depuis de nombreuses années par le chorégraphe au sein de la compagnie Mouvements perpétuels. Une approche de la danse aventureuse, plastique et résolument sensible. Gratuit. Infos au 05.55.22.15.22 et sur le site sn-lempreinte.fr. Egalement vendredi 25 à 12h30 à Brive au parc de la Guierle, samedi 26 à 17h à Allassac au Manoir des Tours et dimanche 27 à 17h à Aubazine dans les jardins de l’Abbaye.

************

VENDREDI 25 SEPTEMBRE

  • Danse en mai. Le cheval à 12h30 à Brive au parc de la Guierle. Un solo dansé par Seydou Boro porté par les rites envoûtants de Kora. Cela commence par un chant doux. Puis l’homme se lève, démarche gracile, chaloupée et animale. Seydou Boro, chorégraphe burkinabé souvent associé à Salia Sanou, cale le pas du cheval sur le sien, dans un solo qui vient prolonger un film réalisé dix ans auparavant. En homme-centaure, il relie l’homme et l’animal en un seul être. La tête balance. Les pieds piaffent, s’élancent au trot, le corps se cabre. Ce solo western accordé aux notes de kora ouvre de grands espaces dans lesquels le geste dansé semble plus lent, plus fulgurant, plus grand. Une édition Danse en mai reportée pour cause de pandémie qui se déroule cette année du 23 septembre au 6 octobre. Une édition élaborée en collaboration avec le chorégraphe Christian Rizzo et placée sous le signe de l’engagement, de la générosité et de la rencontre, à l’image du travail développé depuis de nombreuses années par le chorégraphe au sein de la compagnie Mouvements perpétuels. Une approche de la danse aventureuse, plastique et résolument sensible. Gratuit. Infos au 05.55.22.15.22 et sur le site sn-lempreinte.fr. Egalement samedi 26 à 17h à Allassac au Manoir des Tours et dimanche 27 à 17h à Aubazine dans les jardins de l’Abbaye.

************

SAMEDI 26 SEPTEMBRE

  • Yoga du rire à 10h à Brive à la médiathèque municipale, place Charles de Gaulle. Un atelier de relaxation pour adulte d’une durée d’une heure. Inscription auprès de l’intervenante Noelle Pareja au 06.24.58.48.64. Tarifs: 10 euros. Infos sur mediatheque.brive.fr. Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre article Le yoga du rire pour libérer ses tensions.
  • Labyrinthe en nocturne à partir de 19h aux jardins de Colette à Varetz. Une enquête nocturne au cœur du labyrinthe. Les visiteurs s’aventurent dans ce dédale de 5000m² muni seulement de leur lampe de poche, sur les traces de Pauline, la cuisinière de Colette. Egalement au programme, le groupe Samaka en concert dès 19h30. Ce concert en deux parties permet aux visiteurs de profiter du groupe avant et/ou après l’aventure du labyrinthe ou de s’offrir toute une soirée musicale. Uniquement sur réservation par téléphone au 05.55.86.75.35. Infos sur jardinsdeolette.com.

************

DIMANCHE 27 SEPTEMBRE

  • Danse en mai. Du Sahel… aux Salants à 17h à Aubazine dans les jardins de l’Abbaye. Muni de ses micros et de sa sensibilité, Hughes Germain s’aventure du Sahel aux marais salants. Les sons qu’il collecte deviennent musique, et la musique devient paysage…Ce voyage musical est composé de deux volets : une installation sonore inspirée par le site exceptionnel de l’Abbaye d’Aubazine et un concert immersif en quadriphonie. Une invitation à l’écoute, une traversée suspendue, dans une bulle sonore, les yeux fermés. Gratuit. Infos au 05.55.22.15.22 et sur le site sn-lempreinte.fr.

  • Cinéma. Séance spéciale. Salia Sanou et le corps voyage à 20h30 à Brive au cinéma Le Rex, bd. Kœnig. En présence de Salia Sanou et en partenariat avec l’Empreinte. Danseur et chorégraphe parfaitement inscrit dans l’univers contemporain de la création,le documentaire montre son engagement, ses allers-retours entre le Burkina Faso et la France. Durée du film: 52 min. Tarifs: 5,50 euros. Infos au 05.55.22.41.69 et sur cinemarex.org.

************

LES EXPOS À VOIR

  • Les enfants de la Résistance à Brive au centre Edmond Michelet, 4 rue Champanatier. Proposée par les éditions Le Lombard, cette exposition est en lien avec la série de bandes dessinées jeunesse du même nom signée Benoît Ers et Vincent Dugomier. Elle explique de manière didactique et ludique les grands thèmes liés à la Seconde Guerre mondiale et à la Résistance. “Dans un petit village de France occupé par l’armée allemande, trois enfants refusent de se soumettre à l’ennemi. Mais comment s’opposer à un si puissant adversaire quand on n’a que treize ans ?” En plus d’explorer l’Histoire, les visiteurs pourront découvrir la série en aidant les héros à replacer les cases des albums sur les panneaux correspondants. Entrée libre et gratuite. Horaires d’ouverture: jusqu’au 30 septembre, du lundi au samedi de 11h à 18h et le samedi de 13h à 18h, à partir du 1er octobre, du lundi au samedi de 13h à 18h. Infos au 05.55.74.06.08 et sur museemichelet.brive.fr. Jusqu’au 20 mars 2021.
  • Nudsus & Molas du Panama à Brive au musée Labenche, salles d’exposition temporaire. Une exposition envoutante qui présente des statuettes de guérison et des textiles du peuple guna. Direction le Panama avec l’exposition de deux cents statuettes guérisseuses en bois, les nudsus. Prêtées par un collectionneur privé, ces pièces sculptées, hautes de quinze à trente centimètres, sont fabriquées par les Gunas pour soigner un mal physique. Elles représentent un outil de médiation pour aller dans le monde des esprits. Ce sont originellement des objets thérapeutiques. Ni sacrés ni même magiques. Ces pièces sont brutes mais possèdent des lignes parfois très modernes. On y retrouve de l’art africain autant que le cubisme de Picasso. Un documentaire explique les procédés de fabrication. L’exposition présente aussi des molas, grands carrés de coton colorés. Brodés par les femmes ou de jeunes homosexuels, ils ont notamment pu inspirer les artistes surréalistes. Différentes propositions de médiations seront proposées à la rentrée : des visites-ateliers, lectures de contes, séances de méditation… Entrée libre. Ouverte du lundi au samedi de 12h à 18h, dimanche de 15h à 18h, fermée le mardi. Infos au 05.55.18.17.70 et sur museelabenche.brive.fr. Jusqu’au 23 novembre 2020.
  • D’après une histoire vraie. Peintures de Julien Beneyton à Brive à la chapelle Saint-Libéral. Une des belles expositions qui se met en place pendant tout l’été. Le jeune artiste plasticien nous livre des portraits de jeunes issus de l’immigration, de rappeurs ou de clochards. Le Polonais Piotr, qui prête son visage à l’affiche de cette exposition, est un SDF avec lequel l’artiste a sympathisé au bas de sa rue. Dans sa peinture, Julien Beneyton montre des sujets qu’il croise quotidiennement dans les quartiers qu’il fréquente à Paris, New York ou Varsovie. Par l’intermédiaire de sa peinture, il restitue leur image, il leur donne un nom, une identité, une humanité. Artiste engagé ? Il ne le revendique pas. « Il constate sans dénoncer », éclaire Vincent Rigau Jourjon, directeur du musée Labenche qui porte cette exposition. Diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, l’artiste de 43 ans, très collectionné, marque déjà son époque de son empreinte sociale et colorée. Il enchaîne depuis près de 20 ans projets, expositions, récompenses et résidences d’artistes. À découvrir aussi sur son site julienbeneyton.net. Entrée libre. Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 18h, samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h, dimanche de 15h à 18h. Infos au 05.55.74.41.29 et sur museelabenche.brive.fr. Jusqu’au 27 septembre 2020.

  • Souffle à Brive au centre culturel, 31 avenue Jean-Jaurès. L’artiste Lakita inaugure cette nouvelle saison des expositions du Centre culturel de Brive en nous transportant dans son univers : la nature. En visitant l’exposition de cette artiste vous viendrez respirer le souffle vital des éléments. Des toiles où le monde végétal a toute sa place, détaillé dans ses moindres recoins et sous toutes ses formes. De la forêt Gabonnaise en passant par une plage de l’île d’Houat ou de Berder, la peinture de Lakita crée une expérience unique de partage. « La toile n’est rien, qu’un instant, et tout à la fois pourtant. Elle apparaît au jour, De plein soleil et pleine lune. Peut-être sera-t-elle regardée, Même dans son imparfait ? Qu’importe ! Elle se donne à la vie », explique l’artiste. C’est d’abord la danse qui a rythmé le développement artistique de Lakita. Peu à peu, elle s’initie à la peinture à l’huile et pendant trois ans étudie à l’École des Beaux-arts de Toulouse. Elle installe son atelier dans le Lot, au sein du parc régional des Causses. Sa recherche intérieure l’amène à pratiquer le Shiatsu Zen, l’art de soigner japonais issu de la lignée du maître Masunaga, à développer sa sensibilité à l’énergie vitale (Ki). Sa peinture inspirée du vivant est à la fois réaliste et imaginaire. Son site: lakitapeintures.com. Entrée gratuite. Ouvert en semaine de 9h à 12h et de 14h à 19h, samedi de 10h à 12h et 14h à 19h. Entrée libre. Infos au 05.55.74.20.51. Jusqu’au 2 octobre 2020.