L'actualité en continu du pays de Brive


Vos sorties de la semaine

MARDI 8 NOVEMBRE 2016

64839-dahk-daughters-band-_igor-gaidai_6

  • Freak cabaret. Dakh Daughters band à 20h30 à Brive au Théâtre municipal. Spectacle en ukrainien surtitré dans le cadre de la programmation Spectacles sans frontières. Quand l’Ukraine chante sa résistance au prédateur Poutine. Leur histoire s’installe en 2013 sur Maïdan, la place de l’indépendance de Kiev. 64839-dahk-daughters-band-_olga-zakrevska_37 “pensionnaires” du théâtre de la capitale ukrainienne ont décidé de créer “les filles du Dakh”. Ce désir collectif, théâtral autant que musical mis en scène par Vlad Troitskyi a les vertus d’un décapant irrésistible. Une jeunesse se dit ici. Elle est artiste, douée et déterminée, plus endiablée que politique. Elle est aussi plus punk que Femen, polyinstrumentiste et toujours révoltée. Les Dakh Daughters s’amusent en offrant un cabaret énergique où sont alignés chants traditionnels revisités et quelques grands noms, de Bukowski à Shakespeare en passant par l’absurde du russe Vvendenski. Durée: 1 heure 30. Tarifs: de 20 à 5 euros. Infos au 05.55.24.62.22 et sur le site lestreizearches.com.

  • moisdudoc-siteCinéma. Soirée d’ouverture du Mois du film documentaire à 20h à Brive au cinéma Le Rex, bd. Kœnig. Des jeunes réalisé par Renaud Fely et La vie adulte de Jean-Baptiste Mees: ces deux films sont à l’affiche de cette soirée d’ouverture régionale du Mois du Film Documentaire – Nouvelle Aquitaine en présence des réalisateurs. Une rencontre aura d’ailleurs lieu à la suite de la projection. Des jeunes : Charles, Samuel et Chloé, 18 ans, sont amis : en terminale, ils participent en tant qu’organisateurs à une session nationale du Parlement Européen des Jeunes (PEJ). C’est l’occasion de rencontrer d’autres jeunes avec qui échanger, et pas seulement sur des questions politiques (66 min). La vie adulte : Antho dit « Pietzak » habite une petite ville portuaire au bord de la méditerranée. À l’école il apprend à réparer des bateaux, et avec ses copains il vit mille aventures et petites histoires. Le problème de Pietzak, c’est qu’il parle trop, qu’il bouge trop, qu’il se bat trop, aussi. A l’approche de ses 18 ans et de l’examen du CAP, ses professeurs lui demandent de grandir, de devenir adulte. « Changer, c’est difficile » leur rétorque-il. Pourtant, cet été en se baignant Pietzak a découvert quelque chose à propos de lui-même : sous l’eau, il est différent (56 min). Tarifs: 3,50 à 7 euros. Infos au 05.55.23.29.01 et sur cinemarex.org.
  • s_septcollines_lesmolieresdevitezThéâtre. L’École des femmes à 20h30 à Tulle au Théâtre des Sept collines. Dans le cadre du cycle Les Molière de Vitez. Le Théâtre Permanent de Gwenaël Morin prend ses quartiers aux Sept Collines pour une semaine: 4 pièces, une intégrale. En 1978, Vitez crée à Avignon sa tétralogie – l’École des Femmes, Tartuffe, Dom Juan et le Misanthrope – avec une distribution et un décor unique. De Molière à Vitez, de Vitez à Morin, à l’évidence Molière reste une formidable machine à jouer, pour sa « puissance fondamentale de produire du théâtre », son écriture « simple précise et efficace qui rend génial ». Morin propose un processus radical mettant le texte et les acteurs au cœur de son projet : débarrassé de tout décor, un travail de troupe, où les rôles sont distribués au hasard, quitte à inverser les genres… les acteurs en jeans et en baskets s’emparent des textes, avec une énergie de jeu contagieuse, tous animés par le désir d’un gros partage généreux avec le public. Une fête du théâtre, de l’acte de la représentation, qui permet de découvrir ou redécouvrir les textes. L’enchaînement des pièces – dans l’ordre de l’écriture – révèle les archétypes et similitudes de certaines situations. Durée: 1 heure 30. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.26.99.10 et sur septcollines.com. Également Tartuffe ou l’imposteur mercredi 9, Dom Juan ou le Festin de Pierre jeudi 10, Le Misanthrophe ou l’Atrabilaire amoureux vendredi 11 et L’Intégrale des 4 pièces samedi 12 novembre.

************

MERCREDI 9 NOVEMBRE

  • Ha√Øm KorsiaRéflexion débat. République et laïcité à 20h30 à Brive à Bossuet, Espace Père Ceyrac. L’Ensemble Scolaire Edmond Michelet et la délégation générale du Souvenir français propose une soirée réflexion débat exceptionnelle avec Haïm Korsia, Grand Rabbin de France, la plus la plus haute personnalité religieuse de la communauté juive de notre pays (la plus importante d’Europe avec plus de 500.000 personnes). Grand Rabbin de France, depuis son élection par ses pairs en juin 2014, après avoir été aumônier en chef du culte israélite des armées et de l’École polytechnique, il est titulaire d’un doctorat en histoire contemporaine, diplômé d’un MBA, vice-président national du Souvenir français, ancien membre du Conseil consultatif national d’éthique. Il est unanimement reconnu pour son inlassable volonté de rapprocher les communautés et par son engagement fort auprès des autres cultes sur les questions sociales et humaines. Il est l’auteur de nombreuses publications qui font état de l’essentiel de ses préoccupations ; les questions d’éthique, les interrogations sociétales et le dialogue interreligieux. Entrée libre. Infos au 05.55.86.74.00 et sur www.edmichelet-brive.fr.
  • g_septcollines_lesmolieresdevitez2-300x260Théâtre. Tartuffe ou l’imposteur à 20h30 à Tulle au Théâtre des Sept collines. Dans le cadre du cycle Les Molière de Vitez. Le Théâtre Permanent de Gwenaël Morin prend ses quartiers aux Sept Collines pour une semaine: 4 pièces, une intégrale. En 1978, Vitez crée à Avignon sa tétralogie – l’École des Femmes, Tartuffe, Dom Juan et le Misanthrope – avec une distribution et un décor unique. De Molière à Vitez, de Vitez à Morin, à l’évidence Molière reste une formidable machine à jouer, pour sa « puissance fondamentale de produire du théâtre », son écriture « simple précise et efficace qui rend génial ». Morin propose un processus radical mettant le texte et les acteurs au cœur de son projet : débarrassé de tout décor, un travail de troupe, où les rôles sont distribués au hasard, quitte à inverser les genres… les acteurs en jeans et en baskets s’emparent des textes, avec une énergie de jeu contagieuse, tous animés par le désir d’un gros partage généreux avec le public. Une fête du théâtre, de l’acte de la représentation, qui permet de découvrir ou redécouvrir les textes. L’enchaînement des pièces – dans l’ordre de l’écriture – révèle les archétypes et similitudes de certaines situations. Durée: 1 heure 30. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.26.99.10 et sur septcollines.com. Également Dom Juan ou le Festin de Pierre jeudi 10, Le Misanthrophe ou l’Atrabilaire amoureux vendredi 11 et L’Intégrale des 4 pièces samedi 12 novembre.
  • lhomme-de-pailleThéâtre. L’homme de paille à 14h à Saint-Céré au Théâtre de l’Usine, 18 avenue du dr Roux. Une pièce méconnue de Feydeau suivie d’un épilogue écrit par Benjamin Moreau: “Feydeau écrit cette pièce à 23 ans. Un texte de jeunesse, longtemps inédit, et qui donne un éclairage fort sur un des ressorts de son œuvre. La mécanique de Feydeau mise à part, c’est plutôt quelque chose du fond de l’œuvre qui apparait ici : l’homme y éteint sa féminité. (…) Bien sûr et en premier lieu le paysage politique comme toile de fond, bien sûr l’avarice, l’avidité, la cupidité… Les vices moraux comme horizon. Mais avant tout l’ambivalence continuelle des sexes. L’homme vacille dans sa posture virile. Tout paraît possible, tout devient possible : on assiste à un carnaval. Aucun n’est à sauver : c’est la tragédie sous le masque de grimace. À cette courte pièce invraisemblable nous donnons une suite opératique. Il n’y a que le chant, ce pays limitrophe de la parole, pour porter un final au plus juste et à la hauteur de ce carnaval. L’opérette bien sûr, qui fait écho au comique troupier de Dranem. Apothéose de l’absurde pas si absurde, écho d’un autrefois qui sait nous retrouver… Un théâtre musical à trois voix voyant la Citoyenne Marie revenir peupler la scène.” Tarifs de 5 à 12 euros. Infos au 05.65.38.28.08 et sur theatredelusine-saint-cere.com. Également jeudi 10 novembre à 20h30.

************

JEUDI 10 NOVEMBRE

  • apero-mixMusiques actuelles. Apéro mix 2.0 XL à 19h à Tulle aux Lendemains qui chantent. Après le succès de l’édition d’avril dernier, DLQC remettent ça en mode XL avec de nouveaux dj set tekno et drum and bass, un visuel/mapping original et une heure de fermeture tardive, le lendemain c’est férié ! Entrée gratuite. Infos au 05.55.26.09.50 et sur deslendemainsquichantent.org.
  • g_septcollines_lesmolieresdevitez1-300x260Théâtre. Dom Juan ou le Festin de Pierre à 20h30 à Tulle au Théâtre des Sept collines. Dans le cadre du cycle Les Molière de Vitez. Le Théâtre Permanent de Gwenaël Morin prend ses quartiers aux Sept Collines pour une semaine: 4 pièces, une intégrale. En 1978, Vitez crée à Avignon sa tétralogie – l’École des Femmes, Tartuffe, Dom Juan et le Misanthrope – avec une distribution et un décor unique. De Molière à Vitez, de Vitez à Morin, à l’évidence Molière reste une formidable machine à jouer, pour sa « puissance fondamentale de produire du théâtre », son écriture « simple précise et efficace qui rend génial ». Morin propose un processus radical mettant le texte et les acteurs au cœur de son projet : débarrassé de tout décor, un travail de troupe, où les rôles sont distribués au hasard, quitte à inverser les genres… les acteurs en jeans et en baskets s’emparent des textes, avec une énergie de jeu contagieuse, tous animés par le désir d’un gros partage généreux avec le public. Une fête du théâtre, de l’acte de la représentation, qui permet de découvrir ou redécouvrir les textes. L’enchaînement des pièces – dans l’ordre de l’écriture – révèle les archétypes et similitudes de certaines situations. Durée: 1 heure 30. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.26.99.10 et sur septcollines.com. Également Le Misanthrophe ou l’Atrabilaire amoureux vendredi 11 et L’Intégrale des 4 pièces samedi 12 novembre.
  • affiche-marie-a-tout-prixComédie. Marié à tout prix à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. S’il veut toucher l’héritage de son grand-père, Antoine doit trouver l’âme soeur et se marier en moins de dix jours. Mission impossible? Pas pour Corinne Monge, l’aide ménagère du grand-père, qui va tout faire, le pire comme le meilleur, pour l’aider à relever le défi ! Une plume acérée, des dialogues percutants servis par des comédiens débordants d’énergie et d’inventivité, voilà la recette de cette comédie délirante. Servie par une mise en scène efficace et rythmée de Philippe Gruz, cette pièce a conquis l’une des plus grandes références du théâtre actuel, Isabelle Mergault qui a accepté d’en être la marraine. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr. Également vendredi 11 et samedi 12 novembre.
  • homme-de-pailleThéâtre. L’homme de paille à 20h30 à Saint-Céré au Théâtre de l’Usine, 18 avenue du dr Roux. Une pièce méconnue de Feydeau suivie d’un épilogue écrit par Benjamin Moreau: “Feydeau écrit cette pièce à 23 ans. Un texte de jeunesse, longtemps inédit, et qui donne un éclairage fort sur un des ressorts de son œuvre. La mécanique de Feydeau mise à part, c’est plutôt quelque chose du fond de l’œuvre qui apparait ici : l’homme y éteint sa féminité. (…) Bien sûr et en premier lieu le paysage politique comme toile de fond, bien sûr l’avarice, l’avidité, la cupidité… Les vices moraux comme horizon. Mais avant tout l’ambivalence continuelle des sexes. L’homme vacille dans sa posture virile. Tout paraît possible, tout devient possible : on assiste à un carnaval. Aucun n’est à sauver : c’est la tragédie sous le masque de grimace. À cette courte pièce invraisemblable nous donnons une suite opératique. Il n’y a que le chant, ce pays limitrophe de la parole, pour porter un final au plus juste et à la hauteur de ce carnaval. L’opérette bien sûr, qui fait écho au comique troupier de Dranem. Apothéose de l’absurde pas si absurde, écho d’un autrefois qui sait nous retrouver… Un théâtre musical à trois voix voyant la Citoyenne Marie revenir peupler la scène.” Tarifs de 5 à 12 euros. Infos au 05.65.38.28.08 et sur theatredelusine-saint-cere.com.
************

VENDREDI 11 NOVEMBRE

  • flamenco-expressVidéo libre. Flamenco Express à 17h à Brive au centre culturel, 31 avenue Jean-Jaurès. Dans le cadre du Mois du film documentaire et en présence du réalisateur Julien Artru. Flamenco Express raconte la collaboration de deux passionnés de flamenco, Kiko et Zhen. Kiko est un gitan français très attaché à son clan familial, qui chante et danse le flamenco depuis l’enfance. Zhen est une jeune femme indépendante, professeur de flamenco à Pékin. Depuis leur rencontre en Chine jusqu’à leurs retrouvailles en Andalousie, le film raconte les éclats de la tournée de ces deux collaborateurs. L’amitié naît à la pointe du poignard. Durée du film: 1 heure 40. Entrée gratuite. Infos au 05.55.74.20.51.

  • Soirée Raoul Ficel blues à partir de 21h au Maryland à Brive (13 rue Saint-Martin) avec l’association L’art en bar. A noter qu’en étant membre de l’association L’art en bar, vous bénéficiez d’une réduction sur les tarifs de plusieurs lieux culturels (Théâtre de la Grange, des Gavroches, Saison des 13 arches, centre culturel, cinéma Rex, CGR, Lendemains qui chantent, A corps danse, festival du cinéma de Brive). Infos au 05.55.17.10.78 et sur le site bar-le-maryland.fr. Également le lendemain samedi 12 novembre.
  • g_septcollines_lesmolieresdevitez3-300x260Théâtre. Le Misanthrophe ou l’Atrabilaire amoureux à 20h30 à Tulle au Théâtre des Sept collines. Dans le cadre du cycle Les Molière de Vitez. Le Théâtre Permanent de Gwenaël Morin prend ses quartiers aux Sept Collines pour une semaine: 4 pièces, une intégrale. En 1978, Vitez crée à Avignon sa tétralogie – l’École des Femmes, Tartuffe, Dom Juan et le Misanthrope – avec une distribution et un décor unique. De Molière à Vitez, de Vitez à Morin, à l’évidence Molière reste une formidable machine à jouer, pour sa « puissance fondamentale de produire du théâtre », son écriture « simple précise et efficace qui rend génial ». Morin propose un processus radical mettant le texte et les acteurs au cœur de son projet : débarrassé de tout décor, un travail de troupe, où les rôles sont distribués au hasard, quitte à inverser les genres… les acteurs en jeans et en baskets s’emparent des textes, avec une énergie de jeu contagieuse, tous animés par le désir d’un gros partage généreux avec le public. Une fête du théâtre, de l’acte de la représentation, qui permet de découvrir ou redécouvrir les textes. L’enchaînement des pièces – dans l’ordre de l’écriture – révèle les archétypes et similitudes de certaines situations. Durée: 1 heure 30. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.26.99.10 et sur septcollines.com. Également L’Intégrale des 4 pièces samedi 12 novembre.
  • la-comedie-marie-a-tout-prixComédie. Marié à tout prix à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. S’il veut toucher l’héritage de son grand-père, Antoine doit trouver l’âme soeur et se marier en moins de dix jours. Mission impossible? Pas pour Corinne Monge, l’aide ménagère du grand-père, qui va tout faire, le pire comme le meilleur, pour l’aider à relever le défi ! Une plume acérée, des dialogues percutants servis par des comédiens débordants d’énergie et d’inventivité, voilà la recette de cette comédie délirante. Servie par une mise en scène efficace et rythmée de Philippe Gruz, cette pièce a conquis l’une des plus grandes références du théâtre actuel, Isabelle Mergault qui a accepté d’en être la marraine. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr. Également samedi 12 novembre.
************

SAMEDI 12 NOVEMBRE

  • amnestyExpo-cente d’Amnesty International de 9h à 18h à Brive, salle du Pont du Buy. Comme chaque année, des milliers de livres d’occasion, confitures familiales et autres douceurs, produits Amnesty, etc. seront proposés au public afin de recueillir des fonds pour financer l’action d’Amnesty International, avec en parallèle la possibilité de s’informer sur les actions menées et d’y participer en signant lettres ou pétitions pour la défense de personnes en danger. On peut aussi offrir des livres pour la vente en les déposant à la salle dés le vendredi ou durant le week-end. Amnesty International ne demande ni ne reçoit aucune subvention, afin de préserver son indépendance face aux autorités. Seule la générosité du public lui permet de fonctionner et de financer son action. Plus d’infos sur amnesty.fr/Groupe/Brive. Également le lendemain dimanche de 10h à 17h.
  • 600x300-livre_jeunesse4La Ronde des histoires à 10h30 à Brive à la médiathèque municipale, secteur jeunesse. Public de 3 à 8 ans. Chaque deuxième samedi du mois, les bibliothécaires convient les enfants à une séance de lecture. Thème de celle-ci: “A l’orée du bois”. Durée: 45 min. Entrée libre. Infos au 05.55.18.17.50 et sur mediatheque.brive.fr.
  • solidarite-nepalCinéma. Solidarité Népal à 20h à Brive au cinéma Le Rex, bd. Kœnig. Une soirée Népal en présence du réalisateur du documentaire Michel Blot. En collaboration avec les associations Gers Himalaya et NEL (Népal Enfance et Lumière). Solidarité Népal retrace les événements liés au séisme et à ses nombreuses répliques, le rapatriement des Français ainsi que les actions humanitaires réalisées en juin 2015. Le 25 avril qui précédait, le Népal a subit une terrible épreuve. Le tremblement de terre, suivi d’un autre moins de trois semaines plus
tard, a provoqué la mort de près de 9000 personnes et détruit de nombreuses habitations et de nombreux symboles de ce merveilleux pays. Au milieu de ce chaos, la vie qui reprend le dessus, des sourires, des leçons de vie, un peuple hors du commun. Durée du documentaire: 1 heure. Tarifs: 3,50 à 7 euros. Infos au 05.55.23.29.01 et sur cinemarex.org.
  • esperanceThéâtre. Notre espérance à 20h30 à Brive au Théâtre de la Grange, 12 rue René Glangeaud. Une création du Théâtre de l’Étoile grise en résidence à la Grange. Écriture de plateau et extraits de différents textes (Walter Benjamin, Denis Guénoun, Michel Deutsch…). Des comédiens et comédiennes veulent créer un “spectacle” sur le thème de l’espoir. Ils se retrouvent, tard dans la nuit, après une journée de répétition pour “décompresser”. Mais, très vite, leurs certitudes, leurs doutes, leurs interrogations ressurgissent. Que dire? Avec quels mots? Leurs mots à eux ou des textes d’auteurs? Et surtout, quelle fin? Rires, engueulades, émotions, tard dans la nuit. Épuisés, ils vont enfin se coucher. De beaux rêves les attendent… “Nous approchons de périodes de désespoir,… certains d’entre nous sont assez âgés pour se rappeler de ce que ça a pu donner. Donc nous devons dire qu’autre chose est possible. Un autre monde est possible et nécessaire.” Ken Loach (mai 2016). Tarifs de 9 à 5 euros. Infos au 05.55.86.97.99 et sur theatredelagrange.free.fr. Egalement le lendemain dimanche 13 novembre à 17h.
  • Soirée Raoul Ficel blues à partir de 21h au Maryland à Brive (13 rue Saint-Martin) avec l’association L’art en bar. A noter qu’en étant membre de l’association L’art en bar, vous bénéficiez d’une réduction sur les tarifs de plusieurs lieux culturels (Théâtre de la Grange, des Gavroches, Saison des 13 arches, centre culturel, cinéma Rex, CGR, Lendemains qui chantent, A corps danse, festival du cinéma de Brive). Infos au 05.55.17.10.78 et sur le site bar-le-maryland.fr.
  • s_septcollines_lesmolieresdevitezThéâtre. L’Intégrale des Molière de Vitez à 14h à Tulle au Théâtre des Sept collines, avec une représentation d’une des 4 pièces touts les 2 heures. Dans le cadre du cycle Les Molière de Vitez. Le Théâtre Permanent de Gwenaël Morin prend ses quartiers aux Sept Collines pour une semaine: 4 pièces, une intégrale. En 1978, Vitez crée à Avignon sa tétralogie – l’École des Femmes, Tartuffe, Dom Juan et le Misanthrope – avec une distribution et un décor unique. De Molière à Vitez, de Vitez à Morin, à l’évidence Molière reste une formidable machine à jouer, pour sa « puissance fondamentale de produire du théâtre », son écriture « simple précise et efficace qui rend génial ». Morin propose un processus radical mettant le texte et les acteurs au cœur de son projet : débarrassé de tout décor, un travail de troupe, où les rôles sont distribués au hasard, quitte à inverser les genres… les acteurs en jeans et en baskets s’emparent des textes, avec une énergie de jeu contagieuse, tous animés par le désir d’un gros partage généreux avec le public. Une fête du théâtre, de l’acte de la représentation, qui permet de découvrir ou redécouvrir les textes. L’enchaînement des pièces – dans l’ordre de l’écriture – révèle les archétypes et similitudes de certaines situations. Durée de chaque spectacle: 1 heure 30. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.26.99.10 et sur septcollines.com.
  • moi-mon-colon-webChanson française théâtralisée. Moi, mon colon… 14-18… Et pourtant on chantait! à 20h30 à Beauregard, salle polyvalente. Une soirée proposée par Itinérance culturelle en Terrassonnais. Patrice Bourgeon a mis en scène deux personnages qui racontent cette guerre. En chansons. Sur scène deux personnages: Hippolyte Blanchet, ouvrier typographe au journal Le Petit Parisien et son copain Célestin Vidal, pianiste au café concert L’Eldorado. Tous deux vont être mobilisés en août 1914 et raconter leurs quatre années de guerre, illustrées en chansons. Oui, on chantait sur le front, dans la boue et l’enfer des tranchées mais aussi à l’arrière, pour se distraire, s’évader, rire, rêver à l’amour, mais aussi témoigner. Dans les cabarets, sous l’influence de la propagande gouvernementale ont fleuri des chansons aux airs martiaux et aux paroles farouchement cocardières, grotesques, indécentes… Un spectacle poignant, récit passionnant, rebelle, une leçon d’histoire vivante où l’humour et les mélodies deviennent des remèdes contre la guerre. Tarifs: 10 et 8 euros, gratuit pour les moins de 18 ans. Infos et réservations au 05.53.51.32.63.

  • affiche-marie-a-tout-prixComédie. Marié à tout prix à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. S’il veut toucher l’héritage de son grand-père, Antoine doit trouver l’âme soeur et se marier en moins de dix jours. Mission impossible? Pas pour Corinne Monge, l’aide ménagère du grand-père, qui va tout faire, le pire comme le meilleur, pour l’aider à relever le défi ! Une plume acérée, des dialogues percutants servis par des comédiens débordants d’énergie et d’inventivité, voilà la recette de cette comédie délirante. Servie par une mise en scène efficace et rythmée de Philippe Gruz, cette pièce a conquis l’une des plus grandes références du théâtre actuel, Isabelle Mergault qui a accepté d’en être la marraine. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr.

************

DIMANCHE 13 NOVEMBRE

  • amnestyExpo-cente d’Amnesty International de 10h à 17h à Brive, salle du Pont du Buy. Comme chaque année, des milliers de livres d’occasion, confitures familiales et autres douceurs, produits Amnesty, etc. seront proposés au public afin de recueillir des fonds pour financer l’action d’Amnesty International, avec en parallèle la possibilité de s’informer sur les actions menées et d’y participer en signant lettres ou pétitions pour la défense de personnes en danger. On peut aussi offrir des livres pour la vente en les déposant à la salle dés le vendredi ou durant le week-end. Amnesty International ne demande ni ne reçoit aucune subvention, afin de préserver son indépendance face aux autorités. Seule la générosité du public lui permet de fonctionner et de financer son action. Plus d’infos sur amnesty.fr/Groupe/Brive.
  • esperanceThéâtre. Notre espérance à 17h à Brive au Théâtre de la Grange, 12 rue René Glangeaud. Une création du Théâtre de l’Étoile grise en résidence à la Grange. Écriture de plateau et extraits de différents textes (Walter Benjamin, Denis Guénoun, Michel Deutsch…). Des comédiens et comédiennes veulent créer un “spectacle” sur le thème de l’espoir. Ils se retrouvent, tard dans la nuit, après une journée de répétition pour “décompresser”. Mais, très vite, leurs certitudes, leurs doutes, leurs interrogations ressurgissent. Que dire? Avec quels mots? Leurs mots à eux ou des textes d’auteurs? Et surtout, quelle fin? Rires, engueulades, émotions, tard dans la nuit. Épuisés, ils vont enfin se coucher. De beaux rêves les attendent… “Nous approchons de périodes de désespoir,… certains d’entre nous sont assez âgés pour se rappeler de ce que ça a pu donner. Donc nous devons dire qu’autre chose est possible. Un autre monde est possible et nécessaire.” Ken Loach (mai 2016). Tarifs de 9 à 5 euros. Infos au 05.55.86.97.99 et sur theatredelagrange.free.fr.

************

LES EXPOS A VOIR

  • divas-du-desertLes divas du désert à Brive au Théâtre municipal, dans la petite salle à l’étage. A partir du 8 novembre. Nous le savons, l’art aborigène arrive à un tournant. Les anciens, les créateurs de ce mouvement, des initiés aux connaissances immenses, ayant parcouru le bush sans contact avec la civilisation occidentale durant leur jeunesse, nous quittent peu à peu. Cette deuxième exposition, proposée par Pierre Reytier et Marc Yvonnou, collectionneur, galeriste et expert national en art aborigène, mettra en scène quelques-unes des figures historiques de ce mouvement et plus particulièrement des femmes (Ningura Napurrula, Maringka Baker, Kathleen Petyarre...). Paradoxalement, alors que leurs corps semblent les abandonner, dès qu’ils se  mettent à peindre, ces anciens sont comme habités, ils retrouvent un élan et une énergie dont leurs œuvres sont l’incarnation. Horaires : mardi au vendredi de 13h à 18h et une heure avant le début des spectacles, les samedis 12 et 19 novembre de 10h à 12h et de 14h à 17h. Infos au 05.55.24.62.22 et sur le site lestreizearches.com. Jusqu’au 19 novembre 2016.
  • chemins-de-traverseChemins de traverse, clichés d’Arnaud Maitrepierre à Brive au musée Labenche, salles d’exposition temporaire. Spontanées, les photographies d’Arnaud Maitrepierre traduisent les émotions qu’une situation ou une ambiance suscite chez lui parce qu’il lui est plus facile de se livrer à travers des images que des mots. Majoritairement réalisés en noir et blanc, ses clichés sont graphiques et résultent d’une composition originale ou de la capture d’une lumière singulière. La série présentée a comme fil conducteur le chemin de fer, élément qui rapproche mais aussi éloigne les êtres… Entrée libre. Ouverte du lundi au samedi de 12h à 18h, dimanche de 15h à 18h, fermée le mardi. Infos au 05.55.18.17.70 et sur museelabenche.brive.fr. Jusqu’au 5 février 2017.
  • la-poule-verteLa Farce cachée de la Lune à Brive conjointement à la chapelle Saint-Libéral et au Garage, centre d’art contemporain, avenue Edouard Herriot. A l’origine de cette exposition, il y a des rencontres. Celle, pour commencer, de Christian Cébé, sculpteur installé en Corrèze, avec les œuvres de Jacek Wozniak, artiste d’origine polonaise connu pour les dessins qu’il publie depuis les années 1980 dans le Canard enchaîné. De cette rencontre sont nées des sculptures, petites ou gigantesques, inspirées à Christian Cébé et Leo Amery -artiste travaillant le vitrail à Martel- par des dessins de Wozniak, un art en nourrissant d’autres. Une rencontre entre ces artistes et des lieux de Brive, ensuite. Car c’est un véritable coup de cœur qu’ils ont ressenti pour le Garage et la chapelle Saint-Libéral, deux sites d’expositions temporaires de la Ville présentant des personnalités radicalement différentes mais complémentaires : les murs blancs et les volumes simples et contemporains du Garage contrastent ainsi avec l’architecture religieuse et les murs en pierre de la chapelle, édifice du 15e siècle inscrit au titre des Monuments Historiques. Conçue en deux volets, indépendants mais complémentaires, cette exposition est présentée à la fois au Garage et à la chapelle Saint-Libéral. Suivant un accrochage original, faisant fi des conventions scénographiques habituelles, cette manifestation propose de découvrir les créations artistiques de Wozniak et celles d’autres dessinateurs de presse (Cabu, Cardon, Kerleroux, Gde Adelina, Makina) regroupés au sein du collectif Scorbut ainsi que les sculptures de Christian Cébé et de Leo Amery, véritables réinterprétations artistiques en trois dimensions d’éléments dessinés par Wozniak. Si l’approche se veut ludique, conduisant à regarder l’exposition sous des angles inédits au sein d’une atmosphère joyeusement colorée, plusieurs séries d’œuvres amènent aussi à s’interroger sur les problèmes écologiques et sociaux actuels. Entrée libre. A la chapelle Saint-Libéral, ouvert du mardi au vendredi de 12h à 18h, samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h, dimanche de 15h à 18h (infos au 05.55.74.41.29 et sur museelabenche.brive.fr) et au Garage, ouvert du mardi au samedi de 12h à 18h et dimanche de 15h à 18h (infos au 05.55.88.80.81 et sur garage.brive.fr). Jusqu’au 15 janvier 2017. A voir également trois sculptures de Christian Cébé dans les jardins du musée Labenche.
  • Mise en page 1 (Page 1)La Libellule à Brive aux archives municipales. Dans le cadre de la 35e Foire du Livre de Brive ainsi que du Centenaire 1914-1918. Cette exposition est le récit d’un rêve né de l’imagination du poilu Alfred Coste, au moment où la mort s’apprêtait à l’emporter. A-t-il vraiment eu cette vision ? Nul ne le sait… C’est sa petite-fille [Sophie Séronie-Vivien], l’auteure des textes, qui a choisi de la lui attribuer afin de redonner vie à la passion d’un homme aux aspirations universelles : vivre, créer, aimer… Un homme-racine, un de ces aïeux qui marquent de leur empreinte plusieurs générations. Simultanément, sont également exposées des lettres fictives écrites à la manière d’un soldat de la Grande Guerre par des élèves de CM2 de l’école Jules-Ferry. Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et e 13h30 à 17h. Entrée libre. Infos au 05.55.18.18.50 et sur archives.brive.fr. Jusqu’au 11 novembre 2016.
  • rue-du-mondeRue du monde, 20 ans à Brive à la médiathèque municipale. La maison d’édition Rue du monde vient fêter ses 20 ans à Brive à l’occasion de la Foire du livre. Alain Serres, auteur et fondateur de Rue du monde, sera présent à Brive, à la médiathèque, au Théâtre et sous la halle Brassens, avec plusieurs grandes signatures de la maison (Laurent Corvaisier, Aurélia Fronty, Pef et Zaü). L’exposition présente 20 grands illustrateurs au travers d’images extraites de leurs albums publiés à Rue du monde depuis 1996. 20 ans d’engagement culturel pour inviter les enfants à s’ouvrir aux autres, aimer la poésie et tenter de comprendre le monde afin d’oser l’imaginer autrement. En 20 ans, 425 livres sont nés, pour tous les âges de l’enfance. Ils donnent des ailes multicolores aux mots liberté et fraternité. Des visites de classes sont proposées aux scolaires (renseignements et inscription auprès du secteur jeunesse de la médiathèque). Entrée libre. Ouvert mardi de 9h30 à 18h, mercredi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 18h, jeudi de 9h30 à 12h et de 15h à 18h, vendredi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 18h, samedi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 17h. Infos au 05.55.18.17.50 et sur mediatheque.brive.fr. Jusqu’au 19 novembre 2016.
  • L’Indochine à Brive aindochineu centre Edmond Michelet. Réalisée par l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre) et composée de 19 panneaux, cette très instructive exposition permet au visiteur de (re)découvrir l’épopée française en Indochine et les affres d’un conflit, qui divisa les consciences et déchira la communauté nationale. Elle aborde les prémices de la guerre et la présence française en Indochine avec la création de l’Union indochinoise, réunion des protectorats du Cambodge, du Tonkin, de l’Annam et du Laos à la colonie de Cochinchine. Elle éclaire pour chaque année de guerre, du conflit colonial et de sa transformation en un front de la Guerre froide à partir de 1949, jusqu’aux combats acharnés de Diên Biên Phu et aux accords de Genève de juillet 1954. Des panneaux thématiques illustrent des points particuliers : les forces de l’Union française, le Viêtminh, l’opinion française… Des panneaux de mémoire présentent des visages anonymes et rendent hommage aux combattants d’Indochine, qui ont gardé après leur retour la nostalgie d’une terre envoûtante, aux cultures ancestrales, et le souvenir des hommes et des femmes pour lesquels ils se sont battus. Cette exposition est dédiée à ces hommes, militaires français, légionnaires, Africains et Nord-Africains, soldats vietnamiens, cambodgiens et laotiens qui ont servi en Indochine et à tous ceux qui ne sont pas revenus. Entrée libre et gratuite. Horaires d’ouverture: jusqu’au 30 septembre, du lundi au samedi de 11h à 18h et le samedi de 13h à 18h, à partir du 1er octobre, du lundi au samedi de 13h à 18h. Infos au 05.55.74.06.08 et sur museemichelet.brive.fr. Jusqu’au 17 décembre 2016.
  • expo_detective-rollmops_bdes_02-copie1Détective Rollmops à Brive au centre socioculturel municipal Jacques Cartier. Venez découvrir les aventures du détective Rollmops. L’exposition présente plusieurs planches dans leur format original (45×60 cm), ainsi que les différentes étapes de création de l’ouvrage, du scénario aux recherches graphiques, en passant par les story-boards, le matériel, etc… Les visiteurs pourront découvrir le travail minutieux que constitue l’élaboration d’une BD réalisée en gravure. Vous serez alors plongé au cœur de l’univers de Rollmops, petit détective à trois yeux au travers de plusieurs activités ludiques et pédagogiques : des gravures issues du jeu de l’oie présent dans les pages centrales l’album, des BDés (ou comment, en lançant 3 dés géants dont chaque face constitue une case de bande dessinée, on obtient aléatoirement une multitude de mini-récits sous forme de strip), le jeu en bois πramide (à partir du cycle 3), un grand jeu de l’oie à utiliser de 2 à 4 joueurs, un kit expo à roulettes qui permettra de découvrir l’exposition de manière ludique. L’accueil des groupes se fait uniquement sur rendez-vous. Entrée libre et gratuite. Ouvert du lundi au vendredi, de 8h à 12h15 et de 13h30 à 19h. Infos au 05.55.86.34.60. Jusqu’au 18 novembre 2016.
  • Hélène Porée-Breuzard à Brive à la bibliothèque du campus universitaire. Entrée libre. Infos au 05.55.26.06.48. Jusqu’au 30 novembre 2016.
  • memoires partageesMémoires partagées au musée du cloître de Tulle. Une histoire des bals clandestins sous l’Occupation en Corrèze. Dans la mémoire collective, la période de l’Occupation est bien souvent synonyme de combats, de résistances, d’exodes, de pénuries, de tragédies; à Tulle, ville martyre tout particulièrement. Pourtant il y a dans des coins de mémoires des souvenirs heureux, des souvenirs dansants, ceux de bals clandestins, improvisés dans une grange ou une clairière où les jeunes gens se retrouvaient pour danser malgré la guerre. Plus de 70 ans après, il est difficile de trouver des traces de ce phénomène par essence caché. Restent les souvenirs, ceux des jeunes participants ou musiciens d’alors. Des souvenirs ici restitués sous forme de témoignages filmés. Une installation vidéo conçue par Lost In Traditions invite le public à faire resurgir ces bals perdus. Dans ces histoires recueillies, l’accordéon est omniprésent. Parce qu’il est facilement transportable, par sa puissance sonore adaptée à l’extérieur, il est depuis la période de l’entre-deux-guerres et la naissance du répertoire musette, l’instrument à la mode pour danser…Entrée gratuite. Ouvert tous les jours sauf mardi de 13h à 18h. Ouvert également les 1er et 3e dimanche du mois. Infos au 05.55.26.24.22. Jusqu’au 30 janvier 2017.
  • affiche_le_richelieu_lightLa maquette du cuirassé le Richelieu à Tulle au Musée des armes. L’exposition présente la maquette du cuirassé le Richelieu réalisée par Paul Mialet, ancien ouvrier de la manufacture d’Armes et donnée par sa famille au Musée des armes. Réalisée entre 1984 et 1990, elle est une reproduction statique au 1/100e de ce navire de guerre, super cuirassé de la Marine nationale française pendant la Seconde Guerre mondiale. Des milliers d’heures de travail à détailler les plans, à usiner la moindre pièce au fond d’un atelier, à assembler, entre passion du travail de précision et savoir-faire. Cette exposition présente également plusieurs maquettes prêtées par le club Maquettes 19. Entrée libre. Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h30 (fermé le mardi), ouvert également le 1er dimanche du mois. Infos au 05.55.26.22.15. Jusqu’au 31 décembre 2016.
  • contour-marielle-genestContour à Tulle à la Cour des arts, rue des Portes Chanac et à la vitrine le Point G. Une exposition de Marielle Genest: “Une ligne, un trait, un mur, une ville… une limite. L’environnement se trouve ainsi fragmenté en permanence. Tout mon travail s’articule autour de cette notion de fragmentation et de limite. La ligne devient alors essentielle dans ma recherche. Je me concentre sur la définition de la perception de l’espace, comme lieu de relations et lieu de tensions entre le vide et le plein. Je travaille sur la forme, le contour, et le support mural avec la volonté de retracer, d’interroger et d’expérimenter cet espace. Dans ma pratique, cela se traduit par des structures simples, proches de l’ossature où je rends les limites visibles, ces points de rencontres, de contacts, en les soulignant par un fil, du ciment, du papier. Ce bord à bord devient une couture, un lien, une suture entre les espaces. ” Du mardi au samedi de 12h à 18h. Entrée libre. Infos au 05.44.40.97.37 et sur lacourdesarts.org. Jusqu’au 3 décembre 2016.
  • Première et Vendange tardive à Meymac au Centre d’art contemporain, abbaye Saint-André. La 22e édition de Première présente les œuvres d’une sélection de diplômés des écoles d’art de Bordeaux, Bourges, Clermont-Ferrand et Limoges. Vendange tardive présente les œuvres des artistes peintres en résidence par binôme l’été dernier à Chamalot-Résidence d’artistes. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 19h (à partir du 23 septembre de 14h à 18h et le matin sur rendez-vous). Entrée: 5 et 4 euros, gratuit pour les moins de 12 ans. Infos au 05.55.95.23.30 et sur cacmeymac.fr. Jusqu’au 15 janvier 2017.
Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire