L'actualité en continu du pays de Brive


Visite de l'ambassadeur des Etats-Unis

Charles H.Rivkin était ce matin dans la cité gaillarde. Fin d’une tournée de 2 jours dans notre département pour l’ambassadeur des Etats-Unis en France. Il s’est entretenu avec des chefs d’entreprises dans les locaux de l’immeuble consulaire. Echanges courtois et pleins de promesses.

Ils étaient une bonne soixantaine, hommes et femmes chefs d’entreprises, à avoir tenu à être présents pour écouter l’ambassadeur américain (qui s’est même amusé à faire une photo de l’assemblée pour la mettre sur twitter). Ecouter, mais aussi échanger, car après des discours assez brefs, Jean Louis Nesty, le président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Corrèze, et Charles H.Rivkin, ont tenu à ce que s’engage le dialogue. Au centre des échanges, les relations économiques entre nos 2 pays, et des questionnements de la part de nos chefs d’entreprises sur la possibilité de se développer à l’export sur le continent nord-américain. Pas si facile que cela comme le souligne un entrepreneur du BTP qui travaille dans différents états américains et qui se heurte, dit-il, à des législations différentes. « Nous sommes un pays fédéral », explique l’ambassadeur, « et donc chaque état est en quelque sorte souverain ».

Pourtant, « la volonté des Etats-Unis est de développer au maximum les relations économiques avec la France, et avec l’Europe« . Pour cela précise Charles H.Rivkin, l’administration Obama a créé des outils pour faciliter les choses comme par exemple le select USA. « C’est un programme qui permet de renseigner au mieux une entreprise qui souhaite s’implanter ou investir aux Etats-Unis ». Une sorte de main tendue qui va diriger l’investisseur vers des partenaires et des lieux où il sera le plus à même de développer son activité.

En bon ambassadeur qu’il est, Charles H.Rivkin n’abordera pas beaucoup devant la presse les sujets qui fâchent. Le foie gras boycotté par l’Etat de Californie, no comment, si ce n’est pour dire qu’il en a mangé à plusieurs reprises durant son séjour et qu’il aime ça, la lettre injurieuse du patron des pneus américain Titan, no comment! si ce n’est pour souligner qu’agir ainsi « n’est pas dans la philosophie des Etats-Unis ». Il préfère rester dans le positif en vantant notamment les mérites de l’idée lancée par Barack Obama, lors de son discours sur l’état de l’Union, de conclure un accord de libre-échange avec l’Union européenne. Un rapport imminent devrait souligner la nécessité de mettre sur pied un accord bilatéral approfondi. Il comprendrait une large gamme de politiques liées au commerce et aux investissements. « Etre plus fort ensemble et créer ainsi des milliers d’emplois de chaque côté de l’Atlantique » a insisté Charles H.Rivkin. Des négociations pourraient s’ouvrir d’ici le mois de juin, l’administration américaine et l’union européenne espérant un accord d’ici à 2 ans. Reste à savoir quelles places les entreprises brivistes, et plus largement corréziennes, pourront se faire dans ce nouvel ordre mondial.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Mot clé

Laisser un commentaire

14 − 1 =