L'actualité en continu du pays de Brive


Ville de Brive : vers moins de dépenses de fonctionnement?

Publiée en janvier 2018, la loi de programmation des finances publiques prévoit un mécanisme de contractualisation entre l’État et les collectivités locales. Ces contrats sont à négocier d’ici fin juin et engagent l’évolution des dépenses réelles de fonctionnement de ces collectivités jusqu’en 2020. La Ville de Brive a signé, la semaine dernière. Explications.

Ce sont 13 milliards d’économie au total qui sont prévus sur les trois prochaines années: en contrepartie l’État assure la stabilité des dotations aux collectivités durant le quinquennat. “C’est un pacte de confiance”, s’est exprimé Bertrand Gaume, encore préfet de la Corrèze, la semaine dernière lors de la signature du contrat aux côtés de Frédéric Soulier, maire de Brive. En France, 322 collectivités dont les dépenses de fonctionnement sont supérieures à 60 millions d’euros annuels sont concernées et “représentent les deux tiers de la dépense locale”. “L’idée est de dégager des marges sur le fonctionnement courant et favoriser un environnement adéquat pour l’entreprise.”

“Ce n’est ni de l’austérité, ni un tour de vis”, a précisé le maire. “Brive est la deuxième ville en Nouvelle-Aquitaine après Bordeaux à avoir contractualisé. Nous avons pris un axe vertueux: il faut faire moins de dépenses de fonctionnement pour permettre à la ville d’investir.”

Au niveau national, le contrat passé avec l’État stipule un objectif de progression annuelle de 1,2 % par rapport à 2017. “À Brive, nous avons signé à 1,14%”.

Depuis 2013, la Ville met en avant une baisse de 9,52% des dépenses de fonctionnement lui permettant ainsi de préserver des capacités d’investissement. Quant à l’État, il prévoit de porter une attention particulière à l’enveloppe régionale de la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL): dès 2018, 815.000 euros des crédits de l’État participeront, dans cette trajectoire, au financement de projets améliorant la vie quotidienne des habitants à Brive.

 

Elise Bonneval, Photos : Sylvain MARCHOU

Elise Bonneval, Photos : Sylvain MARCHOU

Mot clé

Laisser un commentaire