L'actualité en continu du pays de Brive


Union sacrée autour du POLT

intro polt

L’association “Urgence POLT” vient de rendre public un texte signé par des élus de tous bords politiques à l’adresse du président de la République et du gouvernement. Il s’agit, au-delà des déclarations d’intention, de concrétiser un développement du POLT, la liaison ferroviaire Paris-Orléans-Limoges-Toulouse.

Pour l’association, la liaison POLT est une nécessité, non seulement en terme de service public, mais aussi en terme d‘aménagement du territoire. Or, si un récent rapport confirme le fort potentiel de la ligne et invite à accorder la gare escalierpriorité au réseau SNCF classique et plus particulièrement à 4 lignes TET (Trains d’équilibre territoires) dont la ligne POLT fait partie, il évoque des préconisations tout à fait paradoxales.

Ainsi, ce rapport, du nom de Duron, propose de réduire de moitié la desserte quotidienne Brive-Paris, la limitant à 4 trains au lieu de 9 actuellement, et 3 seulement desservant Toulouse. Et dans le même temps de supprimer tous les arrêts en gare d’Uzerche, gare qui dessert aussi Tulle, Argentat, Treignac et la Haute-Corrèze. Des solutions inacceptables pour les élus de Corrèze, dont le maire de Brive et président de la grande Agglo.gare quais

Frédéric Soulier n’est pas seul à partager ce combat pour le désenclavement du département. De très nombreux élus sont unis pour l’occasion, c’est assez rare pour le souligner. Pascal Coste, le président du conseil départemental, Michel Breuilh, président de l’Agglo de Tulle, Bernard Combes, maire de Tulle, Sophie Dessus, député-maire d’Uzerche, Daniel Chasseing et Claude Nougein, sénateurs ou encore Philippe Nauche, député.

Une sorte d’union sacrée pour que les paroles, et notamment celles du président de la République, soient suivies d’actes concrets. François Hollande a, en effet, le 19 janvier dernier à Tulle, souhaité que la modernisation de POLT se fasse et que “le plus tôt sera le mieux”. railsDans ce cadre, en espérant que cela ne reste pas lettre morte, l’association demande que le statut juridique national de bout en bout de la ligne POLT soit un élément de la convention de service public signée avec la SNCF, qu’un comité de pilotage soit mis en place pour veiller à la modernisation de la ligne et à son financement, que soient récusées les conclusions du rapport Duron, et que le remplacement des trains actuels par de plus modernes soit réalisé dans un délai de 3-4 ans maximum.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Mot clé

Laisser un commentaire