L'actualité en continu du pays de Brive


“Une résurgence de la syphilis touche le bassin de Brive”

pano hopital brive

Lors de la présentation du Cegidd, nouveau dispositif départemental d’information, prévention et dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST), le docteur Bruno Abraham, infectiologue, a signalé la résurgence de la syphilis à Brive. Une recrudescence déjà constatée depuis le début des années 2000 dans les grandes villes françaises mais qui avait jusque-là épargné le territoire.

Le docteur Bruno AbrahamDans le domaine de la santé sexuelle, le VIH est loin d’être le seul ennemi que les professionnels ont à combattre. Dans le viseur du Cegidd qui veut agir en faveur de l’information, la prévention  et le dépistage des IST: l’hépatite, la chlamydia et même la syphilis, une maladie qu’on croyait disparue.

“C’était le cas d’ailleurs, il y a encore 10 ou 20 ans”, confirme le médecin Bruno Abraham, responsable du Cegidd de Brive. Puis tandis que l’infection refaisait surface dans les grandes villes, Paris, Toulouse puis Limoges, Brive semblait jusque-là épargnée. “Le phénomène s’est inversé en 2015.”

Quarante personnes infectées ont été soignées à l’hôpital de Brive. Contagieuse, la syphilis se transmet même plus facilement que le VIH dans le cas d’une fellation non protégée. Elle se manifeste par des ulcérations et boutons sur les parties génitales et au niveau de la bouche puis par des éruptions cutanées. Dépistée à temps, elle n’entraîne pas, dans la plupart des cas, de résistance au traitement qui consiste en une injection de pénicilline.

 

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Mot clé

Laisser un commentaire