L'actualité en continu du pays de Brive


Une belle renaissance pour Le Collonges

Bruno Marty

Après 27 mois de fermeture suite à un incendieLe Collonges va enfin reprendre de l’activité. L’hôtel-bar de la place Winston-Churchill devrait rouvrir le 11 janvier, après une complète réhabilitation de ses chambres comme de la partie bar accessible à tous.

 

chambre sous les comblesA l’extérieur, une plaque affiche encore les tarifs 2013, comme figés depuis la catastrophe. Par contraste, peintres, électriciens et autres corps de métiers s’activent à tous les étages alors qu’en contrebas le nouveau store est accroché. “On a cru qu’on allait jamais rouvrir.” Bruno Marty, co-gérant avec son épouse Isabelle, reste hanté par le cauchemar à rallonge. “27 mois de fermeture”, répète-t-il incrédule.

Il y a d’abord eu l‘incendie le 23 octobre 2013, “juste avant la Foire du livre”. Le feu a ravagé combles et toiture, l’eau a dévasté ce qui avait été épargné “jusque au rez-de chaussée où le plafond de placo était gondolé.” Cela faisait trois ans que le couple avait repris l’établissement et comble de malchance, 18 des 24 chambres venaient juste d’être rénovées dans les mois précédents afin d’obtenir une étoile supplémentaire. “J’ai reçu la validation de cette 3e étoile trois jours après le sinistre”, lance un Bruno dépité. “Cet incendie a fait basculer ma vie. Jusque là, je ne m’étais pas rendu compte que j’avais été chanceux.” La suite, pour l’ancien demi de mêlée du CABrive, prend la tournure d’un mauvais rêve: “le rapport d’expert qui traîne, les assurances qui se renvoient la balle… C’est un chemin de croix, mais au bout, il y a la lumière“, exorcise celui qui n’a jamais voulu baisser les bras.

salle de bainEn avril dernier, la rénovation a pu enfin démarrer. Avec quelques surprises: “il y avait par exemple encore de l’eau dans des gaines électriques”, explique le gérant. Il aura donc fallu tout refaire. “Lors de la reprise en 2010, on n’avait pas cassé les murs. On a profité de la réhabilitation pour tomber les cloisons endommagées et revoir l’ergonomie des salles de bains qui sont aujourd’hui plus cossues.” A l’accueil, le béton ciré a remplacé le lino, la cloison ajourée donne un autre cachet. “Nous avons aussi travaillé sur les économies d’énergies, pour l’électricité comme pour l’eau.”

Pour le reste, le couple a repris l’esprit qu’il avait déjà insufflé lors de la précédente réfection des chambres.  Une “déco au feeling” dans un style épuré qui mêle design contemporain et meubles revisités par des artistes s’inspirant des années 50 à 70.

Le décompte est donc entamé pour la réouverture le 11 janvier prochain (à suivre en avant-première sur la page Facebook). Outre le couple de gérants, l’établissement va employer 5 personnes. Une vraie “renaissance” pour Bruno Marty: “On redémarre à zéro clients“. Les prix des chambres varient entre 49 et 79 euros. Du raisonnable. “Surtout, on est à Brive”, mesure le gérant. Pour attirer la clientèle, le duo a prévu une offre de lancement sur les trois premiers mois. En plus de l’indispensable mailing, il compte aussi sur la meilleure publicité qui soit, celle du client satisfait. “Les clients sont devenus des acteurs à part entière du tourisme en postant des commentaires sur les sites d’hôtellerie.”

A noter que, parallèlement à son service hôtelier, le Collonges dispose également d’un bar ouvert au public, jusqu’à 21h.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire