L'actualité en continu du pays de Brive


Un mille-feuille d’histoires

Réalisation des boîtes à contes ce matin à Henri Sautet avec Maria Jalibert

Ce matin, l’illustratrice Maria Jalibert a retrouvé la classe de CM2 de l’école Henri Sautet avec qui elle réalise un projet artistique. Il s’inscrit dans le cadre d’une classe à projet artistique et culturel (PAC), un programme financé par l’Education nationale destiné à développer le sens artistique de l’enfant. L’intervenante propose aux enfants de réaliser des boîtes à contes… Parce qu’il n’y a pas d’âge pour découvrir et s’enrichir de cet univers merveilleux, l’occasion est belle de retourner pour quelques heures sur les bancs de l’école.

Quentin, appliqué et concentréIl était une fois une belle aventure initiée par Patricia Grandjean, une des institutrices des CM2 d’Henri Sautet. “Je suis une maîtresse heureuse!”, s’exclame-t-elle. Les contes, c’était son idée. Et elle avait envie de travailler avec Maria Jalibert depuis plusieurs années. C’est désormais chose faite.

Mais au fait, une boîte à contes, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’une boîte dans laquelle les enfants déposent leur imagination. Ils ont d’abord réalisé un dessin en s’inspirant des nombreux contes lus en classe: ceux de Grimm, de Perrault et d’Andersen notamment.

Patricia Grandjean et Marie-Josée Clergeau, conseillère pédagogique en art visuelChaque partie du dessin constitue un plan et il est découpé et collé dans la boîte. Le tout forme un dessin en 3 dimensions, tout en profondeur. Vous suivez? Les jeunes, en tout cas, n’en perdent pas une miette et s’affairent, les yeux plongés dans leur mille-feuille merveilleux. “Il faut coller ce qu’on a dessiné en premier au fond de la boîte”, explique Julien pour qui tout semble limpide.

Ça les sort du plat et leur fait découvrir les notions de premier, de second et de dernier plan, avec les différences de grandeur. Et même les erreurs d’échelle et de proportion n’en sont pas vraiment car c’est justement ce qui peut conférer son originalité, sa poésie à la création.”

Fond de boiteA l’intérieur des boîtes, des univers prennent vie. Chacune est unique, et révèle la personnalité de l’enfant. Souvent, on retrouve la maison d’Hansel et Gretel, le loup et le petit chaperon rouge. L’Homme de fer, qu’ils sont d’ailleurs allés voir à l’auditorium, le mois dernier, a la côte auprès des enfants, suivi de près par le Chat botté.

Marie-José Clergeau, conseillère pédagogique en art visuel est aussi de la partie. “Le travail a été particulièrement porté et nourri en amont par Patricia Gandjean. Le projet qu’elle a mis en place est abouti”. Maria Jalibert approuve: “C’est un plaisir de travailler avec les enfants aujourd’hui grâce à tout le travail réalisé en amont. Pour moi, c’est vraiment passionnant de me mettre au service d’un projet. Rencontrer les enfants me permet de sortir de mon atelier et c’est à leur côté que je puise mes idées pour mes prochaines créations“, reconnaît l’artiste.

A la fin de cette 3e séance, les boîtes à contes des enfants ont fière allure. Durant les prochaines, ils y apporteront leur touche finale et tout sera alors dans la boîte!

Dans la boite à Lisa

Pauline lève le doigt

Patricia Grandjean, la maîtresse

Lucie et sa boite

le lapin de Julien

La main dans la boîte

Julien, particulièrement talentueux

Découpage de Maria jalibert

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Mot clé

Laisser un commentaire