L'actualité en continu du pays de Brive


Un militaire du 126 décède du paludisme après avoir été rapatrié de Centrafrique

deces-du-caporal-chef-heiarii-moana_2

Le caporal-chef Heiarii Moana avait 26 ans. Il était parti en septembre dernier avec son régiment en Centrafrique dans le cadre de la mission EUFOR. Atteint d’une forme très grave de paludisme, il avait été rapatrié mardi en France et pris en charge dans un hôpital militaire où il est décédé. Un rassemblement a été organisé hier dans la cour de la caserne et les drapeaux ont été mis en berne pour rendre hommage au jeune militaire. Le régiment organise un hommage funèbre en présence du défunt et de sa famille, ce lundi 10 novembre à 10h50 sur la place d’armes de la caserne Laporte.

“Heiari Moana est mort pour la France”, a déclaré le porte parole de l’Etat major des armées. Le jeune homme d’origine tahitienne avait intégré il y a cinq ans le 126e RI de Brive. Récemment promu, très apprécié de ses collègues et de sa hiérarchie, le caporal-chef était en opération extérieure en République de Centre Afrique (RCA) avec son régiment. Près de 200 Bisons de Brive sont actuellement en mission à Bangui, une compagnie de combat, et un Etat-major que le lieutenant-colonel Ponchin commande lui-même sur place. Le ministère de la Défense indique que le soldat a contracté une forme très grave de paludisme. Le caporal-chef avait été rapatrié à l’hôpital de Begin près de Paris. Malheureusement, Heiarii Moana qui était tombé dans le coma, a succombé à sa maladie quelques heures après son transfert.

Lorsqu’ils se trouvent dans une zone concernée par la maladie, tous les militaires suivent un traitement antipaludique obligatoire et quotidien. Néanmoins, la forme contractée par le jeune homme étant rare et particulièrement active, les traitements actuels n’ont pas permis de le sauver. “La perte brutale et injuste de ce jeune homme vient nous rappeler la dureté du séjour et les conditions nos Bisons interviennent pour assurer la mission humaniste et solidaire de la France dans le monde“, a témoigné au régiment le maire Frédéric Soulier au nom du conseil municipal.

Sur ce thème, vous pouvez également lire nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire