L'actualité en continu du pays de Brive


Un hommage aux déportés en petit comité

Hier dimanche 26 avril avait lieu la Journée nationale d’hommage du souvenir des victimes et des héros de la déportation. Crise sanitaire oblige, la cérémonie traditionnelle avait été annulée mais un dépôt de gerbes symbolique a été assuré place du 15 août 1944. Commémorer malgré le confinement : un devoir de mémoire.

On était loin de la petite foule habituellement rassemblée en rangs serrés devant le monument aux morts. Pas de public, de piquet du 126, de sapeurs pompiers, de jeunes et de moins jeunes… Une ambiance d’irréel mais une solennité d’autant plus prégnante dans le silence ambiant. Face au “caillou”, quatre personnes: le maire Frédéric Soulier, le sous-préfet Philippe Laycuras, Rosette Rigon-Gouffault, représentante locale de la FNDIRP (Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes). Et un seul porte-drapeau, Pierre Roblet, pour tous les incarner. Juste le temps du dépôt de gerbes et de la lecture du message commun des associations de déportés.

Le collège Jean Lurçat n’était pas non plus sur place, mais avait tenu à marquer ce jour en réalisant de son côté un film en y associant ses élèves. Trois d’entre eux, Zoé, Charlie, Thomas ont lu des textes sur un montage vidéo (voir ci-dessous).

“Faire société nous est cher et le confinement n’y change rien”, explique le principal Jean-François Couchard-Develotte. “Dans le développement de l’esprit citoyen, nous sommes très heureux que le collège participe à la mémoire de nos ainés et au rayonnement de leurs actions et de leur sacrifice.”

Les commémorations du 8 mai s’annonçant sous les mêmes auspices, le collège prépare cette fois une chorale virtuelle qui chantera la Marseillaise. “Une prouesse qui demande, comme pour ce film, une grande mobilisation de la part des élèves, de leur famille et des enseignants.”

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire