L'actualité en continu du pays de Brive


Simone du Breuil, l’âme des Orchestrades s’en est allée

© Olivier Soulié

On lui doit ces centaines de jeunes musiciens qui pendant 28 ans convergeaient du monde entier à Brive pour dix jours de concerts dans toute la ville. Avec un grand final les rassemblant tous. La présidente et fondatrice des Orchestrades est décédée le 3 juillet dernier.

“La musique est une école de tolérance et s’il y avait plus de musiciens, il y aurait moins de bagarres”, se plaisait à nous dire la présidente du SOJE (Symphonie des orchestres de jeunes d’Europe). C’est dans cet esprit qu’elle avait initié et porté cette manifestation rassemblant dans la cité gaillarde des centaines de jeunes musiciens. Ils ont été jusqu’à 1.100 participants en 1993. Les Orchestrades n’auraient pas dû avoir lieu à Brive (lire notre article ici), mais c’est pourtant là qu’elles ont planté la première édition en 1984 et se sont enracinées pendant 28 ans. Avec ces petits formations jouant dans les rues, les places, les villages alentour pour finir par un grand concert les rassemblant tous et qui faisait vibrer les spectateurs d’abord à Brassens puis aux Trois Provinces. Pour elle, et pour nombre de ceux qui suivaient les concerts, les Orchestrades incarnaient “le miracle de la jeunesse et de la musique”. Un rendez-vous unique, une expérience humaine. Et il fallait de la poigne et de l’enthousiasme, elle ne manquait ni de l’un ni de l’autre, pour maintenir le cap au fil des années. Jusqu’en 2011. 28 ans !

“Son dévouement et sa passion ont permis à des jeunes de toutes nationalités et de tous horizons de se rencontrer, de se produire ensemble, de créer des liens indéfectibles. De nombreux Brivistes évoquent encore aujourd’hui les Orchestrades avec nostalgie“, a réagi le maire Frédéric Soulier en saluant celle  “cette grande dame qui a tant donné pour Brive” et qui “a consacré sa vie à la promotion de la musique, en particulier auprès des plus jeunes”.

Simone Du Breuil était chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, et officier des Arts et Lettres. Brive mag’ adresse toutes ses sincères condoléances à sa famille et ses proches.

 

.

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

trois × deux =