L'actualité en continu du pays de Brive


Santé mentale : tous concernés

À l’invitation du Centre communal d’action sociale de la Ville, les professionnels de la santé mentale étaient réunis ce matin en conférence à l’immeuble consulaire. La première d’une série qui a pour objectif d’apprendre à mieux travailler ensemble sur la prise en charge, rendre la personne plus autonome dans son rétablissement et l’accompagner dans l’emploi. Tous concernés. Y compris chacun de nous.

Le sujet ne se réduit pas qu’aux graves troubles psychiques. “Tout le monde peut avoir une dégradation plus ou moins sévère de sa santé mentale”, a rappelé le professeur de psychiatrie Nicolas Franck du CHU de Lyon. “Il faut éviter la stigmatisation et mettre en place des outils de prise en charge précoce et de soins, favorables au rétablissement des personnes.” On parle aussi bien de schizophrénie, du spectre autistique que que de mal-être au travail ou de dépression.

“Toute la population peut être touchée. Et toute personne qui dit par exemple “j’ai une mauvaise image de moi”, “je ne peux pas me concentrer”… doit pouvoir de façon dé stigmatisée aller voir un psychiatre, avoir la connaissance de sa maladie“, insiste le praticien. Le but est ainsi que la personne puisse être aussi acteur et autonome dans son rétablissement, qu’elle garde cette note d’espoir.

De travail accompagné, il a été aussi question. Car le rétablissement, l’insertion, l’inclusion, passent aussi par l’emploi. Dans le sens “être utile“, précise Michel Da Cunha, maire-adjoint en charge de l’action sociale et du CCAS à l’origine de cette conférence dans le cadre du Conseil local de santé mentale. “C’est la première d’une série que la Ville de Brive et son CCAS vont organiser. Il faut partir des besoins, des personnes elles-mêmes. La réponse que nous devons apporter passe nécessairement par un décloisonnement de tous les secteurs, sanitaire, social, médicosocial. On doit travailler ensemble. Et aussi mieux informer la population.” La démarche se met en place.

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

dix-huit + treize =