L'actualité en continu du pays de Brive


Rugby : le CABCL rate le Métro

Les matchs face au Racing Métro se suivent et se ressemblent. Le CABCL a encore perdu et s’est incliné 18-23. Une défaite pour l’ouverture du championnat à domicile et d’emblée un joker s’envole comme certaines illusions. “Tout n’est pas noir, mais c’est rageant et frustrant , j’ai l’impression de revivre le même scénario d’une année à l’autre”, tonne Christophe Laussucq l’un des entraîneurs briviste. Un résultat fort loin des objectifs, un début de match catastrophique, un essai encaissé en moins deux minutes et Jean -Baptiste Péjoine contraint de quitter la pelouse sur une civière sévèrement touché au genou.

Brive se retrouve le temps de le dire mené au score par des Franciliens qui déroulent. Les joueurs corréziens sont pour ainsi dire inexistants durant une bonne dizaine de minutes inexplicable et d’ailleurs personne à l’issue du match ne trouvait une explication à ce trou d’air. Pourtant les Brivistes seront dominateurs sur les mêlées, un secteur de jeu où la bande à Chabal a broyé du noir durant toute la soirée. A telle enseigne, cette série de mêlées à répétition en fin de première partie pratiquement sur la ligne du Racing. Une fois, deux fois, trois fois, la mêlée briviste prend le dessus, les Parisiens sont laminés, concassés, on croira même que Claassen a marqué un essai. Images à l’appui, l’essai est refusé. Alors certains se sont insurgés contre l’arbitre, un essai de pénalité était à leurs yeux flagrant, et le CABCL serait revenu à égalité. L’histoire aurait pu être moins triste, mais il a bien fallu à se faire à la vérité crue et les Brivistes sont rentrés au vestiaire la tête basse et leurs espoirs sérieusement en berne, 10-3 à la mi-temps.

Au retour de la pause, Alexis Palisson réussit deux pénalités, le CABCL revient dans le coup, sans pour autant mettre en danger ces visiteurs. ”Cette équipe du Racing a fait le match parfait à l’extérieur”, explique lucide Ugo Mola, le patron des entraîneurs. Les Franciliens jouent juste et parfois même très bien tout en s’économisant. En somme, ils auront franchement mouillé le maillot un bon quart d’heure en première mi-temps et une petite dizaine de minutes dans l’acte 2. Légèrement suffisant pour planter un second essai avec à l’origine une belle toile défensive doublée d’une mauvaise appréciation de la trajectoire du ballon. Doucement mais sûrement, les Parisiens vont construire leur premier succès de la saison. Brive va sauver le point du bonus défensif et céder au final 23-18. Une miette de consolation, en attendant des jours meilleurs. Prochain rendez-vous vendredi soir prochain face à l’USAP, qui ce soir a dominé le champion de France. Encore du lourd en perspective…

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Laisser un commentaire