L'actualité en continu du pays de Brive


Rugby : Brive-Toulouse ça tourne au cauchemar

1brive-toulouseLes joueurs Corréziens n’en menaient pas large au coup de sifflet final. Battus sur ce score  sans appel de 42 à 10, ils ont filé à l’anglaise dans leur vestiaire pour  se retrouver entre eux et assumer collectivement le poids de ce revers de haute volée lors de cette 21e journée du Top 14.Les Brivistes n’auront même pas fait illusion dans ce match qui d’emblée débute presque sur un faux rythme. Les Toulousains comme prévu alignent sur le pré quelques pépites drapées d’un passé ou d’un présent international en France ou ailleurs.4brive-toulouse1

Dès le coup d’envoi sont présents Patricio Albacete, Yannick Nyanga, Byron Kelleher, Yannick Jauzion, David Skréla, Maxime Médard. Cédric Heymans est sur le banc. Cet après-midi, ce beau linge a fait tourner la machine toulousaine à plein régime. Un régal, un festival, Skréla monte des chandelles précises comme un laser. Le ballon tombe à 10 centimètres de la ligne des 22 mètres brivistes, des munitions en or massif pour des avants conquérants, appliqués mais jamais besogneux tant tout semble si facile pour les hommes du rusé Guy Noves. Yohan Montes, le pilier droit,  réussit le parfait coup du roi et marque à deux reprises coup sur coup, le temps de le dire, Brive est mené (14-0).

Où es-tu Andy ?

Le sort du  match après une demi-heure de jeu n’est pas scellé, mais on sent bien que ça peut tourner franchement vinaigre. Andy Goode manque deux pénalités avant de trouver enfin la cible (14-3).  Petite respiration pour subir avant la pause  la foudre d’un Maxime Médard étincelant, déterminant. (21-3) à la mi-temps.

2brive-toulouse1En  second période, dans ses premières minutes souffle comme un brise légère de révolte. Alix Pophan marque un essai de bonne facture ( 21-10).

Le coup est-il encore jouable pour la bande à Laurent Seigne? Pour certains peut-être parmi les 15 000 spectateurs qui ont envahi les gradins du Stadium. Maxime Médard va ramener tout ce beau monde à la raison. Sur une accélération dont il a le secret, il mystifie le dernier défenseur plus spectateur que véritablement acteur ( 26-10).

Cet après-midi, à une semaine de leur quart de finale à Cardiff, les Toulousains se donnent sur ce gazon comme des artistes, sur une scène. Ils assurent le spectacle et sont d’une rare efficacité.  A la clef, un nouvel essai et David Skréla donne l’impression d’être à l’entraînement : il marque 3 pénalités. Le pied ne tremble jamais. L’homme est en confiance, à l’image d’un groupe armé pour aller s’installer une fois de plus sur le toit de l’Europe.

A l’arrivée (42-10),  mais les Brivistes battus ne sont pas forcément abattus,  à l’automne ils étaient 13e,  alors ce soir ce n’est finalement qu’une défaite face à l’une des plus performantes formation du vieux continent. 3brive-toulouse1Le mot de la fin revient à Patrick Sébastien : ” Notre objectif est de gagner le bouclier européen et de se qualifier pour la coupe d’Europe, pour l’instant nous sommes dans les clous, je n’ai jamais dit que nous irions jouer le titre”. Juste une petite mise au point un  soir de défaite qui ne saurait remettre en cause un parcours que pas grand monde osait imaginer quand, à l’automne, le CAB pointait à la 13e place.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Laisser un commentaire