L'actualité en continu du pays de Brive


Rugby : Brive coule à pic face à Bayonne (18-26)

Le match a  basculé  au retour des vestiaires. Les Brivistes ont encaissé trois essais coup sur coup et se sont retrouvés menés 23 à 6 à la 51e. KO debout, il faudra aux Corréziens de longues minutes pour retrouver un peu de lucidité. Cette 11e défaite renvoie les Brivistes en position de premiers relégables.“L’arbitre n’a peut-être pas été bon, mais nous avons été franchement mauvais, prendre trois essais comme ça, je n’ai jamais vu ça.” Voilà ce que l’on pouvait entendre à l’issue de ce match parmi les spectateurs. Un vrai scénario catastrophe ce début de seconde période, pour les Corréziens qui vont être indisciplinés et maladroits face à des Basques réalistes en diable qui sauront profiter des moindres espaces. Du jamais vu ou presque, encaisser sans broncher un 17-0 en un si court laps de temps a eu pour effet de saper l’enthousiasme et de plomber sérieusement les chances de victoire. Il est vrai qu’à ce moment là les Brivistes jouaient à 14, Antonie Claassen ayant écopé d’un carton jaune juste avant la pause.

De l’indiscipline en veux-tu en voilà, des maladresses comme s’il en pleuvait et dix minutes cauchemardesques. Le carton jaune de Claassen va se payer comptant, et un, deux et trois essais. A la 43e,  c’est Yohan Huget qui passe en force. Il est imité quelques minutes plus tard par son demi de mêlée. Cédric Garcia va effectuer une chevauchée fantastique de 80 mètres, bien servi il est vrai par une passe exceptionnelle de Sam Gerber. A peine le temps de souffler et ce sera le troisième essai qui va sceller le sort de la partie. Histoire de tuer le suspens Benjamin Boyer  claquait un drop et Brive se retrouve dans de sales draps pour être mené 26-6.

Même dans un mauvais rêve, personne ne pouvait imaginer un début de seconde période aussi calamiteux de la part des Brivistes qui vont malgré tout retrouver un peu de fierté et d’envie pour éviter ce qui ressemblait jusqu’alors à une humiliation sans autre forme de procès. Davit Khinghagishvili sonnera la charge sur fond de révolte et marquera le premier essai briviste, mais il reste alors vingt minutes à jouer, la cause est entendue depuis belle lurette. A l’orgueil encore, sur un exploit personnel, Julien Caminati va faire oublier un en avant coupable sur un des temps forts des siens sur la ligne des Basques. L’arrière cabiste va remonter tout le terrain avec ses jambes de feu pour marquer un fort bel essai. Cet essai, il le transformera et portera le score 18-26, à un point du bonus défensif. Autrement dit, les Brivistes font chou blanc lors de cette soirée et les voilà plongé à nouveau en position de premiers relégables et des doutes plein la tête.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

2 commentaires

Laisser un commentaire