L'actualité en continu du pays de Brive


Quel avenir pour le conseil des sages ?

La récente réunion plénière du conseil des sages a été l’occasion pour son président Hubert Baudry de poser la question de l’avenir et du sens de cet organisme consultatif dont la dissolution doit précéder et accélérer la réinvention

Le rendez-vous annuel du conseil des sages qui s’est tenu récemment en salle d’honneur de la mairie a été l’occasion pour les présidents de commissions de faire le bilan traditionnel de l’année écoulée.

L’occasion de mettre en lumière des initiatives en matière d’attractivité économique et culturelle ou, dans domaine de la santé-hygiène, de présenter le projet de création d’un bus itinérant en Limousin. Suivant le modèle du dispensaire existant à Limoges, il pourrait soigner les personnes qui n’ont pas de couverture sociale ou qui n’ont pas les moyens de payer des soins dentaires, ophtalmologiques ou dermatologiques couteux et qui sont en plus dans l’incapacité de se déplacer.

La séance a aussi été l’occasion aussi de pointer des problématiques, de faire des remarques ou des suggestions. La programmation de l’Empreinte jugée trop élitiste, l’importance de l’amélioration de l’accès aux conférences et débats organisés dans le cadre de la Foire du livre, l’insuffisance de l’offre médicale…

Mais pas seulement. Désignés pour 3 ans, les 73 membres du conseil des sages arrivent cette année au terme de leur mandat. Se pose à présent la question de la suite à donner à cet organisme consultatif chargé d’une mission de conseil auprès du maire et du conseil municipal. “Quand le conseil des sages a été créé sous Bernard Murat, l’Agglo n’existait pas, le rapport de l’Etat et des collectivités était différent de même que celui des collectivités entre elles”, a posé son président Hubert Baudry en pointant “l’usure de la formule actuelle. Les Sages ne doivent pas être une instance de consolation.

L’engagement des 73 conseillers a été salué par Frédéric Soulier, maire de Brive, à cette occasion. “Durant ces 6 ans de travail vous avez produit du contenu engagé et engageant. J’ai eu plaisir à partager vos analyses et vos critiques car ce conseil n’est pas fait pour être plaisant ou complaisant. Mais il doit alimenter le débat et aider à la décision”, a-t-il expliqué en rappelant que l’époque n’est plus à l’exécution sans concertation. “L’évolution urbaine, sociale, environnementale de la ville se prévoit dans la coopération avec les associations, les élus de quartiers, le conseil des jeunes, vous les Sages, les organismes parapublics, les offices municipaux. Ce brassage est intéressant et utile à la démocratie et à la ville.” Pour autant, le maire en a convenu. Le Conseil des sages doit se réinventer.

Quel mandat? Quel profil pour les conseillers ? Quel modèle de fonctionnement ? L’organisation en commission est-elle toujours justifiée ? Sur quel périmètre intervenir ? S’il était étendu à l’Agglo, quelle serait la représentation des différentes communes? Autant de questions qui se posent aujourd’hui. Elles sont essentielles pour redéfinir la place de ce conseil et lui rendre sa pleine légitimité et crédibilité.

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

1 commentaire

  •    Répondre

    Bonjour,
    Étonné d’apprendre que la programmation de l’Empreinte scène nationale est élitiste. Au lieu de se féliciter d’avoir une direction qui privilégie une exigence de qualité pour donner accès au meilleur de la création contemporaine, fidèle en cela à la formule d’Antoine Vitez, être élitaire pour tous. Réalisez que la scène nationale est un élément d’attractivité fort pour Brive. Salutations

Laisser un commentaire