L'actualité en continu du pays de Brive


Quand le musée s’invite en classe

Fermé pour travaux pendant un an, Labenche fait le mur et propose diverses interventions directement dans les classes. Nous l’avons suivi à la maternelle Marie Curie. De l’art du petit déjeuner…

« Nous venons d’un endroit qui s’appelle le musée », se présente Zoé Darsy aux moyens de la maternelle rassemblés en cercle. « Là où il y a des dinosaures ? » s’ébaudit un petit garçon. « C’est une grande maison dans laquelle nous avons beaucoup de beaux objets qui racontent des histoires d’avant », rectifie la médiatrice amusée. « Aujourd’hui, j’ai apporté une boîte dans laquelle il y a des objets qui expliquent ce que mangeaient les enfants il y a longtemps au petit déjeuner. Comme ça, on va pouvoir comparer avec vous et ça vous donnera peut-être des envies. »

L’ouverture de la malle déclenche un chœur d’émerveillements telle l’entame d’un conte. Les mains gantées pour manipuler les objets issus des collections arts et traditions populaires du musée, Zoé Darsy extrait tour à tour avec l’emphase d’un magicien une tasse, une sculpture évoquant le boueradour, des reproductions de tableaux, un bâton de miel, un drôle de moulin… « Avant, les enfants ne buvaient pas du chocolat le matin, c’était très cher, mais du café au lait. Est-ce que vous en avez déjà goûté ? » Mimiques de dégoût ou de gourmandise dans les rangs.

Les petits manipulent des grains de café, des châtaignes, s’étonnent, pépient, racontent eux aussi de quoi se compose leur lever. « Alors, qu’est-ce que j’ai d’autre à vous montrer ? » appâte l’intervenante qui fait surgir une cuillère pointue et une assiette. « Dans la campagne, pour se réchauffer avant d’aller à l’école, on mangeait de la soupe… » Les enfants en restent bouche bée. L’animation va faire le tour des six classes, de la petite section à celle des grands. « Nous avons choisi ce thème du petit déjeuner qui coïncide avec notre projet d’école axé sur la santé, l’alimentation, l’hygiène et le sommeil. Nous allons préparer ensuite un petit déjeuner en classe et nous voulons aussi sensibiliser les parents », explique la directrice Sylvie Fontaine, ravie de cette opportunité offerte par le musée. « Habituellement, nous n’y allons pas, car c’est un peu compliqué de se déplacer avec des maternelles. »

Le musée, fermé jusqu’en novembre prochain pour la restructuration de son rez-de-chaussée et donc privé de ses visiteurs, a ainsi décidé d’aller au-devant de ses potentiels publics, ce qu’il appelle « Labenche fait le mur ». Il a donc mis en place un programme pour être malgré tout présent dans la ville. À commencer dès sa fermeture par accrocher une exposition sur ses grilles. Pour les plus grands, il a aussi lancé des causeries d’un nouveau genre, à suivre en cycle ou à l’unité, sur l’histoire de l’art, avec des thèmes variés : les femmes artistes, le cœur, la maladie, le sport, les spoliations…

« Nous sommes fermés, mais nous continuons à fonctionner autrement. Notre volonté est d’aller au-devant du public et notamment de toucher ceux qui n’ont pas l’habitude d’aller au musée. » Dans une vitrine de la Halle Gaillarde, vous pouvez ainsi admirer une collection d’assiettes à dessert en faïence, de la seconde moitié du 19e siècle, aux saynètes légendées. « Nous lançons aussi un appel aux commerçants ou artisans, car nous souhaitons proposer en partenariat avec eux des expositions d’une journée dans leur vitrine. » Le musée a toute une collection d’idées pour rayonner autrement tout en préparant sa réouverture.

Les enseignants intéressés pour accueillir des animations peuvent contacter le musée Labenche au 05.55.18.17.70 ou envoyer un mail à zoe.darsy@brive.fr.

Le programme hors les murs

  • L’enfance de l’art

Maternelle. Approche de l’art et de son imaginaire à partir d’une sélection de reproductions de tableaux ou objets du musée montrant des enfants. L’œuvre choisie par la classe est accrochée dans la classe et expliquée.

  • L’art du petit déjeuner

Maternelle et primaire. Approche de l’alimentation matinale des enfants d’autrefois à travers des objets et reproductions issus des collections dites d’arts et traditions populaires.

  • Le silex et le pinceau, voyage en Préhistoire

Primaire. En deux séances. L’une en classe avec des supports numériques et des reproductions manipulables. Puis visite sur le site de la grotte Bouyssonie et rencontre avec les archéologues.

  • Dans la Briva gallo-romaine

Primaire. Découverte de l’atelier du potier Celilius qui a livré de nombreuses figurines en terre blanche. Personnages, animaux et moules racontent le quotidien des ier et iie siècles de notre ère.

  • Et pour le secondaire

Sur demande, le musée construit des animations venant étayer avec des objets et visuels les cours dispensés par les enseignants. Par exemple, en terminale, l’évolution du portrait féminin en écho à la pratique du selfie avec des portraits de l’exposition Femme(s) ou les biens spoliés par les nazis avec la collection MNR du musée.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

6 − trois =