L'actualité en continu du pays de Brive


Pour passer du désert à l’étoile ferroviaire

Mercredi matin, au lendemain de sa rencontre avec Michel Delebarre, ancien ministre missionné par le gouvernement sur le désenclavement du Limousin, Frédéric Soulier a tenu une conférence de presse dans son bureau. L’occasion pour le maire de Brive de plaider pour la reconnaissance de Brive comme une “véritable étoile ferroviaire“.

Entre les mains du maire de Brive qui s’exprimait mercredi sur les moyens de désenclaver le territoire, le document qu’il avait transmis au cabinet de Dominique Bussereau, alors secrétaire d’État aux transports: “Ce rapport n’a pas pris une ride. Les suggestions que j’avais faites en 2008 sont encore d’actualité malheureusement. Cela signifie qu’il n’y a pas eu de décisions fondamentales prises depuis.”

Pourtant le constat est simple: au centre d’un périphérique de lignes à grande vitesse qui passent par les grandes métropoles, c’est le grand vide. Comment désenclaver le Limousin et plus généralement le Massif Central ? “On a perdu à court-terme sur le combat de la LGV, projet vraisemblablement mort-né”. Le Conseil d’État a en effet annulé la déclaration d’utilité publique des travaux nécessaires à la réalisation de la LGV Poitiers-Limoges en avril dernier. “C’est dommage. C’était le moins coûteux, le plus abouti et il aurait permis de faire gagner 2 heures aller-retour sur un Brive-Paris. S’il devait être relancé, il faudrait tenir compte des besoins au sud de Limoges. Si on remontait au front, Limoges devrait plus s’ouvrir à Brive qui irrigue tous les départements isolés des 12, 15, 19, 24 et 46.

Il poursuit: ” Le combat pour la LGV n’est peut-être pas perdu mais en tout cas, il n’est pas gagné, et s’il devait être reporté à 25 ans, ce serait pire que pire“, a-t-il confié en développant en trois points principaux l’urgence d’intervenir à court-terme sur la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) et de regarder vers la capitale régionale bordelaise qui permettra de se rapprocher de Paris:

  1. priorité donnée au matériel roulant “pour offrir un service digne de notre territoire”,
  2. le développement de l’offre de cadencement TER vers Bordeaux,
  3. et la reconnaissance de Brive comme une véritable étoile ferroviaire.

Et le maire de conclure: “On ne peut pas perdre et sur la LGV et sur l’étoile ferroviaire, c’est notre bataille”. Bienheureux celui qui peut se targuer de connaître les conclusions du rapport que le sénateur Michel Delebarre doit rendre en avril. Mais le maire de Brive a pu confier qu’à la suite de leur dîner de travail mardi soir, et de leur “échange constructif“,  l’ancien ministre et député du Nord était reparti avec “des convictions qu’il n’avait pas en arrivant”.

 

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire