L'actualité en continu du pays de Brive


Non aux mines antipersonnel !

La pyramide de chaussures

Des tas de baskets, sandales, bottes et autres chaussures en tous genres viennent grandir la pyramide de chaussures qui s’érige ce samedi place du Civoire. Une manière de dire non aux mines antipersonnel et aux bombes à sous-munitions à l’appel de l’association Bouge pour le compte d’Handicap international. Contrairement à l’opinion répandue, l’enjeu est toujours d’actualité, encore dernièrement en Lybie. Vous avez jusqu’à 19h pour faire monter la pyramide et signer la pétition.

place du civoireAlain et ses enfants arrivent les bras chargés de 5 énormes sacs. “Quand on a vu qu’il y avait une pyramide, de retour à la maison, toute la famille s’est mise à trier les chaussures. Et voilà”, dit-il satisfait. “Je gardais mes chaussures usagées à la cave, pour le jour où il y aurait à nouveau une pyramide à Brive”, explique Marie. “Je n’en avais pas vraiment à donner, mais j’en ai quand même trouvé”, commente Colette.

Depuis 10h ce matin, la pyramide pousse à vue d’œil place du Civoire, comme dans 30 autres villes en France. L’objectif est de dénoncer la production, l’utilisation et la commercialisation des mines antipersonnel et des bombes à sous-munitions (BASM) qui font “encore aujourd’hui une victime toutes les deux heures“, selon l’ONG.

Bien qu’interdites par les traités d’Ottawa (1997) et d’Oslo (2008), ces armes “ont été utilisées à plusieurs reprises cette année, notamment en Libye où un carnage est annoncé dans l’avenir“, a déclaré à l’AFP Jean-Marc Boivin, directeur général d’Handicap international (HI). Le combat continue donc et les pyramides de chaussures constituent ainsi un point d’orgue de la mobilisation contre ces engins explosifs. L’ONG souhaite sensibiliser les citoyens aux dangers qu’ils représentent et invite chacun à venir signer la pétition pour inciter les Etats à respecter leurs engagements internationaux. L’an dernier, ces pyramides avaient permis de recueillir 45.201 signatures sur le plan national.

Pyramide de chaussures

Il n’y avait pas eu de Pyramide à Brive depuis plusieurs années. On doit ce retour à l‘association Bouge qui s’est “bougée” sur place depuis des mois pour le compte d’Handicap international, en l’absence d’une antenne locale. Une mine expliquée“C’est très impressionnant de voir ces bénévoles de tous âges et parmi eux beaucoup de jeunes, qui se sont approprier ce combat”, se réjouit Arnaud Richard, chargé de communication de l’ONG. “C’est un acte spontané et c’est touchant pour quelqu’un qui vient du siège de l’organisation. De voir aussi que le public connaît notre engagement. Les gens amènent des sacs de chaussures, les ont attaché par paire, ils connaissent le principe de la manifestation. C’est une grande satisfaction.”

béquilles et la petite fille au ballonMême contentement du côté de Bouge. “On sent les gens concernés et attentifs lorsque les bénévoles les abordent pour signer la pétition”, constate la présidente Frédérique Demai qui a pu s’appuyer sur une belle participation d’étudiants de l’AFPA. “Les personnes nous posent des questions, s’intéressent à ce que deviennent les chaussures et sont agréablement surpris de savoir qu’elles sont recyclées.” Les chaussures seront en effet prises en charge par l’entreprise d’insertion Le Relais 23 implantée à La Souterraine. “Nous allons les trier, certaines pourront être remises en état pour des associations caritatives et les autres seront broyées pour faire de nouvelles semelles”, explique le responsable.

A noter que la manifestation est accompagnée de nombreuses animations qui se succèdent place du Civoire, notamment musicales avec le groupe Blues White, la Banda d’Objat qui sera d’ailleurs rejointe après 17h par les musiciens de l’Harmonie Sainte-Cécile. Vous avez jusqu’à 19h pour participer à la pyramide et signer la pétition.

au pied de la pyramide

Des notes de jazz avec Blues white

la banda d'Objat met l'ambiance

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire