L'actualité en continu du pays de Brive


Nicolas Godignon : "il faut connaître l'homme pour comprendre le joueur"

13arches entrepreneurs PANO

Mardi, le théâtre accueillait Nicolas Godignon, entraineur en chef du CABCL rugby, pour un échange avec le club entrepreneurs des Treize arches, qui soutiennent la culture à travers une démarche de mécénat.

13arches entrepreneurs8Un entraîneur de rugby dans un théâtre, des entrepreneurs venus écouter ses propos sur le management, l’image peut a priori surprendre. Et pourtant ! Ce mélange de sport, de culture et d’économie est parfaitement cohérent, comme l’a expliqué le maire de Brive Frédéric Soulier en introduction à la rencontre entre Nicolas Godignon, entraineur en chef du CABCL rugby, et le club entrepreneurs des Treize arches : « Les adhérents souhaitent, en soutenant les Treize arches, développer la place de la culture au sein des entreprises et la place de l’entreprise au sein de la culture. Et, à Brive, le CAB est la première entreprise de spectacle ! »

13arches entrepreneurs2Venu évoquer le management d’une équipe de 53 sportifs de haut niveau et de 12 membres du staff, Nicolas Godignon a, au préalable, souligné que, lorsqu’ils parleraient de « joueurs », les entrepreneurs pouvaient « remplacer ce mot par ouvriers, employés ou cadres » en fonction du type d’entreprises dont ils ont la charge. Car, de toute évidence, les valeurs du rugby, et celles des noir et blanc, « humilité, travail, confiance, combativité », pourraient, et même devraient être les valeurs du monde de l’entreprise. Elles le sont déjà, parfois, tant l’esprit rugby imprègne le bassin de Brive et, donc, ses entreprises.

13arches entrepreneurs3Même si Nicolas Godignon reconnaît sans problème qu’il est « plus facile de manager des personnes qui ont voulu, depuis leur enfance, devenir des sportifs professionnels et le sont devenus que des ouvriers qui, pour la plupart, n’ont sans doute pas rêver, quand ils étaient enfants, du métier qu’ils exercent aujourd’hui », il n’en démord pas et le répète à l’envi : « Il faut connaître l’homme pour comprendre le joueur et savoir apprécier ses limites, ses ressources, ses besoins ».

13arches entrepreneurs4Ainsi, l’entraîneur, « sans s’immiscer dans la vie intime pour autant », prend le temps d’échanger avec toutes les individualités du groupe, considère « la culture de chacun, sa religion, sa personnalité propre » et adapte la tonalité de son discours en pesant chaque mot en fonction de la personne qu’il a face à lui, notamment lorsqu’il s’agit d’émettre quelques réserves sur la performance d’un joueur.

13arches entrepreneurs5Pour motiver les troupes, l’entraîneur explique que « tout le monde doit avoir compris le projet de l’entreprise afin que chacun sache pour quoi il travaille, dans quel but ». En l’occurrence, au CABCL, il ne s’agit pas, pour Nicolas Godignon, « d’aller chercher le maintien, ou pire, de ne pas être relégué », mais de « se qualifier pour le top 14 de la saison prochaine ». Toujours cette volonté de positiver à travers le choix des mots.

La question de la reconnaissance a également été évoquée : « Il faut une vraie reconnaissance, qui peut être financière lorsque c’est possible, ou sous une forme différente lorsque les contraintes économiques ne permettent pas une valorisation financière».

13arches entrepreneurs7Empruntant la formulation à son collègue Didier Casadeï, entraîneur des avants du CABCL et passionné de courses hippiques, Nicolas Godignon a lancé : « Un homme, c’est comme un cheval, tu le fais avancer avec du sucre et pas avec des coups de cravache ».

La rencontre s’est conclue par un verre de l’amitié, où les échanges sur le sujet du management se sont poursuivis. Les représentants de la vingtaine d’entreprises déjà adhérentes au club entrepreneurs des Treize arches ont d’ores et déjà pris rendez-vous en septembre, pour la présentation de la nouvelle saison culturelle.

Les entreprises souhaitant se renseigner sur le club entrepreneurs ou adhérer peuvent contacter le directeur des Treize arches Jean-Paul Dumas (05.55.24.62.26) ou l’administratrice Corinne Arazo (05.55.24.62.27).

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire