L'actualité en continu du pays de Brive


Modeste Nzapassara a régalé le public avec son Black Bazar

Le théâtre a accueilli à 17h le one man show Black Bazar. Le comédien Modeste Nzapassara a créé son spectacle à partir du roman éponyme d’Alain Mabanckou. 

Alain Mabanckou est monté sur scène, au théâtre, sur les coups de 17h, pour parler du comédien Modeste Nzapassara: “C’est un des comédiens les plus doués de sa génération. Il m’a suivi pendant plusieurs mois tel un espion avant de demander à l’éditeur le droit de créer un spectacle à partir de mon roman Black Bazar sorti en 2009. Il a obtenu ce droit. Ceux qui ont lu le livre vont redécouvrir des personnages du roman, et les autres vont apprécier également grâce au sens du jeu du comédien.”

Le spectacle débute. Très vite, le personnage principal, employé à mi-temps dans une imprimerie, se voit contraint d’écouter les propos racistes de son voisin monsieur Hippocrate accusant les Africains, “qui ont plusieurs femmes et qui se battent tout le temps”, de creuser le trou de la Sécu.

Accessoirement, lui n’a de cesse de convier des tas de médecins à son chevet et avale des dizaines de médicaments…

Plus tard, le Congolais va rencontrer une fille superbe qu’il appelle “Couleur d’origine”. Elle a “le derrière de (ses) rêves”, un derrière qui “bouge dans le sens inverse des aiguilles d’une montre”. S’en suit une hilarante tirade sur les fesses dont le dandy au costard impeccable est un grand amateur. On le surnomme d’ailleurs le fessologue…

Ce dingue de la sape, qui affirme que “les sapeurs congolais ont exporté la sape à Paris, la Ville Lumière”, va se mettre en tête de devenir écrivain. Avec une machine à écrire et surtout pas un ordinateur, par souci de “ressembler à Georges Simenon”.

Une heure durant, Modeste Nzapassara a régalé les nombreux spectateurs. Une belle conclusion pour cette 32e Foire du livre de Brive.

 

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire