L'actualité en continu du pays de Brive


Matamore, le cirque qui ne tourne pas rond

Matamore

Sous le chapiteau à la rougeur atemporelle, à l’intérieur duquel 330 personnes ont pris place hier soir,  il s’en est passé de belles. Rire, émotion, stupeur et tremblement se sont croisés sur la piste de Matamore, au carrefour du Cirque Trottola et du Petit théâtre Baraque.

Matamore est encore à découvrir au parc de la Corrèze, derrière l’Espace des Trois provinces, jusqu’à samedi. Relâche jeudi. Infos et réservations auprès des Treize arches au 05.55.24.62.22.

MatamoreAvec Matamore, le cirque sous chapiteau a fait une entrée fracassante dans la programmation 2013-2014 des Treize arches. Un moment burlesque et poétique, ponctué de prouesses acrobatiques, fruit de la rencontre entre les deux univers singuliers du Cirque Trottola et du Petit théâtre Baraque.

Pourtant, en pénétrant plus avant sous le chapiteau, baissant la tête sous les rideaux de velours et gravissant les rangées de gradins, la fosse semble démesurément ridicule. Dix mètres de longueur, peut-être plus, sans doute moins. Difficile de l’estimer du fait de la vision plongeante qui perturbe la perception de l’espace, brouillant même celle du temps.

MatamoreQuel drôle de monde se joue-t-il dans cette arène? Un monde où les acrobates ont des mines de pantins clownesques et où les marionnettes prennent vie entre les mains d’une sorte de Gepetto qui, en actionnant la manivelle d’une espèce de rôtissoire géante, fait se mouvoir le pantin grandeur nature autour d’une barre en fer fixée à l’horizontal. Sous l’effet de l’impulsion donnée par son créateur, le corps désarticulé de la marionnette s’anime et s’illustre dans des figures millimétrées dignes de trapézistes de chair et d’os.

MatamorePuis il y a aussi ce dompteur fou, abandonné par ses lions. De ses cordes qu’il fait danser dans l’air et qui pétaradent en s’écrasant au sol, il va démembrer une espèce de monstre mi-oiseau mi lapin, tout de journaux revêtus, auquel, même la mythologie grecque, pourtant très imaginative, n’a pas pensé. Il ira même jusqu’à cueillir, à la grâce d’une précision cinglante avec ses cordes fouettées, les fleurs épinglées aux quatre coins de l’arène.

Face à cet univers baignant dans un univers forain, on sourit encore devant ce petit chien haut comme trois pommes qui marche sur la tête, on rit de ces drôles de clowns qui se chamaillent, on tremble au rythme des envolées vertigineuses de la fluette voltigeuse et on s’émerveille de la manière dont un roi de la gâchette un peu dérangé fait tournoyer ses pistolets avec une dextérité qui lui vaut un ours en peluche. Non, décidément, ça ne tourne pas rond dans cette arène!

Il reste encore des places pour Matamore ce soir (tarif dernière minute à 8 euros au lieu de 18) et samedi à 20h30. Tarif: de 18 euros à 4 euros. Infos et réservations auprès des Treize arches au 05.55.24.62.22.

Retrouvez également l’un des personnages de Matamore samedi 22 mars au théâtre à 20h30 dans le spectacle Par le boudu.

 

Matamore

Matamore

Matamore

Matamore

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire