L'actualité en continu du pays de Brive


Marché de l'immobilier : un "frémissement" porteur d'espoir

CCI Observatoire de l imobilier de la Correze1pano

L’Observatoire de l’immobilier de la Corrèze présentait hier, pour la 11e fois, son bilan annuel à quelque 100 professionnels du secteur à la CCI. Malgré une année 2015 “en demi-teinte” selon les acteurs de l’immobilier, un “frémissement” se fait ressentir depuis le début de l’année.

(Cet article a été rédigé avec notre stagiaire Alizée Dubus)

CCI Observatoire de l imobilier de la Correze2« Après 11 ans d’existence, l’Observatoire de l’immobilier de la Corrèze est devenu une sorte de cluster », s’est réjoui hier Jean-Louis Nesti, président de la CCI de la Corrèze. Agents immobiliers, responsables institutionnels et représentants de banques travaillent, en effet, ensemble avec un intérêt commun : dynamiser le marché de l’immobilier, en ce qui concerne les acquisitions et les locations, pour les particuliers comme pour les professionnels.

L’Observatoire a mené une enquête auprès de 60 acteurs de l’immobilier. Les réponses de ce panel, « représentatif de l’ensemble du département » comme l’a indiqué Anne Mambrini, responsable de l’enquête, ont permis de tirer la conclusion suivante : « On ressent un léger frémissement depuis début 2016 ».

CCI Observatoire de l imobilier de la Correze3En effet, le marché de l’accession affiche, malgré un « tassement » des ventes en 2015 (5.588 actes de ventes soit – 1,2%), « une certaine stabilité de son volume » dans l’ancien. Les professionnels soulignent également « une amorce de reprise de la construction de logements neufs depuis le début de l’année » (+ 6% des mises en chantiers après une baisse de 5% en 2015).

Les agents immobiliers constatent également « un retour des acheteurs étrangers, pour la majorité britanniques » (5% des ventes sur 2015, soit + 2 points par rapport à 2014). Une tendance qui se confirme malgré le Brexit : « Contre toute attente, cet événement a entraîné une accélération des actes d’achats de biens en France, probablement parce que les acquéreurs britanniques craignent que la dévaluation de leur monnaie finisse par faire mécaniquement augmenter le prix du bien convoité ».

CCI Observatoire de l imobilier de la Correze4Autre chiffre plutôt inattendu par son ampleur : les acquéreurs de plus de 60 ans représentent 21% des achats de biens immobiliers. S’ajoute à ces données le retour des primo-accédants, grâce à des taux bancaires exceptionnellement bas depuis déjà plusieurs mois.

Concernant le marché de la location, près de la moitié du panel mise sur une stabilisation des montants des loyers pour 2016. Des loyers qui, dans l’ancien, sont estimés entre 200 euros pour un studio ou un T1 à 1.000 euros pour une maison sur le bassin de Brive.

Françoise Cayre, agent immobilier, conseiller technique à la CCI et membre du comité de pilotage de l’Observatoire de l’immobilier, se veut optimiste pour l’année 2016 : « Depuis le début de ma carrière, je n’ai jamais vu un marché aussi accessible, notamment pour les primo-accédants, avec des taux bancaires plus bas que jamais ».

CCI Observatoire de l imobilier de la Correze5Cette professionnelle, qui mesure parfaitement l’écart entre l’offre du marché et la demande des acheteurs potentiels – qui souhaitent, selon l’étude de l’Observatoire, des biens à moins de 150.000 euros, nécessitant très peu de travaux, proches de bourgs ou de centres urbains, ou des appartements de bon standing en centre-ville -, rejoint l’avis de nombre de professionnels sur les solutions possibles pour dynamiser le marché : « Il faut mettre en place des dispositifs incitatifs, faire encore mieux que ce qui existe déjà, car il faut finalement peu de choses pour déclencher des actes d’achats. »

En ce qui concerne le marché de l’immobilier à usage professionnel, là aussi une certaine reprise pour l’année 2016 est ressentie sur l’ensemble du territoire corrézien avec en tête le commerce et l’hébergement-restauration qui représente 73% des ventes. Cependant, ces points positifs restent ternis par une vacance commerciale qui se développe dans les centres-villes.

La conclusion pour les professionnels de l’immobilier est unanime : « La main est à l’acheteur ». L’année 2016 est donc une année d’espoir face à des signes réels de reprises et des possibilités accrues de concrétiser des actes d’achats grâce à des taux bancaires très bas.

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire