L'actualité en continu du pays de Brive


L'INISUP fait sa première rentrée

Rentrée de l'INISUP dans ses locaux avenue Edouard-Herriot

L’INISUP, le centre de formation de la CCI a fait sa première rentrée. 170 apprenants sont inscrits cette année dans les 9 formations dispensées, dont 3 nouvelles. Un outil visible désormais de l’extérieur, directement tourné vers les entreprises et qui se positionne déjà dans “une vocation régionale et même infrarégionale”.

 

L'entrée sur l'avenue Edouard-Herriot“Ça y est, c’est du concret. Ce projet, c’est 5 ans de travail. Nous sommes rentrés en avril dernier en cours de cursus, mais aujourd’hui, c’est notre vraie rentrée officielle.” Pour la directrice Sylvie Alvinerie Bousquet, deux chiffres sont à mettre en parallèle: “L’an dernier, nous avions 120 apprenants, aujourd’hui, 170.” Le signe indéniable d’une montée en puissance rendue possible grâce à ce bâtiment construit à côté de la CCI, directement relié à elle et donc aux entreprises.

“Nous avons conforté toutes nos formations, celles existantes comme les nouvelles.” Le centre d’enseignement supérieur et d’alternance a engrangé davantage de candidatures comme davantage de partenariats. Pour ceux qui ont connu la structure précédemment installée à l’étage inférieur de l’immeuble consulaire, c’est véritablement le jour et la nuit. Les locaux sont lumineux, modernes, offrant une facilité de travail et un aspect plus convivial. “Il y a désormais unité de lieu, unité d’approche et lisibilité de l’extérieur“. Que du bonheur!

Cours en anglais

Neuf formations vont s’y côtoyer. Les “historiques” avec l’Ecole de gestion et de commerce, les Négoventis ciblés vente jusqu’à Bac+3, celui également en commerce international, ainsi que la formation ESCI à Bac+5 négociateur d’affaires internationales. S’y ajoutent cette rentrée trois nouvelles en alternance: l’une clé en main pour le groupe Allianz pour ses conseillers en gestion de patrimoine (Bac+3), celles en ressources humaines (Bac+4) et en e-tourisme (Bac+2) qui vont démarrer le 5 octobre. Et ce n’est qu’un début puisque l’INISUP a déjà programmé pour l’an prochain deux nouvelles à Bac+5 en web marketing et en QSE (Qualité, sécurité, environnement).

job datingLe nouveau bâtiment qui bénéficie de 19 salles de cours, 5 informatiques et d’un amphithéâtre, doit en effet permettre de doubler la capacité d’accueil sur 5 ans pour atteindre les 500 apprenants par an. Auxquels s’ajoutent les quelque 1000 stagiaires de la formation continue et 300 personnes dans le cadre d’un appui aux ressources humaines et à l’orientation.

D’ici la fin de l’année devrait également s’activer l’incubateur junior pour accompagner étudiants et apprenants aux métiers d’entrepreneur. Des formations au plus près du terrain qui s’appuient sur 90 intervenants professionnels et 12 permanents.

“La force de notre campus est sa capacité à répondre à la totalité des publics quelque soit leur statut et aux besoins de formation tout au long de la vie”, renchérit le président Jean-Louis Nesti. La chambre corrézienne a su mener à temps son projet avant que l’Etat ne vienne ponctionner les finances consulaires, mettant ainsi à mal nombre de structures. “On fera tout pour que les formations ne soient pas menacées”, jure le président en insistant sur le lien étroit entre le centre de formation et le tissu économique. Comme en illustration, le hall accueille au même moment un job dating réunissant étudiants d’EGC et entreprises afin de mettre en place les stages obligatoires.

Le président consulaire Jean-Louis Nesti entouré de deux "apprenants" des nouvelles formations: Thibault Hoffmann en  gestion de patrimoine (à gauche) et Laurent Soleilhavoup en ressources humaines

Le président consulaire Jean-Louis Nesti entouré de deux “apprenants” des nouvelles formations: Thibault Hoffmann en gestion de patrimoine (à gauche) et Laurent Soleilhavoup en ressources humaines

Coller aux entreprises est dans nos gènes“, argumente Jean-Louis Nesti en mettant en avant la “très forte employabilité” des apprenants: “près de 85% des personnes formées chez nous, toutes filières confondues, trouvent un emploi à la sortie ou poursuivent leurs études”. Preuve aussitôt apportée par deux étudiants appelés à témoigner. Après l’EGC, le Briviste Laurent Soleilhavoup, 22 ans, a “rempilé” en alternance bac+4 de responsable ressources humaines: “J’avais choisi l’EGC pour rentrer directement dans le monde du travail. Je peux continuer grâce à un contrat de professionnalisation signé avec l’entreprise dans laquelle j’ai déjà accompli un stage. C’est important d’avoir cette opportunité sur place.”

Thibault Hoffman, 24 ans, vient d’Auvergne. C’est l’un des 16 à suivre la nouvelle formation/recrutement pour le compte d’Allianz en ce qui concerne tout le grand Sud-Ouest. “Auparavant, j’ai fait fac de droit et un BTS assurances. Avoir un CDI au bout de 10 mois de formation, ce n’est pas négligeable dans le contexte actuel.” L’INISUP compte bien développer ce type de formation et trouver également sa place dans la nouvelle grande région. Le centre soigne ses formations sans oublier l’aspect hébergement. Les 25 logements étudiants prévus par le moteur au-dessus de la structure, sont tous occupés. D’autres résidences sont en cours de construction. “Nous travaillons également sur d’autres possibilités de logements”, annonce le président. Là aussi, ce n’est qu’un début.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire