L'actualité en continu du pays de Brive


L'îlot Majour bientôt réhabilité

Verrue dans le cœur de ville, l’immeuble en ruine situé au 9 rue Majour, acquis par Territoire 19 dans le cadre d’une restructuration d’îlots, sera complètement réhabilité d’ici l’automne 2014 et permettra l’implantation d’une nouvelle activité commerciale.

Dans le cadre de la convention publique d’aménagement, la Ville a confié à la SEM 19 la restructuration d’îlots dans le cœur de ville. Il s’agit d’immeubles dégradés, vacants qui nécessitent une intervention lourde de réhabilitation.

C’est dans cette optique que le bien immobilier situé au 9 rue Majour a été acquis par Territoire 19 en 2009. Situé à l’intersection de rues commerçantes du centre historique, les rues Majour  et de Corrèze, le bâtiment offrant une surface au sol de 59 m2 et totale de 136 m2 environ est en ruine.

Les travaux de mise en accessibilité et la réhabilitation complète du site vont débuter au premier trimestre de l’an prochain pour se terminer à l’automne 2014. La charpente, la couverture en ardoises et la zinguerie seront reconstruits; la façade en pierre nettoyée et une devanture en bois reconstruite permettant l’implantation d’une nouvelle activité commerciale.

Le montant des travaux est estimé à 210.000 euros HT. Un coût élevé mais justifié par la majorité lors du dernier conseil municipal par le délabrement avancé du bâtiment. “Tout est à faire avec des impératifs de cœur de ville”, avait avancé Jean-Jacques Thomas, président de la SEM, “sans compter les exigences de conservation de la qualité historique du bâti qui est inscrit dans le rayon de l’architecte des Bâtiments de France”, a ajouté le député-maire Philippe Nauche avant de préciser: “Si ce bien n’avait pas été situé à cet endroit, on aurait imaginé d’autres solutions.”

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

1 commentaire

  •    Répondre

    Celui qui utilise l’espace public abusivement pour l’exploitation de son commerce participe t’il aux travaux ?
    Comment font les services d’urgence pour passer ?
    Tout çà ressemble bien à un arrangement financé par nos impôt!

Laisser un commentaire