L'actualité en continu du pays de Brive


Docteur Bruno Abraham : « Les vaccins ont sauvé des vies »

La Covid 19 a occupé et occupe toujours l’esprit et les équipes du service médecine interne, rhumatologie, maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de Brive. Le docteur Bruno Abraham, chef du service et témoin privilégié, dresse un constat sans appel sur la Covid 19. Malgré les controverses, oui, les vaccins ont sauvé des vies. Si la Covid est toujours d’actualité, le médecin nous a évoqué d’autres maladies qui sont traitées au sein du service. Notamment la tuberculose et le Sida… Entretien. (Le portrait du docteur Bruno Abraham est dans le Brive Mag, version papier, du mois d’octobre).

 

Les vaccins ont sauvé des vies

« Il faut continuer à se faire vacciner contre la Covid, c’est le problème de santé publique actuel. Les vaccins ont sauvé des vies », insiste Bruno Abraham. C’est le constat qu’a fait au quotidien le chef du service. « La vaccination reste aujourd’hui très efficace contre le risque d’hospitalisation même avec le variant Delta. S’il n’y avait pas eu cette campagne de vaccination, le service serait plein et la réanimation aussi. »

Malgré l’évidente efficacité des vaccins Bruno Abraham reconnaît un manque de recul sur les effets secondaires ou indésirables « Un vaccin ce n’est pas rien, il y a encore beaucoup de questions. Cependant à l’heure actuelle les vaccins ont permis une réponse rapide et efficace contre la pandémie », souligne Bruno Abraham et précise que les rappels sont nécessaires notamment avec le variant Delta car « il nécessite d’avoir une immunité renforcée. »

Mais surtout, le médecin se montre positif pour l’avenir. « J’espère que les souches deviendront petit à petit moins virulentes. Par ailleurs, je n’ai pas connaissance d’autres foyers infectieux avec un nouveau variant comme cela avait été le cas en Inde et qui nous avait fait craindre, à juste titre, une autre vague. C’est ce qui s’est passé avec le variant Delta », rappelle Bruno Abraham. « J’espère que la Covid 19 deviendra une maladie comme la grippe saisonnière. Malgré tout, les gestes barrières, l’hygiène élémentaire resteront importants et il faudra certainement une politique vaccinale adaptée. »

VIH, sida…

« En France, encore chaque année, on constate une augmentation des cas de VIH, qui est l’infection, mais moins de cas de Sida, qui est la maladie et qui peut entraîner le décès », rappelle Bruno Abraham. « Il est très important de se faire dépister afin de se faire traiter. Les patients sont mieux soignés, les traitements sont plus simples mais encore faut-il les mettre en place. »

Le Sida reste une maladie particulièrement stigmatisante. « Bien que plus simple à traiter, le suivi reste très important et peut être contraignant. Socialement la maladie est encore excluante », souligne Bruno Abraham.

« Il n’y a pas de vaccin à l’ordre du jour, on est sur des objectifs de simplification de traitement. Des traitements injectables devraient arriver avec une injection mensuelle. Le virus du VIH fait partie de l’ADN et il est très difficile de le déloger sans abimer notre ADN. Il n’y a pour l’instant aucun vaccin thérapeutique ou préventif. » Il est possible que la crise sanitaire Covid 19 nous serve pour d’autres maladies dont le Sida.

Centre de lutte anti tuberculeux

Le docteur Bruno Abraham gère également le centre de lutte anti tuberculeux qui a une vocation départementale. Bien que semblant appartenir à une autre époque la tuberculose est toujours présente en France et surveillée. « Ce n’est pas du tout une maladie éradiquée. En France, nous sommes tout de même à un niveau très bas », souligne le médecin. « Nous recevons ici à l’hôpital de Brive mais nous nous déplaçons également dans tout le département en cas de signalement pour traiter et tester les personnes de l’entourage du cas signalé. Nous avons également en charge l’accueil des migrants qui doivent se faire dépister. »

 

Conseil

« On a peut-être eu tendance à oublier avec la Covid mais il faudra reprendre les habitudes vaccinales, faire les rappels… »

Médecine Interne, Rhumatologie, Maladies Infectieuses et Tropicales

Tél. : 05 55 92 60 40 – Fax : 05 55 92 66 77
secretariat-mirmit@ch-brive.fr

Le service, situé au 10ème étage du bâtiment central du Centre Hospitalier, comporte 3 unités médicales : médecine interne, rhumatologie et maladies infectieuses et tropicales.
La prise en charge des patients relevant de ces trois spécialités peut être réalisée en consultations, hospitalisation de jour ou hospitalisation complète.Le service assure aussi la réalisation des ostéodensitométries, les consultations de dermatologie.Se rendre dans le serviceAccès par l’entrée principale
Prendre l’ascenseur ou l’escalier jusqu’au 10e étage
En sortant de l’ascenseur suivre la signalétiqueHoraires des visites : 12h – 20h

 

Le Dispensaire

Tél. : 05 55 92 66 11
dispensaire@ch-brive.fr

Le dispensaire est situé au sein du service de médecine interne, rhumatologie, maladies infectieuses et tropicales au 10 ème étage du Centre Hospitalier de Brive. Il regroupe 2 centres:
– le CeGIDD Corrèze (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic de la Corrèze) qui permet un dépistage et une prise en charge des IST de façon anonyme ou nominative et gratuite pour toute personne le désirant;
– le CLAT (Centre de Lutte Anti Tuberculeux) qui organise en particulier la prise en charge et le suivi des personnes ayant été exposées au bacille tuberculeux.Le dispensaire est ouvert :
– Le lundi et mercredi : 9h30-13h    14h-16h30
– Le mardi et jeudi : 9h30-13h    14h-18h30
– Le vendredi : 9h45-13h (fermé le 2ème vendredi du mois)   14h-16h30Attention : Dernier dépistage 15min avant l’heure de fermeture.Pour information :En raison de la situation sanitaire actuelle, les centres CLAT et CeGIDD recevront les patients obligatoirement sur RDV (toutes les 30 minutes).

 

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire