L'actualité en continu du pays de Brive


Les questions et les réponses ont “PLU”

La salle d'honneur de la mairie accueillait hier soir de nombreuses personnes venues interroger les élus sur le PLU

Qu’est-ce que le Plan local d’urbanisme (PLU) ? Les explications sur ce document d’urbanisme, “le plus important de la mandature car il sera la base de la ville de demain” comme le rappelle souvent le maire Philippe Nauche, se trouve ici. Hier soir, la salle d’honneur était pleine à craquer pour une réunion publique sur le sujet. Après une présentation du PLU, les échanges entre Brivistes et élus ont été nombreux, courtois et fructueux.

Philippe Nauche a répondu à toutes les interrogations“Avec l’ancien Plan d’occupation des sols, une personne pouvait avoir un terrain non constructible alors que celui de son voisin l’était. Du côté des propriétaires, il y avait un sentiment d’arbitraire et, du côté du service d’urbanisme, un sentiment d’impuissance”, a expliqué Philippe Nauche. “Avec le PLU, chacun aura une réponse claire car ce sont des zones qui seront clairement identifiées.”

Un Briviste avide de réponsesLa question des zones constructibles ou pas est au cœur des préoccupations. Mais, hier soir, il ne s’agissait pas de définir la qualité des parcelles de chacune des personnes présentes dans l’assistance. Ce sera possible, et même souhaitable, lors de l’enquête publique entre juillet et décembre prochain, avant l’approbation du PLU. Hier soir, les échanges se sont faits sur des thèmes plus généraux, parfois même hors sujets. Mais jamais Philippe Nauche, rompu à l’exercice, n’a botté en touche. Bien au contraire. Debout face à un public attentif, il a répondu sans langue de bois à tout le monde, jusqu’à la dernière question.

"Vous avez la parole", et les Brivistes ne se sont pas privés pour la prendre dans un esprit de concertation constructiveDe l’état de la route “du pont Cardinal à Malemort” en passant par la protection des ressources hydrauliques (prises en compte dans le PLU) ou par le devenir de l’hôtel de l’Etoile près de la gare (“des négociations sont en cours avec le propriétaire”), chacun a pu s’exprimer.

Certaines interrogations ont entraîné des réponses plus fouillées. Une sur l’éventualité d’un contournement Sud de Brive. On est là plutôt sur le thème du Plan de déplacements urbains que sur celui du PLU, certes. Néanmoins, le maire a répondu: “Pour moi, ce contournement est une évidence. L’idée fait son chemin depuis 20 ans, mais très doucement. Disons les choses clairement, il n’y a pour le moment rien de concret. Pourtant, il faudrait déjà définir un pré-tracé afin de ne pas construire sur les zones qui pourraient éventuellement accueillir un contournement Sud. Mais ça ne concerne pas seulement Brive.”

Sur le sujet PLU,  ont été évoqués entres autres:

  • la hauteur des constructions: “On a regardé les quartiers un par un”, a expliqué le représentant du cabinet Citadia, Denis Leddet. “La hauteur des constructions est l’une des données considérées, comme le sont aussi la densité d’habitations, les implantations de végétaux, et nombre d’autres critères. L’idée est que les règles d’urbanisme inscrites dans le futur PLU prennent en considération la réalité actuelle de chaque quartier afin que les nouveaux aménagements se fassent dans le même esprit”.
  • Plus d'une dizaine de questions ont été posées en 1h20 d'échangesles zones inondables: une des inquiétudes principales de l’assistance, notamment pour ceux qui ont vécu l’inondation de 1960. Denis Leddet a expliqué qu’il existe un Plan de prévention des risques d’inondation et que “le PLU n’y déroge pas”. Philippe Nauche s’est ensuite étendu sur la révision souhaitable de ce plan inondation: “Pour avoir une vision précise des choses, nous finançons, avec la commune de Malemort, une étude qui aboutira, j’espère avant la fin de l’année, à une simulation hydraulique des risques d’inondations.” Cette étude, non obligatoire, sera le meilleur support possible pour “discuter avec l’Etat des zones inondables.” L’élu n’exclut pas que les deux communes financent “des champs d’expansion de crues en amont” pour permettre de réduire les zones inondables dans des secteurs potentiellement constructibles.
  • les risques Seveso: “Nous ne réclamons pas à Brive des entreprises Seveso. Par contre, on se doit de regarder tous les dossiers qu’on peut nous proposer. Car, on le sait, les entreprises à risque ont des règlementations particulièrement contraignantes et, si le risque zéro n’existe nulle part, la sécurité est la première des préoccupations”, a rappelé le maire. “A Butagaz par exemple, depuis la pose du sarcophage autour des cuves, le risque est quasiment limité à la parcelle. Généralement, dans le cas d’entreprises liées au gaz ou à la chimie, le danger vient surtout des transports, pas de l’entreprise en tant que telle. Quoi qu’il en soit, rien ne se ferait sans une enquête publique et, si l’idée de l’implantation d’une entreprise Seveso était fortement rejetée par la population, nous ne l’autoriserions pas.”
  • Elus et techniciens étaient là pour présenter le PLU et répondre aux questionsle devenir de Brive-Laroche après le transfert de l’aéroport: “Faut être clair: on ne fera pas de Brive-Laroche un Las Vegas bis! Cette zone n’a pas vocation à accueillir des dizaines et des dizaines d’espaces commerciaux qui viendraient concurrencer les commerces de centre-ville. On part plutôt, a priori, dans l’idée d’une réserve foncière pour un gros groupe industriel.”
  • les zones agricoles: la ville possède, dans sa partie Sud, de nombreux terrains susceptibles d’accueillir des activités agricoles. C’est la partie dite des “villages” de Brive. “Le fait est que ces terrains là sont, sur le papier, constructibles, mais les règles sont tellement strictes que, en pratique, ils ne le sont pas”, a expliqué Philippe Nauche. “Dans cette partie là, il faudra une réflexion quasiment parcelle par parcelle lors de l’enquête publique. On ne passera pas arbitrairement tout en zone agricole. Dans les villages, nous ne freinerons pas le développement urbain pour peu qu’il se fasse de façon raisonnable et aggloméré. Par contre, dans les zones hors village, les terrains deviendront zones agricoles. Et, à certains endroits, on peut, pourquoi pas, songer à de nouvelles installations d’exploitants, dans l’esprit d’une agriculture raisonné et de proximité.”

Pour plus de renseignements sur le PLU, vous pouvez visiter le local de Urba’Brive (7, boulevard du Salan) les lundi et vendredi entre 14h et 17h (et bientôt un samedi matin par mois) ou consulter son site en cliquant ici.

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

4 commentaires

Laisser un commentaire