L'actualité en continu du pays de Brive


Les platanes du boulevard soumis à des tests de traction

Petit ralentissement ce matin sur la première ceinture de boulevards. En cause: des tests de traction effectués sur trois platanes, suspectés de fragilité. Une nouvelle technique d’expertise employée pour la première fois à Brive.

Cet article a été réalisé avec nos stagiaires Coline, Paul et Gaétan.

 

A première vue, les trois platanes paraissent tout à fait normaux. “Lors de la dernière taille, les élagueurs ont observé manuellement des fragilités”, explique Mathieu Béringuier, responsable à la Ville du patrimoine arboré. Décision a donc été prise de mener des investigations plus approfondies en faisant appel à une technique récente. Elle s’appuie sur des tests de traction simulant la force du vent et permet de détecter également des défauts internes non décelables à l’œil.”Ces tests imitent l’effet d’une rafale de vent modérée, de l’ordre de 50 à 60km/h, ou le poids de la neige“, précise Vincent Dellus, seul expert en France maîtrisant cette technique. Son cabinet situé en Ile de France travaille sur tout le territoire national.

Des capteurs sont disposés à la base de l’arbre. “Il s’agit d’instruments de précision pour mesurer l’inclinaison de l’arbre en millièmes de degrés.” A l’aide d’un treuil, une traction de 500 kilos est effectuée sur le platane. Des mesures sur le terrain qui seront ensuite analysées sur ordinateur en intégrant de savants paramètres. “Cela va permettre de simuler des calculs dans des conditions extrêmes, avec un vent de 100km/h“, quantifie le spécialiste.

La technique aboutit à connaitre le coefficient de solidité de l’arbre et donc de savoir s’il est menaçant pour la sécurité des passants. Si tel est le cas, la Ville se verra alors contrainte de l’abattre. “C’est une situation en dernier recours”, affirme Etienne Patier, maire-adjoint chargé de l’urbanisme. “Ces arbres sont très anciens, environ 150 ans, et classés. Ils bénéficient d’un traitement spécial pour les préserver. Nous avons ainsi interdit l’utilisation de bannières.”

Reste qu’il ne faut courir aucun risque, surtout sur ce boulevard où circulent 17.000 véhicules jour.” Chaque année, la Ville rajeunit si nécessaire son parc arboré. “Depuis 5 ans, 28 arbres ont été abattus et 56 replantés“, chiffre Mathieu Beringuier. Justement, à côté du platane en cours de tests, grandit un plus jeune replanté il y a peu.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire