L'actualité en continu du pays de Brive


Les justes au conservatoire.

C’est un pari osé que 2 professeurs de théâtre de Limoges ont engagé cette semaine avec les élèves du conservatoire. Un stage, intensif, autour d’une œuvre qui sera jouée lundi prochain à 19h30. L’occasion pour les jeunes de se surpasser pour le plus grand plaisir de leur professeur habituel, Julien Balageas.

C’est pour ses élèves de 3e cycle que Julien Balageas a souhaité proposer ce stage avec les intervenants extérieurs. Une manière pour lui de leur faire découvrir une approche différente, bien que complémentaire, du théâtre, du jeu, de la mise en scène. Il a fait appel pour cela à 2 comédiens professionnels, créateurs de la troupe du « Pas suivant » à Limoges.

Aurélie Ruby et Thomas Visonneau sont arrivés à Brive en début de semaine pour prendre en main ce groupe de 8 jeunes âgés de 16 à 19 ans, avec une idée un peu folle: choisir une œuvre et amener les comédiens en herbe à la jouer devant le public après seulement 5 jours de répétition.

C’est « Les justes » d’Albert Camus sur lequel travaillent les élèves. « Un texte qui leur ressemble sur bien des points » précise Thomas Visonneau car « il parle de jeunes révolutionnaires. Des personnes en révolte comme le sont les jeunes ». Un texte écrit dans une langue simple, celle d’aujourd’hui et peut-être moins difficile à s’approprier que des classiques de Molière ou Corneille. « C’est là ce qui est intéressant » insiste le professeur, car « les élèves vont pouvoir davantage travailler leur façon de jouer, leur façon de faire vivre les mots et surtout les idées développées par Camus ». Et en travaillant l’ensemble de l’œuvre, sur 3 actes, « chacun peut faire évoluer son jeu à travers l’histoire de son personnage ».

Un enrichissement que confirme Samy, 17 ans, élève au conservatoire depuis 3 ans. « C’est très positif » affirme t-il car « ce texte m’a permis d’aller plus profond en moi et de trouver des manières de jouer que je ne soupçonnais pas forcément. Le fait d’avoir des professeurs extérieurs est aussi très bien car leur vision de l’œuvre, de la façon de la jouer et de notre utilisation de l’espace scénique, est complémentaire de celle de notre professeur habituel et cela nous permet d’ouvrir notre horizon« . Une semaine riche en émotions et en enrichissement qui se terminera donc lundi prochain, par une représentation de la pièce de Camus, à l’auditorium du conservatoire rue Masséna à 19h30. Entrée gratuite.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire

onze + huit =