L'actualité en continu du pays de Brive


Les enfants captivés par les Raconte-tapis !

Histoires sur tapis1pano

L’exposition « Histoires sur le tapis… du Raconte-tapis au plaisir de lire », proposée au centre socioculturel Jacques Cartier, se terminait aujourd’hui par une « racontée », et trouvera un prolongement grâce à deux Raconte-tapis fabriqués au cœur du quartier.

Histoires sur tapis2La compagnie des Trois Oranges définit ainsi le Raconte-tapis : « un objet qui donne ou redonne l’envie de lire, une sorte de livre géant où les personnages en volume deviennent palpables, où les décors prennent forme en trois dimensions ». Et cet objet, toujours très coloré, est le support de ce que les concepteurs appellent des « racontées ».

Cette après-midi, dernier jour de l’exposition « Histoires sur le tapis… du Raconte-tapis au plaisir de lire » proposée au centre socioculturel Jacques Cartier, a permis à 20 élèves de l’école maternelle de Gaubre de découvrir des Raconte-tapis et de se voir conter de jolies histoires, de jolies « racontées » plutôt, avec ce support original.

Histoires sur tapis4Céline, animatrice du centre, a lu plusieurs histoires aux enfants, une main tenant le livre, l’autre manipulant le tapis pour faire apparaître et se mouvoir divers personnages, de la girafe au crocodile en passant par le rhinocéros, le toucan, le tigre ou la « grenouille à grande bouche », héroïne du conte éponyme. Captivés, les enfants suivent le récit avec une attention décuplée, allant jusqu’à coasser à chaque bond de la grenouille sur le tapis.

« En parallèle de l’exposition, nous avons organisé un atelier de fabrique de Raconte-tapis par des adultes du quartier », explique Emilie Josse-Delmas, responsable du pôle socioculturel Jacques Cartier. « Les tapis fabriqués seront conservés par le centre et serviront ensuite à proposer des « racontées » aux enfants ».

Histoires sur tapis15En effet, du côté de l’atelier fabrication, les petites mains s’affairent, sous le regard d’Eric Hammam, de la compagnie des Trois Oranges. Bien entendu, ce dernier n’est pas en reste quand il s’agit de faire vrombir la machine à coudre. Il ne la quitte d’ailleurs pas du regard. L’exercice demande de la concentration !

Après avoir choisi deux livres parmi ceux proposés par la bibliothèque des Chapélies, l’un des partenaires du projet*, Eric Hammam a dirigé quatre séances en présence d’une dizaine de couturières volontaires et bénévoles du quartier de Tujac, de la conception des patrons pour le fond du tapis, les éléments de décors et les personnages, jusqu’à la fabrication des tapis en tant que telle, en passe de s’achever.

Histoires sur tapis6Les deux tapis seront présentés aux partenaires jeudi 17 décembre, et seront exposés au centre jusqu’à mi-janvier.

« Le centre socioculturel va poursuivre ce travail autour du conte à travers l’opération « Cartier libre aux écoles », débutée il y a trois ans », développe Emilie Josse-Delmas. « Il s’agira d’exposer au centre des objets créés, entre janvier et juin, par des élèves des établissements partenaires à partir de contes. Ils seront guidés par l’artiste plasticienne Cécile Pouget ».

*Les partenaires du projet : 6 classes des écoles Jules-Vallès, Jules-Romain, Marie-Curie et Gaubre ; 2 classes de 6e du collège Jean-Moulin ; l’ensemble des pôles du centre ; le centre socioculturel municipal Raoul-Dautry ; le centre socioculturel municipal de Rivet ; la bibliothèque des Chapélies; la Maison des services départementaux.

Histoires sur tapis5

Histoires sur tapis3

Histoires sur tapis10

Histoires sur tapis8

Histoires sur tapis9

Histoires sur tapis12

Histoires sur tapis7

Histoires sur tapis14

Histoires sur tapis11

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire