L'actualité en continu du pays de Brive


Les Bisons ont fêté leur Saint-Maurice

intro-st-maurice

Le régiment briviste a fêté hier mercredi 12 octobre la Saint-Maurice, patron de l’infanterie. Il a ouvert exceptionnellement la caserne Laporte à une cinquantaine d’invités, anciens combattants ou de la réserve, en leur montrant notamment les derniers aménagements et équipements dont le fameux Félin du fantassin moderne.

pano-visite

Cherchez l’erreur: la Saint-Maurice tombe le 22 septembre. Mais à cette date, le gros du régiment était encore déployé entre Paris et Menton. C’est donc avec trois semaines de retard consécutif à un calendrier opérationnel toujours très chargé que le 126 a pu célébrer dignement son saint patron d’infanterie. conferenceLe matin, c’est un incontournable, les compagnies se sont adonnées à leur traditionnel challenge sportif.

L’après-midi, les Bisons ont ensuite ouvert leurs installations aux membres des associations d’anciens combattants et réservistes. En commençant par leur dresser un topo sur leur participation à l’opération Barkhane au Mali d’où ils sont rentrés il y a juste 4 mois. Les éléments du 126 s’y sont particulièrement illustrés dans la prise et le maintien d’Abeïbara au Nord-Est du pays. Une mission cruciale dans la traque anti-jihadistes mais aussi éprouvante pour les organismes.

“On a perdu 8 kilos sur le terrain”, explique le chef de section. “S’ils sont revenus du mandat sans aucune perte, c’est qu’ils ont su maintenir une saine pression sur les hommes pour assurer une sécurité et une veille constante”, a insisté leur colonel Thomas Mollard, en saluant “la qualité professionnelle du sous-groupe”.

visite-travauxCôté infrastructures, le régiment n’a rien caché des évolutions à Laporte. Les invités ont visité le premier des bâtiments de compagnie à être rénové (à raison d’un par an sur les 4 années à venir) et constaté l’amélioration notable pour les militaires qui seront logés “à 4 par chambres, avec lavabo pour chacun et douche à l’italienne”. Les anciens sourient en évoquant leur temps et “des dortoirs davantage surpeuplés”. Doux euphémisme.

le-chantierLes hôtes d’un jour ont ainsi sillonné la caserne en passant en revue ses métamorphoses: la construction du bâtiment pour la nouvelle 5e compagnie de l’autre côté du Pian (livrable en avril prochain), l’emplacement de la future piste d’essai freinage pour le blindé Griffon qui remplacera le VAB, ceux des futurs poste de garde, bâtiments de simulation instruction, des cadres célibataires ou des services de garnison. Autant d’aménagements qui accompagnent la montée en puissance du régiment et permettront de totalement libérer l’ancien site Brune en 2019, comme s’y est engagé le chef d’état-major de l’armée de terre.

equipement-felinAu total, “c’est un investissement de 40 millions d’euros entre 2015 et 2022“, chiffre le lieutenant-colonel François Legendre, second du régiment. “Sans compter les 15 millions d’euros supplémentaires pour la mutation technologique du programme Scorpion.”

Attentifs tout au long de la visite, les invités ont été particulièrement impressionnés par la modernisation des équipements et armements, notamment par le matériel individuel de combat du fantassin, le Félin (Fantassin à équipements et liaisons intégrés). Un outil à la pointe de la technologie se fixant sur le fusil d’assaut Famas. Il permet des communications discrètes sur le terrain grâce à l’osthéophonie, de viser un ennemi en restant à couvert grâce à la vision déportée, d’observer en pleine nuit suivant plusieurs technologies, de transmettre les coordonnées GPS de pièges ou de préciser la position exacte de chaque soldat, de recevoir des informations pratiques sur un écran… Un précieux allié pour les fantassins au sol, toujours très exposés. La journée s’est achevée par une prise d’armes avec remise de décorations.

salle-informatique

st-maurice-2

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire