L'actualité en continu du pays de Brive


Les Amis du Rex… "En quête de sens"

La toute nouvelle association Les Amis du Rex propose une première soirée ce jeudi 23 juillet à 20h15, évidemment au Rex, autour du film En quête de sens. L’occasion pour elle de se faire connaître, de présenter ses valeurs, pas très éloignées de celles véhiculées par le documentaire, en défendant un cinéma de proximité, d’art et d’essai. Avec un tarif unique à 4 euros. “Nous sommes le point de départ d’un changement qui vient”, comme il est dit dans le film.

 

en quete de sensC’est l’histoire de deux amis d’enfance, Marc de la Ménardière et Nathanaël Coste, qui ont décidé de tout quitter pour aller questionner la marche du monde. En 1h27, leur périple initiatique sur plusieurs continents est une invitation à reconsidérer notre rapport à la nature, au bonheur et au sens de la vie… Un film inclassable: pas vraiment environnemental, certainement pas de voyage, ni réellement fictionné, ni totalement documentaire, assurement incarné mais pas intimiste. Il ressemblerait plutôt au road-movie d’une génération désabusée à la recherche de sagesse et de bon sens… de sens tout court.

Le documentaire amène ainsi le spectateur à réfléchir, se questionner sur son mode de vie, propose aussi des solutions. Absolument pas moralisateur ou intello. Et ça donne même le sourire. Ce documentaire a d’ailleurs été coproduit grâce à une campagne de financement participatif qui a mobilisé 963 internautes et il est distribué de manière indépendante par l’association Kamea Meah.

C’est donc ce film altermondialiste qu’a choisi la toute jeune association, elle s’est créée en juin dernier, pour se faire connaître du grand public. “C’est un support pour mettre en exergue les souhaits de l’asssociation : défendre des valeurs autres que celles de la logique économique des grands diffuseurs“, explique la présidente Diane Baratier.

diane-baratier, présidente en 2014 du jury au festival du moyen métrage de Brive. Photo Sylvain MarchouFille du cinéaste Jacques Baratier, elle-même cinéaste (elle a aussi signé la photographie des films d’Eric Rohmer pendant plus de 15 ans), elle défend “un cinéma d’art et d’essai, artisanal, à la programmation indépendante, de proximité”. Avec cette volonté pour chacun d’être son propre moteur et pas seulement réduit au rôle de passager, de consommateur subissant les images. Tout à fait dans l’esprit de ce que dit l’un des personnages du film, José Luis Tenoch Perez: “Nous sommes le point de départ d’un changement qui vient”. Une façon d’aller à la rencontre d’autrui comme de soi-même.

Pour la présidente, il s’agit donc de prendre conscience aussi de ce à quoi chacun tient et veut continuer à avoir accès: “Ce cinéma est le vôtre, investissez-le, protégez-le et défendez-le”, insiste la présidente qui souhaite déjà proposer une soirée projection à thème par mois. “Nous n’avons pas d’idées arrêtées, elles ressortiront des échanges, c’est participatif. Il faut que chacun s’empare de ce cinéma qui nous appartient à tous.” Des projections débats avec un tarif attractif de 4 euros pour drainer un public le plus large possible.

Vous pouvez adhérer aux Amis du Rex à la caisse du cinéma (5 euros en soutien, 10 euros pour être membre et au delà de 15 euros pour être bienfaiteur). Vous serez alors tenus informés prioritairement de tous les évènements, invité à certaines soirées exceptionnelles, participer au ciné-club, etc. A noter que dans Les Amis du Rex, on trouve également des membres attachés au patrimoine briviste puisque le bâtiment du cinéma est inscrit à l’ISMH et classé patrimoine du 20e siècle, comme en témoigne ci-dessous cette carte postale fort rare du Rex en 1939.

Carte postale de 1939 du Rex

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire