L'actualité en continu du pays de Brive


“L’Ehpad en construction à Malemort était indispensable à notre territoire”

L’Ephad de Rivet devient l’Ehpad du Pays de Brive. Il s’agrandit en englobant celui de Malemort dont l’ouverture est prévue le 1er avril au lieu-dit Le Pic, rue Alfred de Musset. Ce dernier comptera 102 lits et participera à créer 60 emplois. “Cet établissement était indispensable à notre territoire”, selon Frédéric Soulier, maire de Brive et président de l’Ehpad. Il a nécessité un investissement important de 11,5 millions d’euros dont le coût a été maîtrisé.

Pour une place attribuée, c’étaient 3 demandes qui n’étaient pas satisfaites. Taux de remplissage à 100%, liste d’attente comportant 318 demandes… L’extension de l’Ehpad du Pays de Brive vient répondre aux besoins des familles cherchant une place d’accueil en établissement pour personnes âgées dépendantes sur le territoire.

Implanté à Malemort sur un terrain de 12.000 m2 appartenant à la commune et cédé pour un euro symbolique, il offrira 102 lits supplémentaires portant à 262 lits la capacité totale d’accueil de l’Ehpad du Pays de Brive qui réunit donc désormais le site de Rivet et celui à venir de Malemort.

L’Ehpad en construction comprend également une unité de vie de 14 lits pour les résidents présentant des déficiences cognitives. Elle est située au rez-de chaussée, donne accès à un jardin thérapeutique et s’organise autour d’un patio favorisant une déambulation sans risque. La conception du bâtiment, organisé en H et sur deux niveaux, a privilégié l’esprit hôtelier pour sa décoration, la lumière naturelle et l’ergonomie pour offrir confort et bien-être aux résidents et une meilleure qualité de vie au travail pour les professionnels.

De plus, l’établissement propose une méthode novatrice auquel l’ensemble des personnels a été formé. Elle y associe notamment les résidents et leur famille. “Il n’y a pas quelque part un cerveau brillant qui déciderait de tout à distance”, a indiqué Vincent Delivet, directeur du centre hospitalier. “Dans certains cas, cela a même participé à diminuer les traitements médicamenteux qui peuvent causer des chutes.”
A noter que chaque chambre sera équipée d’un lève-personne sur rail pour sécuriser les transferts et de lits à hauteur variable pour prévenir les troubles musculo-squelettiques. En outre, chaque unité (hors Alzheimer) comprendra deux chambres communicantes permettant l’accueil des couples.

Après des années difficiles, l’Ehpad situé à Rivet a su se remettre en question grâce aux efforts des professionnels et s’est réorganisé autour de deux axes stratégiques: la personnalisation de l’accompagnement et la promotion d’une culture de bientraitance. Aujourd’hui reconnu comme un établissement de référence dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes sur le bassin de Brive, l’Ehpad du pays de Brive fera bénéficier de son savoir-faire et de son expérience l’établissement situé à Malemort.

Il permettra en outre la création de 60 emplois (médecin, cadre de santé, psychologue, infirmières, aides-soignantes, agents de service hospitalier et logistique). “Nous prendrons le temps nécessaire pour recruter de la compétence”, assure Frédéric Soulier en indiquant vouloir tirer les leçons du passé.

Quant au prix de journée, il a été arrêté par le Conseil départemental de la Corrèze à 62,47 euros grâce à la mutualisation de certains coûts (restauration, blanchisserie) et à “un coût de construction maîtrisé”, a souligné Pascal Coste, président du Conseil départemental. L’opération à 11,5 millions TTC a été financée grâce à un emprunt auprès de la Caisse des dépôts de 9.730.000 euros, une subvention de 418.000 de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie et de 47.000 euros du Conseil départemental de la Corrèze (pour les études préalables). Plus d’1,3 million d’euros provient de l’autofinancement de l’Ehpad sur ses fonds propres.

“C’est de l’argent public bien dépensé”, a salué Frédérique Meunier, ancienne maire de Malemort et députée de la 2e circonscription de la Corrèze en rappelant aussi que la commune avait su trouver les moyens nécessaires pour construire le rond-point d’accès au site et pour enfouir les réseaux. Et le directeur du centre hospitalier de terminer: “On envisage l’ouverture sereinement. L’objectif étant de fonctionner à plein dès la fin du mois d’avril.

 

 

 

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

5 commentaires

  •    Répondre

    Nous les gens qui habitons a proximité on aurait préféré voir ca un peu plus loin de nos habitations. Certain de nos animaux de compagnies ont été ramené morts par les ouvriers eux meme sans compter le manque d amenagement de cette route. Encore une fois on ne demande pas l avis de ceux qui sont la depuis toujours et qui n ont aucun avantages si ce n est payer plus d impots

  •    Répondre

    Bonjour
    Je tiens à vous féliciter pour ce magnifique projet.
    Je voulais savoir aussi comment fait-on pour postuler.
    Merci d’avance.
    Cordialement

  •    Répondre

    Bonsoir. Je serais intéressée pour un emploi d’aide ménagère dans votre établissement. Je suis actuellement employée par l’adapac depuis 1999 en tant qu’employée de maison auprès de personnes âgées. Je souhaiterais savoir quelles sont les démarches pour postuler. Je vous remercie d’avance de votre réponse. Bien cordialement.

Répondre à Doublein Nicole Annuler